Commission sur le racisme et le négationnisme à l'université Jean-Moulin Lyon III

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Rapport Rousso)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Négationnisme (homonymie).

La Commission sur le racisme et le négationnisme à l'université Jean-Moulin Lyon III est une commission d'enquête française créée le 15 novembre 2001 par le ministre de l'Éducation nationale, Jack Lang, afin de faire la lumière sur les diverses allégations de racisme et de négationnisme de la part de certains enseignants et étudiants de l'Université Lyon-III[1]. L'initiative sera poursuivie par Luc Ferry et François Fillon, successeurs de Jack Lang au ministère, et donnera lieu à un rapport remis en 2004.

Membres de la commission[modifier | modifier le code]

La présidence de la commission avait été confiée – après plusieurs refus – à l'historien Henry Rousso, qui s'entoura d'une équipe de spécialistes dont Annette Becker, Philippe Burrin et Florent Brayard[2].

Le « Rapport Rousso »[modifier | modifier le code]

Le « Rapport Rousso » a été déposé le 5 octobre 2004[3] et il a contribué notamment à l'analyse de l'« affaire Plantin », l'« affaire Roques » et l'« affaire Notin » (cette dernière concerne la publication en août 1989, par Bernard Notin, membre du Conseil scientifique du Front national, d'un article intitulé « Le rôle des médias dans la vassalisation nationale : omnipotence ou impuissance ? », raciste et présentant « une volonté délibérée de légitimer les thèses négationnistes » dans la revue Économies et Sociétés[4]).

Table des matières[modifier | modifier le code]

La table des matières du rapport est la suivante[5] :

  1. Introduction
    • Présentation des faits
    • Le champ de l'enquête
  2. La fondation (1968-1974)
    • Les tensions de l'Université française (XIXe ‑ XXe siècles)
    • Un « péché originel »
    • La nouvelle université Lyon III
  3. Les débuts
    • Une université « moderne, ouverte et libérale »
    • Une université « apolitique »
  4. Le noyau d'extrême-droite
  5. Le négationnisme à l'université : Robert Faurisson, Henri Roques
    • L'émergence du négationnisme
    • Lyon II et l'affaire Faurisson
    • L'affaire Roques
  6. L'affaire Notin, le problème public
    • Des « médiats » et des chambres à gaz
    • Le scandale
    • Le jugement
    • Les suites de l'affaire Notin
  7. « Lyon, capitale du négationnisme » ?
    • La politique de la mémoire
    • Réactions et provocations
    • La naissance d'une opposition
    • L'Institut d'études indo-européennes (IEIE)
    • Le cas Videlier à Lyon II
  8. L'affaire Plantin et ses séquelles
    • Une maîtrise à Lyon III
    • Un DEA à Lyon II
    • Le scandale rétrospectif
    • La réparation : le droit, la morale et la politique
    • L'annulation du DEA à Lyon II
    • La procédure à Lyon III
    • Une manœuvre de diversion
Conclusions générales
Lettre de mission de M. Jack Lang
Sources et documentation
Liste de sigles utilisés
Remerciements

Notice bibliographique[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Les pages du rapport renvoient à l'édition en ligne.

  1. Rapport, « Introduction », p. 5.
  2. Rapport, « Membres de la Commission », p. 3.
  3. François Fillon, « Le rapport d'Henry Rousso rendu public », communiqué de presse, 14 octobre 2004, sur le site du ministère de l'Éducation nationale.
  4. Rapport, chap. 5 (« L'affaire Notin, le problème public »), p. 113–114.
  5. Rapport, « Table des matières », p. 263.

Liens externes[modifier | modifier le code]