Ratchet and Clank : Opération Destruction

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ratchet & Clank
Opération Destruction
Image illustrative de l'article Ratchet and Clank : Opération Destruction

Éditeur Sony Computer Entertainment
Développeur Insomniac Games

Date de sortie Icons-flag-us.png Icons-flag-ca.png
Drapeau européen
Drapeau du Japon
Licence Ratchet & Clank
Genre action / plates-formes
Mode de jeu un joueur
Plate-forme PlayStation 3
Média Blu-ray
Contrôle Sixaxis, DualShock 3

Évaluation PEGI 7+.svg PEGI : 7+


ESRB Everyone 10+.svg ESRB : E10+ ?

Ratchet and Clank : Opération Destruction (ラチェット&クランク FUTURE, Ratchet & Clank Future au Japon?, Ratchet & Clank Future: Tools of Destruction en Amérique du Nord) est un jeu vidéo d'action et de plates-formes développé par Insomniac Games et édité par Sony Computer Entertainment en 2007 sur PlayStation 3. C'est le premier jeu PlayStation 3 à supporter officiellement la manette DualShock 3[réf. nécessaire].

Il s'agit du septième épisode de la série Ratchet & Clank.

Trame[modifier | modifier le code]

Ratchet et Clank, les deux héros du jeu, se reposent dans la ville de la planète Kerwan, à Métropolis, lorsqu'ils sont prévenus d'une attaque imminente. La cité subit alors l'assaut des forces militaires de l'Empereur Perceval Tachyon, et que des projectiles enflammés déchirent le ciel. Contraints de quitter Metropolis, les deux acolytes prennent conscience que c'est Ratchet qui était visé.

Échoués dans la galaxie de Polaris, ils font la rencontre de Talwyn Apogée, une jeune demoiselle à la recherche de son père, ce dernier ayant subitement disparu durant des recherches qu'il effectuait sur le secret des Lombax, concernant directement Ratchet.

En ce qui concerne Clank, celui-ci découvre que c'est un robot doté d'une âme. Il détecte également la présence de mystérieux êtres, qui contrairement à la croyance ne sont pas robotiques mais fait d'énergie pure, appelés Zonis, que lui seul peut voir.

Système de jeu[modifier | modifier le code]

Cet épisode est, comme toujours dans la série, très riche au niveau des armes et des gadgets. Ratchet & Clank : Opération Destruction innove même avec un nouveau type de gadget : les dispositifs, qui ne possèdent que quelques munitions.

Liste des armes[modifier | modifier le code]

Le jeu comporte 15 armes:

  • Combustor : Pistolet mitrailleur pouvant lancer jusqu'à 100 missiles au début du jeu. Il est disponible dès le début du jeu mais il s'agit d'une arme peu puissante.
  • Fusio-Grenade : Gant lançant des grenades rappelant le lance-grenade et la bombe gravitationnelle des précédents opus. Il est disponible dès le début du jeu.
  • Monstres-Plasma : Gant lançant des monstres gluants vert qui grossissent et attaquent les ennemis qui passent à proximité (remake des agents ravageurs). Il est disponible à partir de Cobalia.
  • Lance-Tornade : Arme capable de lancer des tornades que l'on peut contrôler grâce à la Sixaxis. Il est disponible à partir de Cobalia.
  • Lance-Prédateurs : Tout comme l’arme chercheuse du second épisode et l’hydrocracheur du troisième, ce lance roquettes peut lancer jusqu'à 8 missiles à tête chercheuse après avoir verrouillé leurs cibles. Il est disponible à partir de Kortog.
  • Ravageur Assommant : Fouet qui est la copie conforme du fouet plasma de Ratchet & Clank 3 : ce fouet est un rayon quantique qui peut s'utiliser comme la clé. Il est disponible à partir de Kortog.
  • Picapique : Ce fusil à pompe est une version améliorée du foudroyeur de Ratchet & Clank 3 : il lance des pics électriques et inflige de gros dégâts aux ennemis les plus proches. Il est disponible à partir de Mukow.
  • Disco-ZigZag : Cette arme peut lancer des shurikens capables de rebondir sur les murs rappelant ainsi le cracheur d'étoiles de Ratchet & Clank 2. Il est disponible à partir d’Ardolis.
  • Nuée de Nanos : Gant qui peut envoyer des capsules de Nano-Robots pouvant dissoudre les ennemis. Bien utilisée, elle peut former un véritable bouclier. Elle est disponible à partir d’Ardolis.
  • Alpha-Dérangeur : Ce pistolet peut générer un rayon d'énergie extrêmement puissant mais au prix de peu de munitions. Il est disponible à partir de Sargasso.
  • Pyrofoudroyeur : Type d'arme souvent négligé, ce lance-flamme est le digne successeur du Pyrolanceur de Ratchet & Clank 1. Il est disponible à partir de la comète Kreeli.
  • Négociateur : Lance-missile, petit frère de l’arbitre de Ratchet Gladiator. Il peut détruire les ennemis les plus puissants. Il est disponible à partir de Viceron.
  • Griffes-Rasoirs : Grande nouveauté de ce jeu, ces armes se fixent sur les poings de Ratchet et se transforment en griffes acérées. Elles sont disponibles à partir de Jasindu.
  • Magnéto-Filet : Pourquoi tuer ses ennemis quand on peut les capturer ? Ce filet électrique emprisonne non seulement ses cibles mais les affaiblit en plus. Il est disponible à partir du Passage Ublik.
  • TELT IV : Sans conteste l'arme la plus puissante du jeu ; il envoie une rafale de laser destructeurs devant lui et est disponible en remplissant diverses conditions...

