Raon-sur-Plaine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Raon.
Raon-sur-Plaine
Monument des évadés
Monument des évadés
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Vosges
Arrondissement Saint-Dié-des-Vosges
Canton Raon-l'Étape
Intercommunalité CA de Saint-Dié-des-Vosges
Maire
Mandat
Denis Henry
2014-2020
Code postal 88110
Code commune 88373
Démographie
Gentilé Raonnais(es)
Population
municipale
156 hab. (2014)
Densité 44 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 30′ 43″ nord, 7° 05′ 51″ est
Altitude 430 m (min. : 405 m) (max. : 744 m)
Superficie 3,54 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Vosges

Voir sur la carte administrative des Vosges
City locator 14.svg
Raon-sur-Plaine

Géolocalisation sur la carte : Vosges

Voir sur la carte topographique des Vosges
City locator 14.svg
Raon-sur-Plaine

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Raon-sur-Plaine

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Raon-sur-Plaine
Liens
Site web http://raonsurplaine.mairie.com/

Raon-sur-Plaine est une commune française située dans le département des Vosges en région Grand Est.

Ses habitants sont appelés les Raonnais.

Géographie[modifier | modifier le code]

Raon-sur-Plaine se trouve dans la vallée de Celles à 3 km à l'ouest du point culminant des Vosges du Nord, le Donon (1 008 m). C'est une vallée classique en V parcourue par une rivière, la Plaine, qui suit un tracé en méandre encaissé. Situé à une altitude moyenne de 430 m, ce petit village est entouré de nombreuses collines (la Hazelle, la Charaille, la côte de l'Église) et parcouru par plusieurs cours d'eau dont les Goudiots et la Plaine.

La végétation est majoritairement constituée de conifères, même si l'on trouve de nombreux feuillus, surtout des sapins, bien adaptés au relief local. Le climat est continental, c'est-à-dire froid en hiver et chaud en été, et les précipitations relativement abondantes.

Le village

Le total de la superficie cadastrée de la commune est de 353 ha dont 300 recouverts de forêt soit plus de 85 % de la superficie totale. Cette information date d'avant la tempête de 1999 et l'installation d'une ferme à Glacimont.

Le village est organisé autour des axes routiers, notamment l'ancienne nationale aujourd'hui route départementale 392, c'est donc un village-rue linéaire. L'habitation de l'espace rural est groupée. L'origine de cette organisation est naturelle (vallée étroite) mais aussi, même si c'est de moindre importance, agro-économique. Car auparavant, on cultivait plus la terre ce qui a favorisé le travail en commun et donc la forme d'habitat groupé.

On trouve à Raon-sur-Plaine une église du XIXe siècle, une épicerie, un relais-poste, une école primaire, deux cafés-restaurants, des gîtes, une aire de détente, des parcours pour les randonnées pédestres mais aussi pour le VTT et le ski de fond.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Rawon sur Pleine (1328), Raon sur Plaine (1656), Raon sur Pleine (1690).

Histoire[modifier | modifier le code]

Les Celtes, les Gaulois et les Romains ont habité cette région bien avant l'arrivée des moines défricheurs. C'est vers 640 que saint Gondelbert vint fonder à Senones une abbaye bénédictine. Elle s'étendra rapidement jusqu'au Donon, au lac de la Maix et à la vallée de la Bruche. C'est très sensiblement le même territoire que celui de la principauté de Salm après le partage de 1751.
Dès le VIIIe siècle, l'abbaye fait appel à des protecteurs, les "voués", nommés par l'évêque de Metz pour défendre ses biens. C'est la première fois qu'en tant que voué apparait le nom de Salm, porté par le comte Hermann II. Venus à Senones pour protéger les biens de l'abbaye, les Salm réussirent par une sorte de coup d'État à lui enlever tous ses pouvoirs temporels.
Mais dès l'année suivante, le mariage de Christine de Salm provoqua le partage du comté. La nouvelle épousée emportait, entre autres, les territoires se trouvant sur la rive droite de la Plaine. De ce fait, les maisons de Raon-sur-Plaine situées sur l'autre rive furent détachées et donnèrent lieu à la création d'un nouveau village, Raon-lès-Leau.
Voilà donc les villages de la vallée de Celles-sur-Plaine en principauté de Salm. Ils seront rattachés à la France en 1793 à la demande des habitants qui manquaient de nourriture. Raon-sur-Plaine est alors rattaché au canton de Grandfontaine dans le district de Senones puis, en 1801, à celui de Schirmeck, encore inclus à cette date dans le département des Vosges.
En 1871, après la défaite de Sedan, le village sera tout d'abord annexé à l'Empire allemand puis, après un nouveau tracé des frontières en 1872, il sera rendu à la France. Cependant, l'Allemagne conservera les riches forêts avoisinantes en contrepartie de la préservation d'une ligne ferroviaire privée à Avricourt. 1 100 hectares furent retirés à Raon-lès-Leau et 700 à Raon-sur-Plaine. Depuis ce fameux traité de Francfort de 1871, Raon-sur-Plaine ne compte guère plus que 350 hectares.

Le 24 septembre 1887, Raon-sur-Plaine fut le théâtre d'un dramatique incident de frontière : au Blanc État, vers le Donon, un groupe de chasseurs français fut pris pour cible par un soldat allemand. Cet « attentat de Raon-sur-Plaine » fut largement commenté par la presse et aggrava, quelques mois après l'affaire Schnæbelé, les relations diplomatiques entre la France et l'Empire allemand[1].

Les victoires de 1918 et 1945 ne changeront rien à la question des parties du ban communal aliénées en 1872. Tout sera rattaché à la commune alsacienne de Grandfontaine malgré les protestations raonnaises.
Depuis, Raon-sur-Plaine est resté un village typiquement vosgien.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La mairie-école.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1965 mars 1983 Jules Valentin   Retraité des Postes.
mars 1983 septembre 1985 Roland Veccheidre   Artisan.
septembre 1985 juin 1986 Jules Valentin   Retraité des Postes.
juin 1986 juin 1995 Jacques Lépine   Général d'aviation en 2e section.
juin 1995 mars 2014 Antoine Quirin    
mars 2014 en cours Denis Henry    

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du milieu des années 2000, les populations légales des communes sont publiées annuellement. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[3],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 156 habitants, en diminution de -1,27 % par rapport à 2009 (Vosges : -1,78 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1856
520 483 493 628 631 648 695 686 618
1861 1866 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
644 620 567 535 534 514 466 448 432
1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968
428 412 399 359 284 240 222 194 168
1975 1982 1990 1999 2007 2011 2014 - -
141 148 143 143 159 160 156 - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Monument à la mémoire des Évadés de guerre et des Passeurs.
  • Église de 1859, construite en grès vosgien.
  • De nombreuses maisons typiquement vosgiennes.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Alphonse Antoine (1890-1969), général de l’armée française, spécialiste des transmissions, résistant sous le pseudonyme de Dammartin et natif de Raon-sur-Plaine.

Héraldique, logotype et devise[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « L'Attentat de Raon-sur-Plaine », L'Univers illustré, 8 octobre 1887, p. 647-650.
  2. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  3. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .