Raoul Duval

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Raoul-Duval
Image dans Infobox.
Fonctions
Sénateur de la Gironde
-
Premier président
Cour d'appel de Bordeaux
-
Biographie
Naissance
Décès
(à 86 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Nom de naissance
Charles Edmond Raoul Duval
Nationalité
Activité
Famille
Père
Augustin Duval (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Conjoint
Octavie Say (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfants
Autres informations
Distinction
Père-Lachaise - Division 93 - Raoul-Duval 04.jpg
Vue de la sépulture.

Charles Edmond Raoul Duval, dit Raoul-Duval, est un magistrat et homme politique français né à Amiens le et mort à Paris le .

Biographie[modifier | modifier le code]

Charles Edmond Raoul Duval est né à Amiens le . Fils de Augustin Duval (1774-1848), conseiller à la Cour d'appel d'Amiens[1], et de Flore Maressal, fille de Jean François Philibert Maressal, propriétaire cultivateur et maire de Crouy, et de Marguerite Homassel. Sa famille est catholique et il est resté fidèle à cette religion, bien que ses enfants soient protestants, religion de leur mère. Il étudie le droit à Paris et entreprend une carrière de magistrat. Il exerce à Laon en 1830, à Péronne, en 1832, à Amiens en 1837 et à Rennes à partir de 1845. En 1846, il est procureur général à Nantes mais est révoqué par le gouvernement provisoire en . Louis-Napoléon Bonaparte le nomme procureur général à Dijon le . Il était à Dijon au moment du coup d'État du et fait donc partie de la Commission mixte de la Côte-d'Or instituée le pour juger les opposants au coup d'État. Il est ensuite nommé procureur général à Orléans en avant d'être rapidement muté à Bordeaux. Le , il est promu premier président de la cour d'appel de Bordeaux. Après la chute du Second Empire, il est atteint par le décret signé le par Adolphe Crémieux sur les commissions mixtes[2]. L'Assemblée nationale ayant annulé ce décret en 1871, il peut reprendre son siège. Il fut sénateur de la Gironde du au . Il s'éloigna de la politique après avoir été écarté de la liste conservatrice lors du renouvellement triennal de 1879. Il était commandeur de la Légion d'honneur depuis le . Il avait épousé Octavie Say, dite Fanny, fille de l'économiste Jean-Baptiste Say (1767-1832), théoricien du libéralisme, et lui-même industriel, nièce de Louis Say, le fondateur des "Sucres Say", sœur d'Horace Émile Say et tante de Léon Say. La mère de Charles Edmond, Flore Maressal, était d'ailleurs la cousine de Constance Maressal, l'épouse de Louis Say.

Il meurt à Paris le à 86 ans et est inhumé au cimetière du Père-Lachaise (93e division).

Il eut trois enfants :

  • Lucy Raoul-Duval (1834-1870) qui épousa Louis Sautter (1825-1912), fondateur et gérant de la société "Sautter Harlé et Cie" (fabrication de lentilles pour phares, projecteurs, etc.)

Deux de ses petits-fils mourront pour la France en 1916, l'un, Maurice à la bataille de Verdun, l'autre, René d'une maladie contractée au front

Le nom patronymique de ses descendants est consacré par l'usage depuis Raoul Duval, et a depuis lors été légalement enregistré [réf. nécessaire]. La famille Raoul-Duval est toujours à la tête d'un important groupe commercial (import-export : bois, café, rhum, caoutchouc, etc.) et industriel (chimie, engrais, produits végétaux, etc.) dont les origines remontent à 1826 au Havre[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jean Baptiste Nicolas Marie Augustin Duval, Annuaire rétrospectif de la magistrature XIXe-XX siècles
  2. Décret Crémieux sur les membres des commissions mixtes.
  3. Sur le groupe Raoul-Duval (société en commandite : SCRD) voir : Stéphane Siret, « Le Havre », Le Point, no 1624, 31 octobre 2003.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]