Rare (entreprise)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Rare.
Rare Limited
Image illustrative de l'article Rare (entreprise)

Création 1982
Dates clés 1995 : Acquisition par Nintendo
2003 : Rachat par Microsoft
Fondateurs Tim Stamper et Chris Stamper
Personnages clés Scott Henson
Craig Duncan
Simon Woodroffe
Forme juridique Filiale de Microsoft Studios
Siège social Drapeau du Royaume-Uni Twycross Voir et modifier les données sur Wikidata (Royaume-Uni)
Actionnaires Microsoft StudiosVoir et modifier les données sur Wikidata
Activité Industrie vidéoludique
Produits Jeux vidéo
Société mère Microsoft Studios
Effectif ~200
Site web rare.co.uk

Rare Ltd, également connue sous la marque commerciale Rareware, est une société britannique de développement de jeux vidéo appartenant à Microsoft Studios depuis 2002. Auparavant Rareware était l'un des principaux sous-traitants de Nintendo.

Avant 1985, la société était connue sous les noms de Ashby Computer & Graphics et Ultimate Play the Game.

Historique[modifier | modifier le code]

Siège de Rare à Twycross dans le comté du Leicestershire.

Les années 1980[modifier | modifier le code]

En 1982, les frères Tim et Chris Stamper fondent à Ashby au Royaume-Uni, Ashby Computer & Graphics (ACG), une société spécialisée dans la réparation et la conversion de bornes d'arcade. Quelques mois plus tard, la société étend ses activités au développement de jeux vidéo pour ordinateurs Sinclair ZX Spectrum, Amstrad CPC, MSX et Commodore 64). Elle se renomme "Ultimate Play the Game". Ultimate publie son premier jeu en 1983 : Jetpac, qui se vend à 300 000 exemplaires[réf. nécessaire].. Ultimate sortira une quinzaine de jeux jusqu'en 1985.

Au milieu des années 1980, les frères Stamper développent exclusivement des jeux destinés à la console Famicom, de Nintendo. Le catalogue d'Ultimate est alors revendu à la société U.S. Gold, et les frères fondent la société Rareware.

Rareware produit de nombreux jeux pour la Famicom, comme la série Battletoads ou Slalom.

À la fin des années 1980, lorsque Nintendo annonce la sortie de sa console de jeu en 16 bits, la Super Famicom, Rareware a des problèmes de trésorerie et ne sort qu'un seul jeu, Battletoads in Battlemaniacs, durant la première année de vie de la Super Nintendo.

Les années 1990[modifier | modifier le code]

En 1994, Rareware sort Donkey Kong Country. L'originalité de ce titre est d'avoir été modélisé en 3D, puis transformé en 2D, mieux adaptée à la Super Nintendo. Quelques mois plus tard, un autre jeu, utilisant le même procédé, voit le jour. Il s'agit de Killer Instinct, un jeu de combat développé en collaboration avec Midway.

Rareware développe deux suites à Donkey Kong Country, ainsi que deux jeux pour la console Mega Drive : Championship Pro-Am et Snake Rattle'n'Roll.

En 1995, Nintendo devient actionnaire majoritaire de Rare[1].

En 1996, la Nintendo 64 est disponible, et avec elle la suite de Killer Instinct : Killer Instinct Gold. C'est en 1997 que Rareware sort GoldenEye 007, un jeu de tir à la première personne, qui connaît un fort succès dans la presse[réf. nécessaire]. Rareware développe ensuite de nombreux jeux pour la Nintendo 64 : Diddy Kong Racing, Banjo-Kazooie et Banjo-Tooie, Jet Force Gemini, Donkey Kong 64, Perfect Dark et Conker's Bad Fur Day.

La fin de l'époque Nintendo et les difficultés commerciales du studio[modifier | modifier le code]

Début 2002, des rumeurs relatent que Rareware pourrait délaisser Nintendo pour devenir un développeur multiplate-forme. Certaines sociétés, comme Activision et Electronic Arts, voudraient racheter la compagnie. Finalement, c'est en septembre de la même année que Nintendo revend les actions qu'elle possédait dans Rareware (49 % du capital) à Microsoft, pour 377 millions de dollars. Electronic Arts et Activision ont également contacté Nintendo[2], mais Microsoft propose la plus grosse somme), Rareware se fait racheter par Microsoft, qui lance alors sa première console de jeu : la Xbox. D'après Nintendo, cette décision s'explique par le manque de créativité de Rareware depuis plusieurs mois[réf. nécessaire]. En effet, les différends entre le studio et ses principaux actionnaires, constatés lors de la sortie de Donkey Kong Country et Banjo-Kazooie, jugés trop proches de la franchise à succès Super Mario, entraînent le départ d'une partie de l'équipe de programmation du jeu GoldenEye 007 paru sur Nintendo 64. Ces anciens employés fondent en 1999 leur propre studio de développement, Free Radical Design. Enfin, Martin Hollis, chef de projet de la version Super Nintendo de Killer Instinct, mais aussi de GoldenEye 007 sur Nintendo 64, quitte la société pendant le développement de Perfect Dark pour fonder Zoonami.

Tous les jeux en préparation sur GameCube sont annulés (Perfect Dark Zero, Donkey Kong Racing, Kameo, Banjo-Threeie) - excepté Star Fox Adventures. Après son rachat, Rare annonce continuer le développement de jeux sur Game Boy Advance, édités non pas par Nintendo ou Microsoft, mais par THQ.

En 2004, la firme modernise son logo et sort son premier jeu pour Xbox : Grabbed by the Ghoulies qui ne trouve pas son public car il se rapproche trop des standards Rareware, le public de la Xbox n'étant pas le même que celui de Nintendo.

