Raymond Balze

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Raymond Balze
Musée Ingres-Bourdelle - L'enfance de Bacchus, 1840 - Raymond Balze - Joconde06070001901.jpg
L'enfance de Bacchus, 1840, Musée Ingres-Bourdelle
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 90 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activité
Fratrie

Jean-Antoine-Raymond Balze est un peintre et pastelliste français, né à Rome le [1], mort à Paris, le .

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est le fils de Joseph Balze (1781-1847), grand chambellan du roi d'Espagne Charles IV pendant son exil à Rome de 1811 à 1819, et le frère de Paul Balze. Joseph Balze a rencontré Ingres pendant son séjour romain et lui fit plusieurs commandes après 1814.

Il entre à l'école des beaux-arts de Paris le où il est présenté par Jacob. Il demande comme son frère la carte de copiste au Louvre.

À la demande d'Ingres, directeur de l'Académie de France à Rome, il réalisa avec son frère des copies des fresques des Loges du Vatican exécutées par Raphaël en 1519 pour le pape Léon X. Les 52 copies ont été exposées dès 1840 dans la chapelle de l'École des beaux-arts de Paris.

En 1843, pour répondre au souhait d'Ingres de leur trouver une "« destination monumentale », Félix Duban propose de les placer dans les galeries du 1er étage du palais des Études. Ces copies ont trouvé leur place dans les quartiers des voûtes de galeries en 1854-1855 grâce aux peintres décorateurs Charles Chauvin et Camille-Auguste Gastine.

Il fut attaché à l'atelier de vitrail de Mauvernay à Saint-Galmier (Loire).

Il participa au concours de 1848 et fut lauréat à la première épreuve.

Il part en Italie où il épouse en 1851 Vittoria Anne Ackerman.

De retour en France, R. Balze prit part à la décoration de l'hôtel de ville de Paris commandée à son maître Ingres.

Entre 1865 et 1869, il restaura, avec son frère Paul et les frères Denuelle, sous la direction de Questel, chargé en 1863 de la réfection de la "Galerie Dorée" de l'ex-hôtel du Comte de Toulouse (1713-1737), siège de la Banque de France depuis 1808, la grande fresque peinte par François Perrier sur sa longue voûte ; ces travaux durèrent un an (inscription sous un buste).

En 1873 Raymond Balze rédige l'ouvrage "Collection précieuse de quarante-sept tableaux de maîtres anciens" auquel participe sa fille Annie Balze  née en 1852 et la peintre Joséphine Houssay.

inspecteur des Écoles de Dessin de la Ville de Paris depuis 1864. il reçoit la Légion d'Honneur tout comme son frère Paul en .

Grand ami des peintres Alexandre Desgoffes et Paul Flandrin époux d'Aline Desgoffe.

Veuf depuis 1893, R. Balze meurt à son domicile dans le 7ème arr le .

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • L'enfance de Bacchus, 1840 Musée Ingres-Bourdelle, Montauban;
  • La Charité de sainte Élisabeth de Hongrie, 1866 (musée des beaux-arts de Lyon) ;
  • Le Martyre de sainte Catherine,1866 (église Sainte-Catherine, Lille).

En 1855, il fait avec son frère Paul, une copie de L'Apothéose d'Homère de son maître Ingres pour un des plafonds du Louvre.

Entre 1875 et 1881, restauration avec son frère des fresques du Primatice à la chapelle de l'abbé de l'abbaye de Chaalis.

En 1891 avec son frère Paul ils réalisent une mosaïque inspirée de La Vision d'Ézéchiel d'après Raphaël, pour la façade de l'église Saint-Jacques de Montauban.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. ou le 14 mai 1818 selon son acte de décès

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  • La Tribune de l'Art : Legs d'un tableau de Raymond Balze au musée des beaux-arts de Lyon [1]