Rasit

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
RASIT
Description de cette image, également commentée ci-après
Un véhicule de reconnaissance TPz Fuchs (en) de l’armée allemande équipé d'un radar RASIT.
Pays d'origine Drapeau de la France France
Mise en opération 1975
Quantité produite 728
Type Surveillance du terrain
Fréquence Bande I
FRI 200 kHz
Portée - de 50 km
Azimut 0-240º
Puissance crête 2 Kw
Autres noms radar d'acquisition et de surveillance terrestre

RASIT (acronyme pour radar d'acquisition et de surveillance terrestre ou radar d’acquisition et de surveillance des intervalles) est un radar Doppler de surveillance terrestre (surveillance du champ de bataille ou contrôle des frontières) développé par l'entreprise française Thomson-CSF.

Historique[modifier | modifier le code]

Thomson-CSF (maintenant Thales) l'a développé pour les forces armées dans les années 1970 suite à des fiches programme élaborées en 1967 et 1968. Une de ses filiales, LMT Radio Professionnelle, basée à Boulogne-Billancourt, débute sa construction à partir de 1975, celle en série commençant en 1978. Une centaine sont livrés en 1980 dont trois sous shelters à l'armée française; 300 en 1983; 450 en 1985. En 1983, LMT a signé un accord avec LCTAR (Le Centre Thomson d'Applications Radar) et SEL dans lequel le premier fournit un tiers des sous-systèmes pour les ensembles de RASIT construits par SEL pour l'armée ouest-allemande.

En 1988, le 6e régiment d'artillerie française expérimente un nouveau radar : le RASIMAT, permettant d’élever l’aérien à 17 m à l’aide d’un mât pour réduire les masques. Il sera abandonné pour une version RASIT/E (apte à l’écartométrie donc au réglage des tirs d’artillerie)[1].

Au total 723 radars ont été vendus dans 32 pays, les derniers en 1996[2].

Le RATAC (Radar de Tir de l'Artillerie de Campagne) destiné aux pièces d’artillerie de 105 et 155 mm et entré en service dès 1972 dans l'armée française, en est dérivé[3], une version des VAB en est équipée depuis les années 1990[4]. ; ce dernier est considéré comme obsolète à partir de 2014[5].

Il était prévu au début des années 2000 que ces deux radars soient remplacés par le programme RAPSODIE (radar de surveillance et d'aide au tir terrestre) dont 65 exemplaires sont souhaités en 2002 pour le format d'armée en 2015[6] mais celui-ci n'est plus à l'ordre du jour dans les années 2010.

Le radar tactique terrestre MURIN (moyen utilisé pour le renseignement dans les intervalles) conçu par Thales sous le nom Ground Observer 12 [ou GO12] avec son partenaire TES qui produit les radars[7] est livré à 4 exemplaires et 26 autres commandés dans le projet de loi de finances 2018, leurs livraisons se terminant fin 2019[8].

Le RASIT est toujours en service dans les forces françaises et a été déployé lors de l'opération Serval au Mali en 2013[9].

Composition[modifier | modifier le code]

Le Rasit est composé d'une pièce radar décomposable en plusieurs fardeaux portable à dos d'homme.

  • Antenne avec son pied et système de rotation
  • Boîtier de contrôle et son écran
  • En option une table traçante pour pointer sur une carte le point observé

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

La première version RASIT 3190 B DDMT 1A a une portée de détection pour des cibles mobiles de 14 km pour des piétons, 15 à 25 km pour les hélicoptères et avions légers, 30 km pour les véhicules. Sa masse pour le radar portable est de 85 kg. Le poids du radar et de la table traçante est de 120 kg[1].

La version RASIT-E annonce une portée de 23 km pour les piétons, 40 km pour les véhicules. Elle est équipée d'un mode écartométrie, qui permet le guidage des tirs d'artillerie[3].

Elle est en vue directe par effet Doppler; tous les replis de terrain constituent des zones d'ombre.

Mode opératoire[modifier | modifier le code]

Une pièce Rasit dans l'armée française est accompagnée par un véhicule de reconnaissance (P4 ou VBL).
Ce véhicule explore les points hauts afin de déterminer le point d'observation idéal.
Une fois le point idéal déterminé, un des deux opérateurs radar effectue un relevé géodésique avec le théodolite simplifié et par triangulation détermine sa position exacte (contrairement au ratact qui dispose d'un central inertiel? le RASIT demande un positionnement manuel).
Le porteur de la pièce Rasit (Renault TRM 2000 ou Véhicule de l'avant blindé) se rend alors sur les lieux
Le radar est déployé depuis la console ; le groupe électrogène est lui enterré (pour le bruit).
L'opérateur doit ensuite positionner la bonne carte sur le traceur et placer le stylo sur le point central du radar ensuite on détermine et trace les zones d'ombre du radar
Puis on entre en phase active de recherche et chaque déplacement y compris ceux du personnel est signalé par un spot en dirigeant le radar dessus on entend le bruit émis ce qui permet de déterminer le type du mobile, la position se reportant automatiquement sur la table traçante.

