Rassemblement pour l'indépendance nationale

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Rassemblement pour l'indépendance nationale
Parti provincial défunt
Logo du Rassemblement pour l'indépendance nationale


Caractéristiques
Idéologie Indépendantisme
Historique
Fondation
Dissolution
Personnalités marquantes André d'Allemagne
Pierre Bourgault
Marcel Chaput
Andrée Ferretti
Candidat
Élu
Opp.
Gouv.
Oui Non Non Non


Le Rassemblement pour l'indépendance nationale (RIN) fut un mouvement citoyen créé le 10 septembre 1960. En mars 1963, le RIN devient un parti politique québécois voué à la promotion de l'indépendance du Québec. En 1968[1], le président du RIN, Pierre Bourgault, décide de proposer la dissolution du parti à la suite de l'annonce de la création du Parti québécois. Lors du congrès national du parti le 26 octobre 1968, il propose alors, pour faire l'unité des forces indépendantistes et devant l'échec des négociations, de dissoudre le RIN pour que ses membres intègrent un à un le parti nouvellement créé par René Lévesque[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le RIN est fondé le par quelque 30 personnes, dont plusieurs anciens membres de l'Alliance laurentienne. Les membres fondateurs incluent André D'Allemagne, Jacques Bellemare et Marcel Chaput. En octobre de 1960, la première assemblée générale de l'organisation publie son manifeste.

En 1964, Pierre Bourgault est élu président et transforme le rassemblement en parti politique. Bourgault contribue énormément à la popularité du RIN et plusieurs personnes croient encore aujourd'hui qu'il est le père du RIN.

À l'élection de 1966, le RIN remporte 5,6 % du vote populaire mais aucun siège à l'Assemblée nationale.

En 1966, Richard Bourdeau, un jeune militant plein de fougue, issu de l'Ouest de Montréal, devient le président fondateur des Jeunesses Rinistes. Pierre Bourgault y voit une autre excellente occasion de rassembler les jeunes indépendantistes. Les Jeunesses Rinistes feront parler d'elles à plus d'un titre.

Le 29 mars 1968, l'aile radicale menée par Andrée Ferretti quitte le RIN et fonde le FLP (Front de libération populaire). Le FLP est connu pour son vandalisme lors du défilé de la Saint-Jean-Baptiste de 1969, durant lequel l'effigie géante de Saint-Jean-Baptiste a été poussée en bas de son char allégorique et des morceaux de l'effigie ont été volés.[3]

À la veille de la création du Parti québécois le 26 octobre 1968, le RIN vote à 82 %[4] sa dissolution en congrès national pour intégrer le Parti québécois sur la base de l'adhésion de ses membres. Cela a été qualifié d'entrisme.

Les négociations sur la fusion du RIN au Mouvement Souveraineté-Association (MSA) et au Ralliement national (RN) avaient auparavant échoué étant donné l'intransigeance de René Lévesque sur la question de l'association avec le Canada et de la défense de la langue française.

Le fonds d'archives du Rassemblement pour l'indépendance nationale est conservé au centre d'archives de Montréal de Bibliothèque et Archives nationales du Québec[5].

Chefs de 1960 à 1968[modifier | modifier le code]

Membres fondateurs[modifier | modifier le code]

André D'allemagne, Jacques Bellemare, Elisabeth Bellemare, Yves Préfontaine, Claude Préfontaine, Suzette Mackay, Jean Depocas, Yvon Thiboutot, Louise Picard, Jacques Desormeaux, Jean-Denis Leclerc, Lucie Gagné, Jean Goulet, Roger Paquet, Marcel Chaput, Bernard Smith, Jacques Paris, Charles Letellier de Saint-Just, Gérald Therrien (source: André D'Allemagne, le RIN..., page 137)

Publication[modifier | modifier le code]

  • L'Indépendance. Organe officiel du Rassemblement pour l'indépendance nationale, vol. 1, numéro 1 (septembre 1962) à vol. 6, numéro 20 (septembre 1968)

Résultats électoraux[modifier | modifier le code]

Le RIN n'a participé qu'à une seule élection générale. Il a obtenu 5,55 % des voix[6].

Résultat électoral du Rassemblement pour l'indépendance nationale
Élection Sièges Voix
Candidats /
Circonscriptions
en élection
Sièges
obtenus
Nombre Pourcentage
Juin 1966 73 / 108 0 129 045 5,55 %

Notes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Claude Cardinal, Une histoire du RIN, Montréal, VLB, 2015, 508 p.
  • Jean-Claude Labrecque. Le RIN, Montréal : Productions Virage, 2002, 78 min. (scénario : Michel Martin, Jean-Claude Labrecque)
  • Bruno Deshaies. « Manifeste du Rassemblement pour l'indépendance nationale », dans le site Le Rond-Point des sciences humaines, 2002
  • André d'Allemagne. Une idée qui somnolait : écrits sur la souveraineté du Québec depuis les origines du RIN, 1958-2000, Montréal : Comeau & Nadeau, 2000, 250 p. (ISBN 2-922494-33-0)
  • RIN. Programme politique du Rassemblement pour l'indépendance nationale : tel qu'adopté à son congrès de mai 1965, Montréal : RIN, 75 f.
  • Réjean Pelletier. Les militants du R.I.N., Ottawa : Editions de l'Université d'Ottawa, 1974, 82 p. (ISBN 0776630512)
  • André d'Allemagne. Le R.I.N. de 1960 à 1963 : étude d'un groupe de pression au Québec, Montréal : Editions L'Etincelle, 1974, 160 p. (ISBN 0885150295)
  • RIN. Mémoire du Rassemblement pour l'indépendance nationale au Comité parlementaire de la constitution, 1964, 45 f.
  • Jean-François Gauvin. « Rassemblement pour l'indépendance nationale », dans le site L'indépendance du Québec, mis à jour le 2 juin 2004
  • Bernard Frappier. « Histoire : RIN », dossier dans Vigile.net
  • Mathieu Cliche. « Rassemblement pour l'indépendance nationale », dans QuébecPolitique.com, mis à jour le 4 janvier 2007
  • « Crise interne au RIN », dans Les Archives de Radio-Canada. Société Radio-Canada, mis à jour le 5 janvier 2004
  • « Dissensions au congrès du RIN », dans Les Archives de Radio-Canada. Société Radio-Canada, mis à jour le 6 avril 2005

Voir aussi[modifier | modifier le code]