Rapport Werner

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le rapport Werner est un rapport élaboré par Pierre Werner et une commission à la demande des dirigeants des États membres de la CEE réunis lors du sommet de La Haye de 1969. Le rapport, publié le proposait un modèle en trois étapes pour établir l'union économique et monétaire, en essayant de surmonter les différences entre les « monétaristes » et les « économistes »

Le rapport proposait, en matière de politique monétaire, d’importants transferts de responsabilités des États membres vers la Communauté européenne.

Étapes proposées[modifier | modifier le code]

La réalisation de cette union économique et monétaire devait s’effectuer en trois étapes.

Première étape[modifier | modifier le code]

Pendant la première, qui devait durer 3 ans et débuter dès le 1er juin 1971, les orientations fondamentales de la politique économique et monétaire étaient peu à peu définies en commun. Les relations de change entre les monnaies de la Communauté devaient être progressivement resserrées et l'amplification des fluctuations entre les États membres en général contenue dans des limites relativement stables[1].

Deuxième étape : la transition[modifier | modifier le code]

La deuxième étape prévoyait que les actions entreprises fussent poursuivies, mais de manière plus contraignante. Un Fonds européen de coopération monétaire (FECOM) fut créé en 1973. Celui-ci pratiquerait plus tard les interventions nécessaires sur le marché des changes pour maintenir la cohésion monétaire des États membres. Un conseil chargé de définir la politique macroéconomique des Six fut institué[1].

Troisième étape : le point d'arrivée[modifier | modifier le code]

La troisième étape est la globalisation financière, elle a pour but de fixer les taux de changes

Portée[modifier | modifier le code]

Prenant pour base le rapport Werner, la Commission européenne élabora son propre plan, adopté par les Six le 22 mars 1971. Ce programme, divisé aussi en trois étapes, devait aboutir à une union économique et monétaire avant la fin de la décennie. En dépit de la volonté politique de ses membres, la réalisation de l’union économique et monétaire, dont la création du serpent monétaire européen était une des premières initiatives, se trouva partiellement compromise par la crise monétaire mondiale du printemps 1971 (crise du dollar) et le choc pétrolier de 1973. Ce n'est qu'en 1978 qu'une certaine stabilisation plus générale se manifesta et que le fil de l'intégration fut repris dans le système monétaire européen (SME). Au centre de ce système fut placée l’unité de compte du traité, qui reçut le nom d'ECU.

Dans les années 1982 et 1983, de nouvelles perturbations intervinrent dans le SME, sur quoi le Conseil européen de Stuttgart décida de parfaire le marché commun européen en en faisant un marché unique, c’est-à-dire de le convertir définitivement en Union économique et monétaire. Celle-ci a été consacrée et ratifiée par le traité de Maastricht en 1992. Le rapport Werner de 1971 servit alors de base pour les travaux concernant l’union monétaire.

Sources[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Rapport Werner

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Rapport Werner, Bruxelles, Bulletin des Communautés européennes, (lire en ligne)