Rapport taille-hanche

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (mars 2010).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

La silhouette féminine présente un rapport taille-hanche nettement prononcé.

Le rapport taille-hanche, parfois désigné par l'acronyme RTH, est le rapport entre la circonférence de la taille et celle des hanches. Les valeurs de 0,7 pour les femmes et 0,9 pour les hommes sont considérées à la fois comme un signe de jeunesse, de bonne santé et d'attractivité sexuelle.

Indicateur de l'état de santé[modifier | modifier le code]

On considère que le RTH est un indice de l'état de santé, et qu'un écart par rapport à certaines valeurs peut être corrélé à l'apparition de diverses pathologies lourdes.

Attractivité sexuelle[modifier | modifier le code]

Chez la femme, le RTH serait un caractère sexuel secondaire, mettant en valeur visuellement la largeur du bassin, et par là même la fécondité[1]. Cette interprétation est toutefois controversée[2]. En effet, il est très difficile d'expliquer comment le système visuel calculerait ce rapport taille-hanche, plusieurs expérimentations montrent que le rapport taille-hanche préféré change en fonction du statut socio-économique[3] ou de l'évaluation cognitive[4], et surtout qu'il change d'une société à l'autre[5].

Lien avec l'embryogénèse[modifier | modifier le code]

Le RTH serait commun à de nombreuses espèces de mammifères, et même à de nombreuses espèces de vertébrés. Selon Vincent Fleury, ceci serait dû à un processus physique lors de l'embryogénèse, pendant lequel une partie du blastocyste se sépare du reste du corps pour former le placenta. Le déficit en matière à cet endroit perdurerait ensuite pendant le développement, et même au-delà chez l'individu adulte.

Référence[modifier | modifier le code]

  1. Devendra Singh, « Adaptive significance of female physical attractiveness: Role of waist-to-hip ratio », Journal of Personality and Social Psychology, 65, 1993, p. 293-307.
  2. Article d'Odille Fillot sur le sujet, Arrêt sur images, lemonde.fr
  3. (en) Swami V., Knight D., Tovee M.J., Davies P., Furnham A. Preferences for female body size in Britain and the South Pacific. Body Image, 4(2):219-223, 2007
  4. (en) Swami V., Furnham A., Chamorro-Premuzic T., Akbar K., Gordon N., Harris T., Finch J., Tovee M.J. More than just skin deep? Personality information influences men's ratings of the attractiveness of women's body sizes. J. Soc. Psychol., 150(6):628-647, 2010
  5. (en) Yu D.W., Shepard G.H., Jr. Is beauty in the eye of the beholder? Nature, 396(6709):321-322, 1998

Bibliographie[modifier | modifier le code]