En 2005, Rare annonce qu'il voudrait développer pour la nouvelle console portable de Nintendo : la Nintendo DS. C'est également cette année que Rare sort Perfect Dark Zero sur la nouvelle console de Microsoft, la Xbox 360, attendu depuis des années mais qui divise le public, son gameplay pourtant old school et proche du jeu original ayant rebuté les amateurs de FPS sur PC. Le jeu connaît malgré tout un joli succès commercial, vendu à plus d'un million d'exemplaires dans le monde. Il est classé 7e jeu le plus joué sur Xbox Live durant l'année 2006 grâce à son mode multijoueur de qualité.

Lors de l'E3 2006, Rare annonce le développement de Diddy Kong Racing sur Nintendo DS. La compagnie continue sur sa lancée et développe le remake d'un jeu avec une licence appartenant à Nintendo. Le jeu sera malgré tout amélioré par rapport à la version originale (notamment la possibilité de jouer en ligne).

Selon Bill Gates[3], uu mois de , peu après la sortie de Viva Piñata sur Xbox 360, les fondateurs de la société Tim et Chris Stamper présentent leur démission afin de poursuivre d'autres opportunités. Toutefois, lors de la présentation de Viva Piñata à l'E3 2006, Microsoft annonce le jeu comme un véritable hit, et demande à 4kids de créer un dessin animé basé sur l'univers des Piñata pour l'occasion. Cependant, à sa sortie, le titre de la firme anglaise passe plutôt inaperçu, et se solde par un échec commercial[réf. souhaitée].

Fin , Rare annonce le développement d'un remake de Viva Piñata sur Nintendo DS. Celui-ci obtient cette fois un succès commercial d'estime et s'avère même meilleur que les opus sur console de salon[réf. souhaitée].

Ce n'est qu'en novembre 2008 qu'un nouveau jeu issu des productions Rare est commercialisé : la suite d'une des séries les plus appréciées sur Nintendo 64, Banjo-Kazooie: Nuts and Bolts. Malgré un choix artistique intéressant, une durée de vie correcte et un choix de jeu original basé sur la création et l'utilisation de véhicules, le jeu se vend très mal malgré de bonnes critiques sur l'ensemble de la presse vidéoludique spécialisée (140 000 jeux vendus). Microsoft vend alors le jeu en binôme avec la Xbox 360 Arcade pendant deux ans. Le prix du jeu passe de 55 euros à 25 euros[réf. nécessaire] en quatre mois et demi.

Rare participe ensuite à des rééditions de jeux en haute définition avec 4J Studios, studio spécialisé dans la conversion de jeux rétros, sur le Xbox Live Arcade : Banjo-Kazooie sort en 2009, suivi de sa suite et de Perfect Dark en 2010. Cependant, les allusions à leur ancien actionnaire Nintendo sont modifiées, voire supprimées.

2010 : changement de politique

Rare ouvre en été 2009 un nouveau studio à Birmingham, censé se professionnaliser dans le hardware de la Xbox 360 et du nouveau périphérique Natal (devenu Kinect en juin 2010). Rare change de logo quelques jours avant l'E3 2010 et s'adonne à des projets variés entre les deux studios, un se tournant désormais vers les jeux basés sur le périphérique et l'autre sur des jeux plus conventionnels, non annoncés.

Une nouvelle entreprise

Certains employés quittent Rare et décident de créer une nouvelle entreprise appelée Playtonic Games avec la collaboration de Grant Kirkhope leur ancien compositeur. Ils décident de créer le jeu Yooka-Laylee, le successeur spirituel de Banjo-Kazooie, dont les héros sont un Caméléon anthropomorphe du nom de Yooka et d'une chauve-souris du nom de Laylee, les droits de Banjo et Kazooie demeurent alors propriété de Microsoft.

Identité visuelle[modifier | modifier le code]


Jeux développés[modifier | modifier le code]

Années 1980[modifier | modifier le code]

1983
1984
1985
  • Alien 8 (ZX Spectrum, Amstrad, BBC, MSX) - Ultimate Play The Game
  • Entombed (C64) - Ultimate Play The Game
  • Blackwyche (C64) - Ultimate Play The Game
  • Nightshade (ZX Spectrum, C64, Amstrad, BBC, MSX) - Ultimate Play The Game
  • Pentagram (ZX Spectrum, MSX) - Ultimate Play The Game
1986
1987
  • Martianoids (ZX Spectrum, Amstrad) - Ultimate Play The Game
  • Bubbler (ZX Spectrum, Amstrad) - Ultimate Play The Game
  • Slalom (NES) - Nintendo
1988
1989

Années 1990[modifier | modifier le code]

1990
1991
1992
1993
1994
1995
1996
1997
1998
1999

Années 2000[modifier | modifier le code]

2000
2001
2002
2003
2004
2005
2006
2007
2008
2009

Années 2010[modifier | modifier le code]

2010
2011
2013
2015
2016

Références[modifier | modifier le code]

  1. GamePlay numéro 128, décembre 2002, Dossier Nintendo, « Rare la rupture ? ».
  2. Gameplay 128 numéro décembre 2002, dossier Nintendo Rare la rupture?
  3. Rareware se sépare de deux co-fondateurs

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

  • Nintendo, ancien actionnaire majoritaire de Rare.
  • Xbox, plate-forme de développement de Rare depuis 2003.
  • Zoonami, un studio de développement fondé par d'anciens employés de Rare.
  • Crytek UK, un studio de développement fondé par d'anciens employés de Rare.
  • Playtonic Games, un studio de développement fondé par d'anciens employés de Rare.

Liens externes[modifier | modifier le code]