Raquel Meller

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Meller.
Raquel Meller
Raquel Meller en Carmen.png
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 74 ans)
BarceloneVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Cimetière de Montjuïc (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Conjoint
Enrique Gómez Carrillo (en) (de à )Voir et modifier les données sur Wikidata
Raquel Meller par Julio Romero de Torres

Raquel Meller, née Francisca Marqués López à Tarazona le et morte le à Barcelone, est une chanteuse et actrice de cinéma espagnole.

Elle est considérée comme l'une des plus grandes figures du music-hall parisien de 1919 à 1937, tête d'affiche de l'Olympia, l'Alhambra, et surtout ayant fait des revues au Casino de Paris et au Palace.

Biographie[modifier | modifier le code]

Francisca Romana Marques Lopez est née en Espagne à Tarazone, dans la province de Saragosse, le 9 mars 1888, au 6 de la rue Angosta de San Atilano. Dès 1892, elle émigre avec ses parents à Barcelone en pleine croissance économique grâce à l'exposition universelle. Après une enfance pauvre et malheureuse, elle est engagée à Valence dans un cabaret chantant à l'âge de 13 ans. Elle trouve un engagement à Madrid, à La Gran Pena, en tant que chanteuse et danseuse. À partir de 1913, elle se fait remarquer et commence à choisir ses chansons et les plus grands auteurs. Sa carrière discographique débute chez Odéon. Elle leur restera fidèle pendant 35 années, exception fait de l'enregistrement de 12 titres pour la compagnie Gramophone en 1915-1916. En 1919, elle se marie avec l'écrivain guatémaltèque Gomez Carillo, avant de divorcer en 1922. Il lui aura fait découvrir Paris.

Elle est engagée le 2 janvier 1920 par Paul Franck, directeur de l'Olympia, dans un décor commandé à Léonard Sarlins. Elle est présentée par Fernand Nozière. Elle rencontre la célébrité. Elle voyage, vit de palace en palace. Elle se forge une réputation de capricieuse. Louis Verneuil la décrit ainsi : Elle avait des toilettes somptueuses ; elle faisait sa première apparition à Paris dans cet étonnant répertoire durant lequel elle changeait de costume pour chaque chanson et dont les "clous" étaient "La Violetera" et "El Relicario". Pendant une heure, elle chantait uniquement en espagnol sans même annoncer les titres de ses chansons en français et, par la grâce de son art, ravissait le public qui ne comprenait pas un mot de ce qu'elle disait[1].

Toujours en 1920, elle chante à Londres puis repart en Espagne tourner son premier film La gitane blanche. En 1922, elle tient le premier rôle dans une grande fresque historique Les opprimés et continuera avec Violettes impériales, La terre promise, Carmen, La ronde de nuit, films tous muets. Elle monte sur les scènes du Bataclan en 1922, au Palace en 1923, dans la revue Luxe de Paris en 1928. Elle se représente en 1929 dans Paris Madrid, dans La Revue de la femme en 1930 puis en 1933 à Bobino et au Théâtre de l'Étoile, en 1936 à l'Européen puis à l'ABC. Mais sa carrière a des hauts et des bas. Elle a de nombreuses rivales, notamment Sara Montiel.

Raquel Meller quitte définitivement la scène en 1958. En 1962, très malade, elle entre à l'hôpital "Cruz Roja" de Barcelone où elle s'éteint le 26 juillet.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Théâtre[modifier | modifier le code]

Source[modifier | modifier le code]

  • Livret du Cd Raquel Meller, Collection Succès et raretés, 1926-1932, chez Chansophone.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Extrait de "Mistinguett", par Martin Penet.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]