Raymond Bonnefous

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Raymond Bonnefous
Fonctions
Député : 1946
Sénateur
1946 - 1971
Gouvernement Quatrième et Cinquième République
Groupe politique Républicains indépendants
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Rodez, Aveyron (France)
Date de décès (à 85 ans)
Lieu de décès Rodez, Aveyron (France)
Nationalité française
Résidence Aveyron

Raymond Bonnefous, né le à Rodez et mort le dans la même ville, est un homme politique français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Famille et études[modifier | modifier le code]

Fils de Louis Bonnefous, chirurgien et député de l'Aveyron de 1928 à 1936, Raymond Bonnefous est issu d'une famille originaire d'Auriac-Lagast, au château de Randan, toujours propriété historique familiale. Il fait partie de la bourgeoisie rurale de province alliant la propriété agricole de Randan et la fonction médicale. Après des études secondaires au lycée de Rodez, il s'inscrit à la faculté de médecine de Toulouse. Après la Première Guerre mondiale, à 28 ans, il reçoit la Croix de guerre 1914-1918 et est fait chevalier de la Légion d'honneur[1]. Il est interne des hôpitaux de Toulouse de 1919 à 1924 avant d'exercer comme chirurgien à Rodez.

Carrière politique[modifier | modifier le code]

Sous les IIIe et IVe Républiques[modifier | modifier le code]

En 1935, il est élu maire de Rodez, fonction qu'il conserve jusqu'en 1944. En septembre 1945, il est élu conseiller général du canton de Rodez, puis en 1949 il succède à Paul Ramadier[1] à la présidence du conseil général de l'Aveyron.

Il est candidat aux élections de 1945 à l'Assemblée constituante[1]. Il est premier de la liste républicaine indépendante de rénovation sociale et agraire aux élections pour la seconde Assemblée constituante du [1].

Son élection au Conseil de la République (Sénat sous la IVe République) le avec le soutien des républicains indépendants est plus difficile, car il recueille le même nombre de voix que René Jayr, soutenu par le MRP. Raymond Bonnefous est alors élu au bénéfice de l'âge.

Au Conseil de la République, il rejoint le groupe des républicains indépendants, et siège aux commissions de l'éducation nationale et de la famille.

Il est réélu conseiller général en 1951 et 1958, puis président du conseil général en 1951, 1955 et 1958. Il redevient en outre conseiller municipal de Rodez en 1953.

Sous la Ve République[modifier | modifier le code]

Les 2 et , Raymond Bonnefous approuve le gouvernement du général de Gaulle et la révision constitutionnelle[2]. Il abandonne la présidence de la commission de l'intérieur pour prendre en 1959, la vice-présidence de la commission des lois constitutionnelles, de la législation, du suffrage universel, du règlement et des pétitions.

Il se présente à nouveau le aux premières élections sénatoriales de la Ve République, sur une liste des Républicains indépendants et paysans, où il est réélu dès le premier tour du scrutin. Il est de même réélu aux élections sénatoriales du [2]. Il finit sa carrière au Sénat le , quand s'achève son mandat de neuf ans.

Réélu conseiller général en 1964 et 1970, il représente le nouveau canton de Rodez-Ouest à partir de 1973 et occupe la présidence du conseil général jusqu'en 1976[2], date à laquelle il se retire de la vie politique.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]