Liste des gadgets[modifier | modifier le code]

On retrouve l’Hélipack, le PropulsoPack et l’HydroPack qui sont les modifications de base de Clank permettant à Ratchet respectivement de ralentir sa chute, de s'envoler et de nager sous l'eau. On retrouve aussi le Swingueur (grappin), les Glisso-Bottes (permettant de glisser sur les rails), les Super-Bottes (bottes à réaction) et les Bottes-Gravitationnelles (permettant de courir sur les murs et les plafonds).

Il existe 4 nouveaux gadgets:

  • Hélicapsule : Gant pouvant lancer des capsules qui se transforment en petites hélices. Ce gadget est très pratique pour soulever des objets trop lourds ou dangereux.
  • Gelanator : Ce pistolet lance des capsules de gelée verte (le gelatonium) qui se transforment en plates-formes cubiques. Ratchet peut rebondir sur ces capsules pour atteindre les endroits les plus élevés.
  • AiloRobots : Gadget rappelant le planeur du second opus ; la différence est qu'il faut une plateforme de gelatonium pour pouvoir l'activer
  • Déguisement Holopirate : Cet hologramme de pirate permet à Ratchet de se déguiser en pirate afin d'infiltrer tous les pirates de l'espace.

Liste des dispositifs[modifier | modifier le code]

  • Groovitron : Fait danser les ennemis et les empêche d'attaquer.
  • Mr. Zurkon : Petit robot armé d'un pistolet qui aide à tuer les ennemis.
  • Bombe Sangsue : Bombe qui « aspire » les nanotechs des ennemis pour les donner.
  • Méga Bombe Sangsue : Évolution de la bombe sangsue.
  • Jets Mortels : Ressorts permettant d'affaiblir l'ennemi.
  • Groovitron en or : Groovitron de couleur dorée avec munitions illimités. Accessible à partir de 2 000 000 de raritanium et en vente uniquement sur la planète Cobalia (usine à gelatonium).
  • Transmorphère : Capsule permettant de transformer l'ennemi en pingouin inoffensif.
  • Gaz Confuzzlor : Gaz permettant aux ennemis de s'entretuer.
  • Visi-Coptère : Mini-hélicoptère muni de missiles qui permet de tirer sur les ennemis sans déplacer Ratchet.

Développement[modifier | modifier le code]

Le jeu fut dévoilé pour la première fois lors de la Game Developers Conference de 2006, où une version next-gen pour la PlayStation 3 était en démonstration. Une version in-game fut dévoilée lors du Sony Gamer’s Day en début d'année 2007, puis pendant l’E3 2007 la première démo jouable fut dévoilée.

Quelques mois après l’E3 2007, Insomniac organise un Media Day consacré au jeu. De nouveaux environnements furent dévoilés, ainsi que de nouvelles armes.

Du côté des environnements, trois nouveaux mondes ont été présentés : Sargasso, un monde au thème inspiré de la préhistoire ; le niveau du IRIS Supercomputer, qui propose un environnement enneigé ; Borag Nebula, une section entièrement focalisée sur le combat spatial. À l’inverse des combats spatiaux dans Ratchet & Clank 2, ceux de Ratchet & Clank : Opération Destruction se dérouleront entièrement sur des rails, c’est-à-dire qu'ils seront linéaires et ne laisseront que peu de marge de mouvement au joueur.

Insomniac Games a également annoncé 23 outils et armes, dont le Tornado-launcher, qui produit de mini-tornades, à ceci près qu’il sera possible de la diriger grâce au motion-sensor de la Sixaxis tout en continuant de contrôler le personnage avec la croix directionnelle. Le Visi-copter, un appareil volant de petite taille doté d’un canon, utilisera le même mécanisme.

Les armes seront personnalisables. Si Ratchet Gladiator proposait déjà au joueur de personnaliser les armes en fonction des préférences du joueur, Insomniac Games annonce que cette fois le mécanisme de personnalisation utilisera un arbre évolutif, ou, plus simplement, de les faire évoluer comme le joueur l’aurait fait dans Ratchet & Clank 2 et Ratchet & Clank 3, c’est-à-dire en les utilisant de façon régulière.

Une démo jouable est disponible depuis le sur le PlayStation Store, pour les possesseurs d’une PlayStation 3 et d’une connexion Internet.

Accueil[modifier | modifier le code]

Aperçu des notes reçues

Presse papier
Média Note
Edge (GB) 8/10
Famitsu (JP) 83/100[1]
Presse numérique
Média Note
Gamekult (FR) 8/10[2]
Jeuxvideo.com (FR) 17/20[3]

Globalement, le jeu fut très bien accueilli dans le monde entier.

Ventes[modifier | modifier le code]

Ratchet & Clank : Opération Destruction s’est vendu à presque 75 000 exemplaires durant octobre 2007. Bien que cette vente est inférieure aux précédents titres sur PlayStation 3 (par exemple Warhawk ou Heavenly Sword, qui ont dépassé les 100 000 exemplaires chacun lors du premier mois de leur sortie), le jeu a dépassé les ventes du premier mois de Ratchet : Gladiator d’environ 20 000 exemplaires. Sony Computer Entertainment America s’est déclaré « très heureux » des premiers chiffres de vente.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (ja) http://www.famitsu.com/cominy/?m=pc&a=page_h_title&title_id=2755
  2. (fr) Trunks, « Test de Ratchet & Clank : Opération Destruction », sur Gamekult,‎ (consulté le 11 août 2014).
  3. (fr) Rivaol, « Ratchet & Clank : Opération Destruction, test sur PlayStation 3 », sur JeuxVidéo.com,‎ (consulté le 11 août 2014)

Liens externes[modifier | modifier le code]