Ramiro Arrue

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Ramiro Arrue
Vallée d'Ossau Noces ossaloises.jpg
Noces ossaloises, 1943
Naissance
Décès
Nationalité
Activité
Formation
Lieu de travail
Fratrie
José Arrue
Ricardo Arrue (d)
Alberto Arrúe Valle (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Ramiro Arrue y Valle, dit Ramiro Arrue, né le à Bilbao, mort le à Saint-Jean-de-Luz, est un peintre, illustrateur, céramiste basque espagnol qui a consacré toute son œuvre au Pays basque.

Biographie[modifier | modifier le code]

Ramiro Arrue naît au sein d'une famille d'artistes : ses trois frères aînés (il a aussi deux sœurs), Alberto, Ricardo, José, sont aussi, à des degrés divers, des artistes qui exposeront souvent avec lui. Le père, Lucas Arrue, collectionneur, met en vente ses collections (dont un Goya) pour payer les études artistiques de ses fils. À dix-neuf ans, Ramiro va à Paris pour suivre des cours à la Grande Chaumière. Il côtoie alors le milieu de Montparnasse, dont ses compatriotes Mogrovejo, Zuloaga, Francisco Durrio, et le sculpteur Bourdelle qui devient son ami. Il fréquente aussi Picasso, Modigliani, Jean Cocteau. En 1911, il expose au Salon des Artistes français.

En 1922, avec ses amis Philippe Veyrin et le commandant Boissel, il fonde le Musée basque de Bayonne.

En 1925, il obtient une médaille d'or à l'Exposition internationale des arts décoratifs et industriels modernes de Paris. Pour le stand du Pays basque français, il crée avec son frère José deux grands formats de 155 x 300 cm (Baserritarrak - aujourd'hui exposé au Musée des Beaux-Arts de Bilbao - et Fandango - destiné à la salle des mariages de la mairie de Saint-Jean-de-Luz).

Il expose à Bayonne, Pau, Strasbourg, Bilbao, Cordoue... Avec son frère José, il expose aussi en Amérique du Sud : à Buenos Aires, Montevideo. Mais il revient toujours au Pays basque, à Saint-Jean-de-Luz, où il s'installe en 1917, et où il puise toute son inspiration : paysages, portraits, scènes quotidiennes. Il est membre de l'association des artistes basques, puis du groupe des neuf.

En 1929, il épouse Suzanne, et ils vont en voyage de noces à Saint-Tropez, site recommandé par Dunoyer de Segonzac.

Il illustre Francis Jammes (La Noce basque), Pierre Loti ( Ramuntcho), Joseph Peyré (Jean le basque), Jean Poueigh (Le Folklore des Pays d'oc). Il réalise pour l'Opéra de Bordeaux les décors et les costumes de Perkain, drame lyrique de Pierre-Barthélemy Gheusi d'après Pierre Harispe, musique de Jean Poueigh. Il réalise pour des hôtels et des villas des peintures murales. Initié par son frère Ricardo, il réalise aussi de nombreux émaux.

En 1943, Ramiro Arrue, qui ne s'est pas préoccupé de se faire naturaliser, est arrêté avec d'autres Basques espagnols et incarcéré à la citadelle de Saint-Jean-Pied-de-Port. Après la guerre, si les commandes diminuent, il continue à peindre avec acharnement.

Fresque, Arcangues

En 1965, il obtient à Saint-Sébastien le premier prix du Paysage basque.

La fin de sa vie est marquée par la solitude et le dénuement. Il meurt en d'un cancer du poumon.

Ramiro Arrue demeure le peintre le plus représentatif du Pays et de l'âme basques. Son style est figuratif, d'une grande ampleur, au dessin sobre, à la fois presque monumental et proche de l'imagerie, aux harmonies de couleurs assourdies. On a pu dire que chez tout Basque, où qu'il se trouve dans le monde, il y a un Arrue.

« Les couleurs sous le pinceau de Ramiro Arrue, c’est d’abord une trilogie : vert, blanc, rouge. Permanence de type héraldique, signe d’appartenance, résumé chromatique d’un pays aux collines vertes, aux maisons bien blanches dont les toits et les boiseries sont rouges. »

— Hélène Saule-Sorbé.

En 2021-2022, le Musée des Beaux-Arts de Bilbao présente l'exposition Les frères Arrue à Paris[1].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • A. G. Grijelmo, Los Arrue, Bilbao, Banco de Bilbao, 1977
  • Muriel Scholle, Ramiro Arrue (1892-1971), Pyrénées, no 152, 1987
  • José Garmendia, Ramiro Arrue. Le regard et le travail = Ramiro Arrue. La mirada y el trabajo, Bayonne, Galerie Sialelli / Garmendia, 1989
  • José Antonio Larrínaga, Los cuatro Arrue, Bilbao, Artes Gráficas Rontegui, 1990
  • Olivier Ribeton, Ramiro Arrue : 1892-1971. Un artiste basque dans les collections publiques françaises, Bayonne, Musée basque et J. & D. éditions, 1991
  • José Antonio Larrínaga, Ramiro Arrue. 1892-1971, Bilbao, Caja de Ahorros, 1992
  • Jean Paul Goikoetxea, Ciboure, repaire d'artistes = Ziburu, artisten ohanttze bat, Saint-Jean-de-Luz, Couleurs du sud, 1995 (Prix Maurice Ravel et Médaille de la ville de Ciboure) [2e édition, Sare, Sarea, 2008]
  • Claude Menges (dir.), Ramiro Arrue 1892-1971, terre d'avant garde, terre ancestrale, Pau, Pin à Crochets, 1996
  • Olivier Ribeton, Jean-François Larralde et Pedro de Sancristóval y Múrua, Ramiro Arrue. Colección de la villa de San Juan de Luz = Ramiro Arrue. Donibane Lohizuneko Bilduma, Alava, Museo de Bellas Artes de Alava, 2003
  • Maria de Isasi et Olivier Ribeton, Ramiro Arrue. Peintre basque, Monaco, Maria de Isasi, 2011
  • Olivier Ribeton, Ramiro Arrue (1892-1971). Entre avant-garde et tradition, Biarritz, 2017

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (es) « Exposición: Los hermanos Arrue en París », sur Museo de Bellas Artes de Bilbao (consulté le )