Raphaël Llodra

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Raphaël Llodra
Fiche d’identité
Surnom Manimal
Nationalité Drapeau de la France Français
Naissance 29 juillet 1992
France
Style Muay-thaï
Taille 185 cm
Catégorie poids moyens
Dernière mise à jour : 9/03/2022

Raphaël Llodra (né le 29 juillet 1992) est un combattant de muay-thaï français[1]. Dans la catégorie poids moyens, il a décroché la ceinture mondiale WBC de muay-thaï ainsi que la ceinture intercontinentale WMC[2].

Carrière dans le muay-thaï[modifier | modifier le code]

Llodra remporte le titre intercontinental WMC (−72 kg) en battant Marco Piqué lors du Best of Siam 3[3] à Paris, le 14 février 2013[4].

Il décroche la ceinture mondiale WBC en poids moyens à La Riche, en France, à l'issue de sa victoire contre Jacub Gazdik le 9 mars 2013[5],[6].

Raphaël gagne sa ceinture de champion mondial ISKA en remportant son combat contre Sua Dam à Bagnolet le 4 mai 2013[7].

Lors du Best of Siam 4 à Paris, Llodra est déclaré vainqueur sur décision partagée des juges contre Panom Topkingboxing le 20 juin 2013[8].

Il perd une décision serrée contre Berneung TopkingBoxing à Bangkok lors de la Queen's Cup 2013. L'enjeu de la rencontre visait le titre mondial WPMF[9].

Il se retrouve face à Diogo Calado, lors du tournoi Enfusion 33, en vue du titre Enfusion 75 kg[10]. Llodra finit par perdre par knock-out technique (TKO) au troisième round[11].

À l'issue de sa rencontre avec Saiyok Pumpanmuang au Thai Fight Paris le 8 avril 8 2017, il remporte la victoire par décision unanime des juges[12].

  • année 2013, champion mondial ISKA de muay-thaï (73 kg)[13]
  • année 2013, champion mondial WBC de muay-thaï catégorie poids moyens (160 livres/72,5 kg)[5]
  • année 2013, champion intercontinental WMC de muay-thaï (72 kg)[14]
  • année 2011, champion de France FMDA de muay-thaï Classe B (75 kg)[15]

Course de la liberté[modifier | modifier le code]

En , il se lance le défi de courir de Lourdes à Paris, dans le cadre d'une course organisée au nom de la défense des libertés mises à mal selon les organisateurs par les mesures de restrictions en rapport avec la pandémie de Covid-19[16].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Serge Tréfeu, « Raphaël Llodra - Interview et profil », sur siamfightmag.com, (consulté le ).
  2. (en) « Raphaël Llodra (palmarès) », sur muaythaitv.uk (consulté le ).
  3. (en) « Best of Siam 3 », sur muaythaitv.uk (consulté le ).
  4. (en) « Best of Siam 3 : Thailand still the best », sur muaythaitv.uk (consulté le ).
  5. a et b Norman, « Raphaël Llodra : champion du monde WBC ! », sur muaythaigalaxy.com, (consulté le ).
  6. Léo Schmitt, « La sensation Llodra », La Nouvelle République du Centre-Ouest, (consulté le ).
  7. Céline Tchitchi, « Llodra, Zatout et Pitiot champions du monde ISKA Résultats : La nuit des revanches », (consulté le ).
  8. (en) Julien Manchas, « France 4 - Thailand 1 at Best of Siam 4 », (consulté le ) : « [...] Raphael Llodra defeats Panom Topkingboxing by split decision ».
  9. (en) « Bernueng TopkingBoxing WPMF World Champion », sur muaythaitv.uk (consulté le ).
  10. « Raphael Llodra vs Diogo Calado en Main Event de l'Enfusion Live 33 ce samedi en Suisse ! », sur boxemag.com (consulté le ).
  11. « Raphael Llodra vs Diogo Calado - Full Fight Video - Enfusion Live 33 », sur boxemag.com (consulté le ).
  12. « Thai Fight Paris », (consulté le ).
  13. « Titres obtenus » (consulté le ).
  14. (en) « Raphael Llodra defeats Marco Piqué by TKO (corner throws in the towel) in round 4 », (consulté le ).
  15. Michel Lecorre, « Au cœur de Raphaël Llodra » (Interview), (consulté le ) : « [...] puis passe directement en classe B et remporte le championnat de France FMDA de l’année 2011... ».
  16. Christian Vignes, « Hautes-Pyrénées : la course de la liberté, de Lourdes à Paris », La Dépêche du Midi,‎ (lire en ligne, consulté le ) :

    « L'idée, c'est de rallier Paris en courant, en faisant des étapes d'une trentaine de kilomètres par jour, pour emmener la flamme de la liberté, qui rappelle le mythe de Prométhée, le 19 mars, explique Michaël Peyssonneaux »