Rasoir d'Hanlon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le rasoir d'Hanlon s'énonce : « Ne jamais attribuer à la malveillance ce que la stupidité suffit à expliquer. »

De par sa forme et son contenu, le rasoir d'Hanlon est souvent présenté comme corollaire à la loi de Finagle et est associé à la loi de Murphy.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'origine exacte de cette loi est controversée.

Il semblerait que William James ait écrit un tel aphorisme. D'autres l'attribuent à Napoléon Bonaparte[1] ou à Robert Heinlein.

La référence à Hanlon viendrait d'un ouvrage traitant des lois de Murphy, d'un certain Robert J. Hanlon. La terminologie de « rasoir » provient du rasoir d'Ockham et doit se comprendre comme une méthode de prise de décision : pour deux hypothèses de qualité équivalente, la plus vraisemblable doit être privilégiée. Ainsi, la stupidité - ou plus largement, des erreurs de jugement - expliquent plus facilement certains faits (par exemple historiques) que de complexes théories pour lesquelles les causes seraient volontaires, par exemple les théories de la conspiration.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Attribué sans source dans (en) Bill Blunden, Message Passing Server Internals, New York, McGraw-Hill, (ISBN 978-0-07-141638-2, LCCN 2003046471), p. 15.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]