Rationalis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Un rationalis est un fonctionnaire fiscal de haut rang sous l'Empire romain.

Histoire[modifier | modifier le code]

Jusqu'à son remplacement par le comes sacrarum largitionum sous l'empereur Constantin Ier au début du IVe siècle, le rationalis summarum (comparable à un ministre des Finances) est un des deux fonctionnaires ayant autorité sur l’Ærarium (trésor public), l'autre étant le rationalis rei privatae (responsable des domaines et propriétés impériales)[1],[2]. Les fonctions d'un rationalis sont par exemple la collecte des taxes, le contrôle de la monnaie, l'administration des mines et des ateliers monétaires[1].

Chaque province disposait par ailleurs de différentes classes de rationales[3]. Les réformes administratives de Dioclétien reproduisent en outre la structure duale au niveau des diocèses, avec un rationalis summarum et un magister rei privatae au-dessus des procuratores[2]. Le premier survit aux réformes constantiniennes, avec par exemple le comes et rationalis summarum Aegypti[3],[note 1].

Au VIe siècle, on trouve de plus en plus mention de l'équivalent grec, le logothetes, qui en vient à qualifier les fonctionnaires fiscaux de haut rang de la période mésobyzantine (VIIe – XIIe siècle)[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Eusèbe mentionne un martyr du nom de Philoromus dans son Histoire ecclésiastique qui est supposé avoir détenu le titre de rationalis ad diocesim Alexandriae, mais Christensen estime l'information comme non-fiable et exagérée[4].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Bunson 2002, p. 466.
  2. a et b Bowman, Cameron et Garnsey 2005, p. 319, 380.
  3. a et b Seeck 1876, p. 36, 148-149.
  4. Christensen 1989, p. 65-67.
  5. Guilland 1971, p. 5-6.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Alan Bowman, Averil Cameron et Peter Garnsey (dir.), The Cambridge Ancient History, vol. 12 : The Crisis of Empire, AD 193-337, Cambridge, New York, etc., Cambridge University Press, (ISBN 9780521301992, OCLC 59138070).
  • (en) Matthew Bunson, Encyclopedia of the Roman Empire, New York, Facts on File, coll. « Facts on File library of world history », (1re éd. 1994) (ISBN 9780816045624, ISSN 1555-8428, OCLC 47930574).
  • (en) Torben Christensen, Rufinus of Aquileia and the Historia Ecclesiastica, Lib. VIII-IX, of Eusebius, Copenhague, The Royal Danish Academy of Sciences and Letters, coll. « Historik-filosofiske Meddelelser » (no 58), (ISBN 9788773041789, ISSN 0106-0481, OCLC 21044222).
  • Rodolphe Guilland, « Les logothètes : Études sur l'histoire administrative de l'Empire byzantin », Revue des études byzantines, vol. 29, no 1,‎ , p. 5–115 (DOI 10.3406/rebyz.1971.1441, lire en ligne).
  • (la) Otto Seeck (dir.), Notitia dignitatum: accedunt Notitia urbis Constantinopolitanae et laterculi prouinciarum, Berlin, Apud Weidmannos, (OCLC 10027454, LCCN 06004446).