Raouf Ben Amor

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Raouf Ben Amor
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nationalité
Activité
Autres informations
Site web
Films notables

Raouf Ben Amor (arabe : رؤوف بن عمر), né le 24 décembre 1946 à Tunis[1], est un acteur tunisien.

Biographie[modifier | modifier le code]

Formation[modifier | modifier le code]

Il suit ses études secondaires au Collège Sadiki[1], où il se joint à la chorale. En 1964, à la suite de la participation de la chorale à l'une des présentations théâtrales scolaires, il est repéré par Mohsen Ben Abdallah qui l'intègre dans la troupe. Ayant obtenu un baccalauréat littéraire, il continue ses études supérieures à la faculté des lettres de Tunis, en section d'anglais, et adhère en parallèle au centre dramatique universitaire où il participe à une pièce qui reçoit en 1969 le premier prix au Festival international du théâtre universitaire à Istanbul. Le ministre de la Culture de l'époque décerne une bourse d'études à ceux qui ont participé à la pièce, ce qui permet à Ben Amor de continuer ses études supérieures au City Literary Institute de Londres[1] et d'enrichir son expérience à travers le théâtre anglais.

Carrière[modifier | modifier le code]

Théâtre[modifier | modifier le code]

De retour en Tunisie, il co-fonde en 1972 le Théâtre du Sud de Gafsa[1], avec Fadhel Jaziri, Fadhel Jaïbi, Mohamed Raja Farhat et Mohamed Driss. Il y joue le rôle de Jha dans la pièce Jha wal charq al Hair, mais aussi Borni wal Atra.

Il participe par la suite à plusieurs expériences théâtrales dont le Théâtre Phou avec Raja Ben Ammar et Moncef Sayem (1980), le théâtre-cinéma Tamthil Klem avec son complice Taoufik Jebali, puis le Théâtre national tunisien dans Iaïchou Shakespeare. À El Teatro, fondé par Jebali et Zeineb Farhat, il monte sur les planches dans Mémoire d'un dinosaure et la série théâtrale de onze épisodes baptisée Klem Ellil, avec la complicité de Jebali, Kamel Touati et Mahmoud Larnaout.

Cinéma[modifier | modifier le code]

Au cinéma, Ben Amor joue en 1971 dans le film Et demain... ? de Brahim Babaï, puis dans une série de films étrangers tournés en Tunisie dont :

Il est également à l'affiche de films tunisiens dont :

Télévision[modifier | modifier le code]

À la télévision, Raouf Ben Amor figure dans la majorité des séries télévisées tunisiennes dont :

Avec ses rôles, il incarne souvent le « beldi de la TV ».

Vidéos[modifier | modifier le code]

Responsabilités[modifier | modifier le code]

En parallèle à ses activités artistiques, Ben Amor occupe des postes à responsabilité dans des institutions culturelles. Il est notamment membre du conseil d'administration du centre culturel d'Hammamet et du Théâtre national tunisien, ainsi que directeur du Tabarka Jazz Festival (1978)[1] et du Festival international de Carthage (2005).

Membre de plusieurs commissions du ministère de la Culture, il préside la commission culturelle chargée du spectacle d'ouverture et du programme culturel de la coupe d'Afrique des nations organisée à Tunis (2004) et celle chargée du spectacle d'ouverture de la championnat du monde de handball organisée aussi à Tunis (2005).

Gérant de Caméleon Productions, il est également directeur de l'animation et de la communication du Consortium tuniso-koweïtien du développement (chaîne Abou Nawas, 1980-1995)[1].

Décorations[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g, h et i Mohamed Bouamoud, « Raouf Ben Amor, le bureaucrate malgré lui, l’artiste mordu », sur webmanagercenter.com, (consulté le 28 septembre 2017)

Liens externes[modifier | modifier le code]