Rania Belkahia

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Rania Belkahia, née en 1989 à Casablanca, est une entrepreneure franco-marocaine.

Biographie[modifier | modifier le code]

Née en 1989 au Maroc, elle y grandit, puis effectue ses études supérieures en France, passant par l’ECE Paris et Télécom ParisTech[1].

Elle fait un stage de fin d'études dans le cabinet Polyconseil du groupe Bolloré, puis travaille sur un projet de déploiement de fibre optique entre Abidjan et Bouna. Elle reprend ensuite un master à HEC, pendant un an. Puis en , elle cofonde, avec Jéremy Stoss et François Sevaistre, une plateforme consacrée au transfert d’argent et au commerce en ligne de produits technologiques, Afrimarket[1],[2],[3],[4]. Une première levée de fonds s'appuie sur des investisseurs tels qu’Orange et Xavier Niel. Une deuxième levée de fonds, en , permettant une augmentation de capital de 10 millions d’euros en , bénéficie du soutien financier de Proparco et de Global Innovation Fund, un fonds d'investissement britannique[1]. L'entreprise s'implante en Afrique de l'Ouest, notamment en Côte d'Ivoire, Sénégal, Bénin, etc.[2],[4]. Elle obtient la nationalité française en 2016, devenant binationale[2], et devient membre du Conseil national (français) du numérique[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Rémy Darras, « Rania Belkahia, l’entrepreneuse qui rêve de faire d’Afrimarket « l’Amazon africain » », Jeune Afrique,‎ (lire en ligne)
  2. a b et c Patrick Cappelli, « Rania Belkahia : elle a inventé l'Amazon africain », La Tribune,‎ (lire en ligne)
  3. Marion Louis, « Afrimarket, Rania Belkahia », Madame Figaro,‎ (lire en ligne)
  4. a et b Séverin Husson, « Rania Belkahia, entre Afrique et Diaspo », La Croix,‎ (lire en ligne)
  5. « Les 30 nouveaux membres du Conseil national du numérique... et d'où ils viennent », L'Usine digitale,‎ (lire en ligne)