Raymond Burke

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Burke.
Raymond Leo Burke
Image illustrative de l'article Raymond Burke
Biographie
Naissance (68 ans)
à Richland Center (États-Unis)
Ordination sacerdotale par le pape Paul VI
Cardinal de l’Église catholique
Créé
cardinal
par Benoît XVI
Titre cardinalice Cardinal-diacre de Sant’Agata de’Goti
Évêque de l’Église catholique
Consécration épiscopale par le pape Jean-Paul II
Dernier titre ou fonction Patron de l'Ordre de Malte
Patron de l'Ordre souverain militaire de Malte
Depuis le
Préfet du Tribunal suprême de la signature apostolique
Archevêque de Saint-Louis (États-Unis)
Évêque de La Crosse (États-Unis)

Blason
Secundum cor tuum
(it) Notice sur www.vatican.va
(en) Notice sur www.catholic-hierarchy.org
(en) Articles sur www.cardinalrating.com

Raymond Leo Burke, né le à Richland Center (États-Unis), est un prélat américain de l'Église catholique romaine. Élevé à la dignité épiscopale en 1994, il a successivement servi comme évêque de La Crosse, puis comme archevêque de Saint-Louis. Il est appelé en 2010 à Rome par le pape Benoît XVI, pour devenir le préfet du tribunal suprême de la Signature apostolique et est créé cardinal de l'Église catholique. En 2014, le pape François le nomme patron de l'Ordre souverain militaire de Malte.

Biographie[modifier | modifier le code]

Formation[modifier | modifier le code]

Né le à Richland Center, dans une famille de six enfants, il étudie à l'université catholique d'Amérique, à l'université pontificale grégorienne. Il est notamment docteur en droit canonique.

Prêtre[modifier | modifier le code]

Il est ordonné prêtre à la basilique Saint-Pierre par Paul VI en 1975. Il est nommé recteur à la cathédrale Saint-Joseph-Artisan de La Crosse au Wisconsin. Il enseigne la religion à l'école secondaire Aquinas de cette ville. En 1989, il est nommé membre du Tribunal suprême de la signature apostolique par Jean-Paul II.

Évêque de la Crosse[modifier | modifier le code]

Nommé évêque de La Crosse le , il est consacré à Rome, par le pape Jean-Paul II le et installé en sa cathédrale le .

Archevêque de Saint-Louis[modifier | modifier le code]

Mgr Raymond Leo Burke a été nommé archevêque de Saint-Louis le succédant ainsi au Cardinal Justin Francis Rigali (nommé comme Archevêque de Philadelphie(Missouri)). Il prend ses fonctions lors de son installation le 26 janvier 2004. Il a reçu le pallium des mains du pape Jean-Paul II le 29 juin 2004.

Durant son ministère à Saint-Louis, il a reçu deux fois le titre honorifique de docteur en lettres humaines, une à l'Université Ave Maria et une autre au Christendom College.

Le , le Pape Benoît XVI le nomme membre de deux congrégations du Vatican : le Conseil pontifical pour les textes législatifs et la Congrégation pour le clergé[1]. Puis le il le nomme membre de la Congrégation pour les évêques[2].

Le , Benoît XVI le nomme préfet du Tribunal suprême de la signature apostolique en remplacement du cardinal Agostino Vallini.

Cardinal[modifier | modifier le code]

Raymond Cardinal Burke.jpg

Il est créé cardinal par Benoît XVI lors du consistoire du 20 novembre 2010[3]. Il reçoit alors le titre de cardinal-diacre de Sant’Agata de’Goti. Il a pris possession de sa diaconie le 5 février 2011[4].

Outre sa fonction de préfet du Tribunal suprême, il est membre de la Congrégation pour le clergé, membre du conseil pontifical pour les textes législatifs et membre de la Congrégation pour les évêques. En décembre 2013, son mandat à la Congrégation pour les évêques n'a pas été renouvelé par le Pape François[5].

Le il est nommé par le pape François « père synodal » pour la troisième assemblée générale extraordinaire du synode des évêques sur la famille se déroulant du 5 au 19 octobre, en qualité de préfet de la signature apostolique[6]. Il est aussi coprésident d'un groupe de travail anglophone[7].

