Raoul Madier de Montjau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Raoul Madier de Montjau
Nom de naissance Noël François Raoul Madier de Montjau
Naissance
Paris (2e), Drapeau du Royaume de France Royaume de France
Décès (à 67 ans)
Pierrelatte Drapeau de la France France
Activité principale Chef d'orchestre, violoniste
Collaborations Orchestre de l'Opéra
Formation Conservatoire de Liège
Ascendants Noël Madier de Montjau (père)
Joseph Madier de Montjau (grand-père)
Noël-Joseph Madier de Montjau (arrière-grand-père)
Distinctions honorifiques Chevalier de la Légion d'honneur

Répertoire

Raoul Madier de Montjau, né Noël François Raoul (Paris (2e), [1] - Pierrelatte, [2]) est un violoniste et chef d'orchestre français.

Carrière[modifier | modifier le code]

Son père Noël Madier de Montjau était exilé en Belgique comme opposant au Second Empire. Raoul Madier de Montjau a fait ses études au Conservatoire de Liège, où il remporte le premier prix de violon. En 1868, il fait ses débuts à l'orchestre de l'Opéra. Il se distingua également comme chef d'orchestre, et comme tel a dirigé à La Nouvelle-Orléans et dans plusieurs théâtres à Paris. Il a été successivement second (en 1880) et puis premier directeur de l'orchestre de l'Opéra (en 1893). Il a créé le au Théâtre de la Renaissance à Paris l'opéra-comique Le Petit Duc de Charles Lecocq.

Raoul Madier de Montjau a été nommé chevalier de la Légion d'honneur le 14 août 1894[3].

Famille[modifier | modifier le code]

Il était fils de l'homme politique Noël Madier de Montjau (1814-1892), petit-fils du magistrat et homme politique Joseph Madier de Montjau (1785-1865) et arrière-petit-fils de l'avocat et homme politique Noël-Joseph Madier de Montjau (1755-1830). Il était marié en première noce à à Marie Antoinette Davaine[4].

Raoul Madier de Montjau épouse en seconde noce la soprano Emilie Victorine Fursch en aout 1871[5], peu de temps après son mariage, Manier de Monjau forme une demande en séparation de corps. Mme Fursch-Madier de Montjau part pour Bruxelles en compagnie d'un de ses amants. Mme Fursch-Madier met au monde une petite fille, le 27 juillet 1880, à Hoeylaert, qui est déclarée à l'état civil comme née de M. Madier de Montjau et de Mme Fursch, son épouse, mais elle est mise en nourrice sous le nom de Jeanne V. Madier de Montjau introduit une demande en désaveu de paternité[6].

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Visionneuse - Archives de Paris », sur archives.paris.fr (consulté le 6 avril 2018)
  2. « Mnesys visualisation », sur archives.ladrome.fr (consulté le 6 avril 2018)
  3. « Ministère de la culture - Base Léonore », sur www2.culture.gouv.fr (consulté le 6 avril 2018)
  4. Jean Gallian, Généalogie des familles nobles
  5. Annuaire de la noblesse de France et des maisons souveraines de l'Europe, Londres, Monaco, (lire en ligne), p. 282.
  6. « Tribunal de la Seine », Le Gaulois,‎ , p. 3 (lire en ligne, consulté le 6 novembre 2018).

Liens externes[modifier | modifier le code]