Rana amurensis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant les amphibiens
Cet article est une ébauche concernant les amphibiens.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations du projet Herpétologie.

Rana amurensis est une espèce d'amphibiens de la famille des Ranidae[1].

Répartition[modifier | modifier le code]

Cette espèce se rencontre jusqu'à 600 m d'altitude en Asie de l'Est[1],[2] :

Description[modifier | modifier le code]

Rana amurensis mesure de 20 à 25 mm. Son dos est lisse et de couleur brun jaune parsemée de taches brunes irrégulières et des rayures jaunes.

Régime alimentaire[modifier | modifier le code]

Rana amurensis se nourrit préférentiellement de coléoptères qui constituent jusqu'à 72 % de son alimentation[3].

Reproduction[modifier | modifier le code]

La ponte a lieu tôt dans l'année (au plus tard en février pour les populations coréennes) avec une production de 30 à 60 œufs.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Son nom d'espèce, composé de amur et du suffixe latin -ensis, « qui vit dans, qui habite », lui a été donné en référence au lieu de sa découverte, le bassin de l'Amour.

Publications originales[modifier | modifier le code]

  • Boulenger, 1886 : Notes sur les grenouilles rousses d'Asie. Bulletin de la Société Zoologique de France, vol. 11, p. 595-600 (texte intégral).
  • Kashchenko, 1902 : Obzor Gadov Tomskogo Kraya [Overview of amphibians and reptiles of the Tomsk region]. Izvestiia Imperatorskogo Tomskogo Universiteta, vol. 1902, p. 1-24.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Amphibian Species of the World, consulté lors d'une mise à jour du lien externe
  2. UICN, consulté lors d'une mise à jour du lien externe
  3. Averensky & Sedalishchev, 2004 : Invertebrates in nutrition of the Siberian wood frog (Rana amurensis) from Central Yakutia Zoologicheskii Zhurnal, vol. 83, no 1, p. 122-125