Raphia farinifera

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Raphia farinifera est une espèce de palmier de la famille des Arecaceae, du genre raphia de Madagascar et d'Afrique.

Description[modifier | modifier le code]

C'est un palmier dont le stipe (faux-tronc) atteint 10 m de haut et qui émet des drageons.

Les feuilles sont pennées, longues en général de 8 à 10 m mais pouvant atteindre 20 m de long. Elles sont portées par des pétioles rigides et larges avec un bord épineux surtout à la base.

Cette espèce, comme les autres du genre Raphia, est monocarpique : elle fleurit et fructifie une seule fois ; ensuite le stipe se dessèche et meurt après la production des fruits. La plante peut produire des rejets qui recommencent un nouveau cycle.

Répartition[modifier | modifier le code]

Il se trouve principalement à Madagascar, mais aussi le long de la côte orientale de l’Afrique, dans les milieux marécageux et boisés et le long des rivages des fleuves.

Liste de pays : Angola, Benin, Burkina Faso, Cameroun, Gambie, Ghana, Guinée, Côte d'Ivoire, Kenya, Madagascar, Malawi, Martinique, Maurice, Mozambique, Nigeria, Réunion, Sénégal, Seychelles, Sierra Leone, Tanzanie, Togo, Ouganda, Zambie, Zimbabwe.

Systématique[modifier | modifier le code]

L'espèce Raphia farinifera a été décrite par les botanistes Joseph Gaertner et Nils Hylander en 1952.

Synonyme[modifier | modifier le code]

  • Raphia ruffia (Jacq.) Mart.

Noms vernaculaires[modifier | modifier le code]

Angola (kikongo, lingala, kumbundu, nguanguela, qinoco, umbudu)

Bénin (bariba, dendu, ditamani, kotokoli - adja, fon, goum, mina, yoruba)

Burkina Faso

Cameroun

Gambie

Ghana

Guinée

Côte d'Ivoire

Kenya

Madagascar(rofia)

Malawi

Maurice

Mozambique

Nigeria

Réunion

Sénégal

Seychelles

Sierra Leone

Tanzanie

Togo

Ouganda

Zambie

Zimbabwe

Raphia farinifera et l'Homme[modifier | modifier le code]

Utilisation[modifier | modifier le code]

Les feuilles sont utilisées pour la production du raphia, fibre employée surtout en floriculture et en horticulture (liens), mais également en sparterie.

Les pétioles foliaires, robustes mais flexibles, sont employés à l'identique du bambou pour construire des habitations et des meubles variés.

Le cœur de jeunes pousses peut être consommé. À partir de la moelle du stipe, avant la floraison particulièrement riche en amidon, est extrait le sagou, une farine alimentaire (Joseph Gaertner avait nommé l'espèce Sagus farinifera pour cette propriété).

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

H. De Wit Les plantes du monde- tome III - Ed. Hachette - 1965 - p. 316-317.