Rassemblement populaire wallon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le Rassemblement populaire wallon (RPW) est un parti politique wallon issu du Rassemblement wallon lors de son implosion en 1981.

Historique[modifier | modifier le code]

Dirigé jusqu’à sa dissolution par Yves de Wasseige, le Rassemblement populaire wallon et son président-fondateur rejoignent le Parti socialiste en compagnie de José Happart en .

En 2006, le Rassemblement populaire wallon est relancé de Thuin par Pierre Dutron (fondateur en 1981) comme parti indépendantiste et fait le meilleur score au scrutin provincial dans le district de Thuin de toutes les listes wallonnes confondues présentées à ce scrutin sur le territoire Wallon.

Il se réclame de la lignée du Mouvement populaire wallon d'André Renard et des progressistes wallons de 1981(Yves de Wasseige et consorts). Il milite pour « une Wallonie, libre et indépendante, républicaine et anticapitaliste ».

En 2007, il publie une déclaration commune avec la Vlaams-Socialistische Beweging sous le titre « La Belgique, obstacle pour une coopération flamando-wallonne », consacrant ainsi son virage plus radical vers la revendication purement républicaine pour l’après Belgique. Il s’attelle donc ainsi à la recomposition de la gauche anticapitaliste et antilibérale, avec en corollaire le combat wallon pur, dur et surtout intransigeant. C’est dans cet esprit, que le RPW lance en un appel au regroupement de la gauche antilibérale et anticapitaliste, en vue de la création d’une Fédération de la gauche démocrate et sociale de Wallonie (FGDSW) avec la perspective de présenter des listes communes aux régionales de 2009.

Fin , le RPW adhère à un mouvement altermondialiste et internationaliste Français dont l’initiative originale est issue d’une réunion française (LALOUVESC oct2007), il demande dans la foulée son admission comme parti observateur, au sein du Parti de la gauche européenne.

Le quelques heures avant la crise institutionnelle grave en Belgique (coïncidence), il lance avec d’autres altermondialistes européens un manifeste européen altermondialiste et internationaliste, pour une Europe fédérale des régions souveraines, en faveur de la « décroissance, » seule solution égalitaire à même de répondre aux problèmes environnementaux de ce IIIe millénaire.

Le est lancé un « réseau de blogs » RPW, avec une couverture géographique couvrant toute la Wallonie.

Au printemps 2009, il quitte le mouvement français créé en 2008 pour lancer avec entre autres le collectif des alternatifs du Hainaut français, le mouvement dénommé RESEDA, et participe à ce titre à différentes actions des objecteurs de croissance qui se sont créés en Belgique à l'Université libre de Bruxelles le … Parallèlement des discussions du RESEDA sont en cours avec la FASE en France pour une large union de la gauche de la gauche française (NPA, PG, PC, FASE, Verts Altermondialistes etc.)

Le le « parti » RPW devient un « mouvement politique » il laisse ainsi ses membres libres de militer « ailleurs » mais de toujours propager les idées de base du mouvement.