Rapport Reflex

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir reflex.

Reflex, ou REFLEX-Studie, ou Risk Evaluation of Potential Environmental Hazards From Low Frequency Electromagnetic Field Exposure Using Sensitive in vitro Methods, est un rapport de recherche, financé par 7 états européens et dirigé par le professeur Franz Adlkofer, qui porte sur les champs électromagnétiques. Ce rapport d'études démontre qu'une exposition chronique de très faible intensité aux champs électromagnétiques de la téléphonie mobile provoque des ruptures simples et doubles de brins d'ADN sur les cellules humaines.
L'étude REFLEX est également dénommée l'étude de Diem, Schwarz et Adlkofer.

Les études ont été menées du au , et la publication a été faite le .

Lien[modifier | modifier le code]

  • Le rapport (fichier PDF d'environ 10 Mo) :
[1]

Critiques[modifier | modifier le code]

Des études de réplications ont été demandées pour confirmer et pouvoir valider les conclusions de génotoxicité apportées par ce rapport. En 2007, une équipe allemande (Speit G, Schütz P, Hoffmann H)[1] a donc mené une étude avec cet objectif, mais il a été conclu à l'impossibilité de reproduire les résultats du rapport Reflex.
De plus, des soupçons de fraude concernant les résultats de Diem ont conduit l’Université de médecine de Vienne (Autriche), à enquêter puis à publier un communiqué expliquant que « les données n'ont pas été mesurées expérimentalement, mais fabriquées ». Une demande de retrait de la publication de 2005 de Diem a alors été publiée en 2010 dans Mutation Research, le journal où elle était parue[2].

Contre-critique[modifier | modifier le code]

Selon l'association Robin des Toits, « la soi-disant fraude du rapport REFLEX (effets sanitaires de la 3G) n'a été établie que par l'ICNIRP, qui a surtout critiqué la lenteur dans les résultats de ce rapport. A noter que l'ICNIRP est une institution émanent des industriels, créée par des scientifiques issus du nucléaire pour proposer des normes en matière d’ondes électromagnétiques. A l’origine, on y découvre des scientifiques qui travaillaient pour Motorola ou pour l’armée américaine. L'ICNIRP est, cependant, à l'origine des normes européennes de 1998 sur les valeurs d'exposition aux champs électromagnétiques de la téléphonie mobile 2G. » [3]. Voir aussi [4]

Liens[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]