Raymond Bousquet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bousquet.

Raymond Bousquet
Fonctions
Ambassadeur de France en Belgique
Président René Coty
Charles de Gaulle
Prédécesseur Jean Rivière
Successeur Francis Lacoste
Ambassadeur de France au Canada
Président Charles de Gaulle
Prédécesseur Francis Lacoste
Successeur François Leduc
Député de la 6e circonscription de Paris
Législature 3e et 4e (Ve République)
Prédécesseur Bernard Dupérier
Successeur Maurice Couve de Murville
Biographie
Nom de naissance Raymond Charles Bousquet
Date de naissance
Lieu de naissance Paris (9e)
Date de décès (à 82 ans)
Lieu de décès Limoges (Haute-Vienne)
Parti politique UD-VeUDR
Profession diplomate

Raymond Bousquet, né le à Paris et décédé le à Limoges (Haute-Vienne), est un diplomate et homme politique français[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Carrière de diplomate[modifier | modifier le code]

Raymond Bousquet fut admis sur concours au corps diplomatique en 1925 après avoir été licencié en lettres et diplômé d'études supérieures en histoire et géographie. Il fut d'abord consul suppléant en poste à Shanghaï (1926-1927) puis secrétaire (troisième puis deuxième) à Washington jusqu'en 1933. Il sert ensuite à l'administration centrale (dans le service des relations commerciales) de 1933 à 1942 et devient directeur du personnel et de l'administration générale de 1946 à 1950. Il est ambassadeur de France en Belgique de 1956 à 1962, puis au Canada de 1962 à 1965.

Durant sa carrière de diplomate, il fut chevalier de la légion d'honneur le 29 juillet 1937, officier de la Légion d'honneur le 26 août 1947, commandeur de la Légion d'honneur le 20 août 1951 et enfin, grand officier de la Légion d'honneur le 30 décembre 1964.

Carrière politique[modifier | modifier le code]

Après avoir pris sa retraite de diplomate, il s'engage en politique pour soutenir l'action du général de Gaulle. Opposé à Jacques Féron et Janine Alexandre-Debray lors des élections législatives, il remporte la sixième circonscription de Paris dans le 8e arrondissement avec 54,7 % le 12 mars 1967. Suppléant de Maurice Couve de Murville lors des élections suivantes de 1968, il reprend le siège, ce dernier ayant été nommé Premier ministre le 10 juillet 1968. Il ne démissionne pas en 1969 après le départ de Couve de Murville du gouvernement, mais quitte la vie politique en 1973, Couve de Murville retrouvant son siège à l'Assemblée nationale. En 1974, il publie un ouvrage (Force et stratégie nucléaire du monde moderne) où il fait un constat de la situation des négociations sur les armes nucléaires notamment en pleine négociation des SALT tout en soutenant l'armement nucléaire français.

Décès[modifier | modifier le code]

Il meurt dans un accident de voiture en 1982, au cours duquel son épouse et sa sœur sont également tuées.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Ministère français des affaires étrangères, Annuaire diplomatique, 1956-1965.
  • Raymond Bousquet, Force et stratégie nucléaire du monde moderne, Limoges, Editions Lavauzelle, .
  • Klein, Raymond Bousquet. Force et stratégie nucléaire du monde moderne, , pp. 212-214 p., chap. n°2.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]