Ras El Ma (Sidi Bel Abbès)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ras El Ma.

Ras El Ma
Noms
Nom arabe رأس الماء
Administration
Pays Drapeau de l'Algérie Algérie
Wilaya Sidi Bel Abbès
Président de l'APC Guendouzi Slimane
Code ONS 2223
Démographie
Population 18 644 hab. (2008[1])
Géographie
Coordonnées 34° 29′ 51″ nord, 0° 49′ 10″ ouest
Localisation
Localisation de Ras El Ma
Localisation de la commune dans la wilaya de Sidi Bel Abbès

Géolocalisation sur la carte : Algérie

Voir la carte administrative d'Algérie
City locator 14.svg
Ras El Ma

Géolocalisation sur la carte : Algérie

Voir la carte topographique d'Algérie
City locator 14.svg
Ras El Ma

Ras El Ma (anciennement Bedeau pendant la colonisation française), est une commune de la wilaya de Sidi Bel Abbès en Algérie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Ras El Ma est située à environ 100 km au sud de Sidi Bel Abbès, à 90 km au sud-est de Tlemcen et à 120 km au sud-ouest de Saïda.

Situation[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Ras El Ma
El Gor (Tlemcen) Aïn Tallout (Tlemcen) Oued Sebaa
El Aricha (Tlemcen); El Gor (Tlemcen) Ras El Ma Oued Sebaa; Bir El Hammam
Kasdir (Naâma) Makman Ben Amer (Naâma) El Biod (Naâma)

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1883, lors de la colonisation, la ville est nommée Bedeau en hommage au général français Marie-Alphonse Bedeau qui participa à la conquête de l’Algérie, et fait partie du département d'Oran. Après l'indépendance, elle prend le nom de Ras El Ma[2].

Pendant la Seconde Guerre mondiale est créé le camp de Bedeau où le gouvernement de Vichy a fait interner les soldats juifs de l'armée française d'Afrique du nord[3].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Wilaya de Sidi Bel Abbès : répartition de la population résidente des ménages ordinaires et collectifs, selon la commune de résidence et la dispersion », sur ons.dz. Données du recensement général de la population et de l'habitat de 2008 sur le site de l'ONS.
  2. Atlas de l'Algérie 1830-1960, Éditions Archives & Culture, , 80 p. (ISBN 978-2-35077-157-1, présentation en ligne)
  3. Jean-Dominique Merchet, « Une page noire, jamais écrite, de l'histoire de l'armée. Quand vichy internait ses soldats juifs d'Algérie », sur Libération,

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]