Le il est nommé par le pape François Cardinal Patronus ou patron de l'Ordre souverain militaire de Malte, c'est-à-dire représentant officiel du Saint-Siège auprès de cet ordre, ce que certains observateurs considèrent comme une mise à l'écart en raison de son opposition aux positions du pape[8]. Le il est nommé avec le cardinal Carlo Caffarra comme membres de la Congrégation pour les causes des saints[9].

Prises de positions[modifier | modifier le code]

Sous Benoît XVI, au sein de l'épiscopat américain, le cardinal Raymond Burke encourage une grande fidélité au magistère romain. Il défend la cause pro-vie et appuie la tradition liturgique. Il appuie la fondation des chanoines réguliers de la Nouvelle Jérusalem et de l'Institut du Christ-Roi Souverain Prêtre.

En décembre 2013, il émet des doutes sur l'appartenance au magistère papal de l'exhortation apostolique Evangelii gaudium du Pape François[10]. Il s'oppose publiquement à sa conduite du synode sur la famille[11] et apparaît alors comme un opposant conservateur aux réformes voulues par le pape[12]. Malgré les démentis, son éviction de la curie vers le poste honorifique de Cardinal protecteur et représentant du pape auprès de l'Ordre souverain militaire de Malte apparaît à certains comme une sanction.

Dans une interview[13] controversée[14] sur le rôle de la masculinité, il fait du féminisme radical la cause de la marginalisation des hommes, qui tombent alors dans « la pornographie, la promiscuité sexuelle, l’alcool, la drogue et toute une gamme de dépendances ». Ce féminisme radical engendre également selon lui la crise du mariage et la confusion sur leur identité sexuelle de prêtres féminisés, et, in fine, les affaires de pédophilie ayant secoué l'Église[15].

Œuvre[modifier | modifier le code]

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Guillaume d'Alançon et Raymond Leo Burke, Un cardinal au cœur de l'Église : Entretien avec le cardinal Burke, Artège, , 230 p. (ISBN 978-2-36040-341-7).
  • Raymond Leo Burke, La Sainte Eucharistie : Sacrement de l'amour divin [« Divine Love Made Flesh »], Via Romana, (présentation en ligne).

Préfaces[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (it) Vatican, « Renoncements et nominations du 6 mai 2008 », sur press.vatican.va, (consulté le 21 décembre 2013)
  2. (it) Vatican, « Renoncements et nominations du 17 octobre 2013 », sur press.vatican.va, (consulté le 23 décembre 2013)
  3. Les quatre mousquetaires du pape dans Le Figaro du 26 novembre 2010.
  4. (en) « Cardinals Take Possession Of Diaconate, Titular Churches », sur ewtn.com, (consulté le 6 février 2014)
  5. http://www.cbsnews.com/news/pope-francis-does-not-reconfirm-prominent-conservative-cardinal-burke-to-top-post/
  6. « Liste des participants au Synode sur la famille », sur la-croix.com, (consulté le 10 septembre 2014)
  7. Antoine Pasquier, « Cardinal Burke : « Les Pères synodaux demandent que la relatio soit rectifiée » », sur famillechretienne.fr, (consulté le 17 octobre 2014)
  8. Face à l'Ordre de Malte, le pape François a tapé du poing sur la table, Henri Tincq, Slate.fr, 30 janvier 2017
  9. (it) Salle de presse du Saint-Siège, « Rinunce e nomine », sur press.vatican.va, (consulté le 28 septembre 2015)
  10. http://www.lavie.fr/religion/catholicisme/le-cardinal-burke-trop-radical-pour-le-pape-francois-17-12-2013-47898_16.php
  11. « article de la croix », sur La croix, (consulté le 12 janvier 2014)
  12. Il est un des quatre cardinaux signataires d'une lettre adressée au Pape François, demandant au pontife de faire la lumière sur cinq points considérés, par eux, comme obscurs dans l'exhortation apostolique post-synodale sur la famille, Amoris Laetitia du 19 mars 2016.
  13. (en) « Cardinal Burke's Interview », (consulté le 15 janvier 2015)
  14. « sexisme ordinaire, Raymond Burke un cardinal comme une caricature. »
  15. « Il y a eu une période où les hommes, féminisés et confus au sujet de leur propre identité sexuelle, sont entrés dans les ordres. Malheureusement certains de ces hommes souffrant de troubles, ont abusé sexuellement de mineurs ».

Liens externes[modifier | modifier le code]