Raoul du Fou

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Ceci est une version archivée de cette page, en date du 20 janvier 2020 à 16:54 et modifiée en dernier par MOSSOT (discuter | contributions). Elle peut contenir des erreurs, des inexactitudes ou des contenus vandalisés non présents dans la version actuelle.

Raoul du Fou
Biographie
Décès
Évêque de l’Église catholique
Évêque d'Évreux
Évêque d'Angoulême
Évêque de Périgueux

Ornements extérieurs Evêques.svg
Jean du Fou.png
(en) Notice sur www.catholic-hierarchy.org

Raoul du Fou est un ecclésiastique du XVe siècle qui fut successivement évêque de Périgueux (1468-1470), d'Angoulême (1470-1479) et d'Évreux (1479-1511).

Biographie

Il est le fils de Jehan du Fou, issu en juveigneurie des vicomtes du Faou, en Cornouaille, écuyer, seigneur de Kerjestin en Ergué-Gabéric et du Rustéphan en Nizon, décédé en 1460 avant la Madeleine[1] et avait pour frères Jean du Fou, chambellan et échanson de Louis XI, et Yvon du Fou, gouverneur d'Angoulême et tuteur de Charles d'Orléans.

Il était le 35e abbé de Saint-Thierry du Mont d'Hor avant de devenir le 8 juin 1468 évêque de Périgueux et abbé commendataire de l'abbaye Saint-Junien de Nouaillé, près de Poitiers. Il est nommé évêque d'Angoulême le 6 juillet 1470. Il fut chargé avec Raymond du Treuil et Bertrand IV de Roffignac de l'enquête sur la vie de Pierre Berland avant d'être transféré à Évreux le 13 novembre 1479 [2] , [3] où il fait rebâtir le palais épiscopal qui tombait en ruines en 1481. Il siégeait au parlement de Paris en juillet 1493, associé au gouvernement de la Normandie avec Georges d'Amboise.

Il était aussi abbé de Valence[4], de Noyer[5], de Saint-Taurin d'Évreux et de Saint-Maur près de Paris[6]. Il mourut le 2 février 1511[7].

Il possédait aussi une importante bibliothèque de manuscrits, dont le plus connu est le « Missel de Raoul du Fou » conservé à la Bibliothèque municipale d'Évreux.

Armoiries

Raoul du Fou portait d’azur à une fleur de lys d’argent, chargée de deux faucons ou éperviers qui portent un pied sur la partie de la fleur de lys recourbée et élèvent l’autre sur le haut de la fleur de lys, avec la devise CHARITAS NUNQUAM EXCIDIT, et était chevalier de l’Ordre Royal de Saint-Michel.

Notes et références

  1. ARCHIVES DÉPARTEMENTALES DE LOIRE-ATLANTIQUE : B 2012. (Liasse.) – 41 pièces, parchemin ; 17 pièces, papier. Le manoir de Kerjestin, par Jean du Fou, écuyer, seigneur de Rustéphan (1460) ; autre Jean du Fou (1503). Jehan du Fou seigneur de Runstephan s’éteignit en 1460 et son fils Jehan présenta son rachat au receveur ducal de Quimper, notamment pour le manoir de Kerjestin en Ergué-Gabéric. - S’il s’agit de la Sainte Madeleine en référence à Marie de Magdala : il serait donc décédé avant le 22 juillet.
  2. Alphonse Chassant, G. Ernest Sauvage, Histoire des évêques d'Évreux: avec des notes et des armoiries, Éveux, 1846, p. 132.
  3. Le 20 novembre 1479 selon « Bishop Raoul du Fou » sur catholic-hierarchy.org.
  4. Du diocèse de Poitiers, Gall Christ, TII, col 1359.
  5. Du diocèse de Tours
  6. Fisquet,La France pontificale, Paris, TII, P&-'.
  7. « Bishop Raoul du Fou » sur catholic-hierarchy.org. HIC JACET MEMORANDE RECORDATIONIS D. RODOLPHUS DU FOU, QUEM GENUIT INCLYTA BRITANNIA, CORIOPITEMSIS DIOECESIS, ORTU NOBILIS, MORIBUS CLARISSIMUS, RELIGIONIS DECORE VENUSTUS, BUJUSCE ECCLESIA ANNES 32. PASTOR DIGNISSIMUS, ANANTISSIMUS PACIS ZELOTES, MAGNIFICONTISSIMUS ADIFICIORUM RESTORATOR, LIBERALISSIMUS ELAMESYNARUM LARGITOR, INVICIBILIS ECCLESIASTICRUM JURIUM DEFENSOR, AC IN OMNIBUS FIDELISSIMUS MINISTER, OBIIT 2 FEBRUARÜ ANNO 1510

Annexes

Bibliographie