À noter :
On peut déporter la tête radar à l'aide des 3 pieds du lot de borts afin d’éviter la destruction du véhicule porteur en cas de tir de missile anti-radar.
Il existe aussi une capacité de brouillage censée brouiller les autres radars et perturber les missiles de type AGM-88 HARM.

Doctrine d’emploi[modifier | modifier le code]

Ils étaient déployés des pelotons radars (renommés ensuite pelotons de recherche technique) au sein des escadrons d'éclairage divisionnaires (EED) qui deviennent en 1999 des escadrons d'éclairage et d'investigation (EEI); Ceux-ci perdent leur peloton radar en 2009[10] qui sont transférés aux nouvelles unités de renseignement de brigade[11].

Le peloton opère pour le compte de la brigade à laquelle il est rattaché.
L'officier responsable de celui-ci (adjudant/lieutenant) est directement sous les ordres du général de division.
La doctrine d'emploi du peloton RASIT est à peu près la même que pour les patrouilles VBL, à savoir flanquer la division d’emploi ou jalonner et éclairer l'avant de la division.

Une patrouille est constituée de 3 pièces RASIT (véhicule d'éclairage + porteur RASIT). Une est en poste les autres en mouvement.
Les RASIT sont surtout utilisés de nuit car leur portée reste de 50 km alors que les patrouilles VBL se voient limitées à la vue de leur jumelles de vision nocturne.

Limite d’emploi[modifier | modifier le code]

Le radar est inopérant les jours de pluie
On ne peut séparer le trafic civil du militaire
La reconnaissance des véhicules s’effectuant à l'oreille, on distingue au mieux un poids lourd d'un char d'une voiture et on obtient l'idée du nombre approximatif
Il manque un système de traitement par analyse du spectre de fréquence des bruiteurs et une banque de données de signature acoustique pour avoir une identification exacte des types de mobiles.

Opérateurs[modifier | modifier le code]

Trente-deux États en ont commandé entre 1975 et 1996[2] :

Quelques autres en ont reçu de seconde main :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Le radar », sur Base documentaire artillerie (consulté le 11 avril 2016).
  2. a et b (en) « Radar Forecast August 2002 RASIT - Archived 08/2003 », sur http://www.forecastinternational.com, (consulté le 11 avril 2016).
  3. a et b « VAB artillerie », sur http://www.chars-francais.net, (consulté le 11 avril 2016).
  4. « RATAC : Radar de tir de l’artillerie de campagne », sur Ministère des Armées, (consulté le 1er septembre 2017).
  5. « De nouvelles capacités techniques et opérationnelles pour l’artillerie. », sur http://basart.artillerie.asso.fr/, (consulté le 12 avril 2016).
  6. « Texte adopté n)43 - Projet de loi relatif à la programmation militaire pour les années 2003 à 2008 », sur http://www.assemblee-nationale.fr, (consulté le 12 avril 2016).
  7. « Responsable Projet (H/F) - Limours (91) », sur www.wizbii.com, (consulté le 1er septembre 2017).
  8. http://www.opex360.com/2019/04/12/larmee-de-terre-a-recu-ses-premiers-radars-de-surveillance-tactique-murin/
  9. « 2013- Opération Serval au Mal », sur http://basart.artillerie.asso.fr, (consulté le 17 mai 2016).
  10. Michel Loyauté, « LES ESCADRONS D'ECLAIRAGE ET D'INVESTIGATION (E.E.I.) », sur http://cavaliers.blindes.free.fr/, (consulté le 10 avril 2016).
  11. Jean-Dominique Merchet, « Renseignement : l'armée de terre met sur pied de nouvelles unités », sur Libération.fr, (consulté le 10 avril 2016).
  12. (en) « Armored reconnaissance radar “Rasit” », sur http://www.radartutorial.eu/ (consulté le 11 avril 2016).
  13. (en) « SPEXER™ 2000 », sur http://www.radartutorial.eu/ (consulté le 11 avril 2016).
  14. Laurent Touchard, Forces armées africaines 2016-2017 : Organisation, équipements, état des lieux et capacités, , 600 p. (ISBN 9781545499801), p. 102

Sources[modifier | modifier le code]

Descriptif publicitaire de Thompson en 1981 :

Composition des EED :

Matériel comparable[modifier | modifier le code]

  • Thales Ground Observer 80 (GO 80)
  • AN/PPS-15 (courte portée)

Article connexe[modifier | modifier le code]