Ramecourt (Vosges)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Ramecourt
Ramecourt (Vosges)
Ramecourt et la côte de Bulgnéville
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Vosges
Arrondissement Épinal
Intercommunalité Communauté de communes de Mirecourt Dompaire
Maire
Mandat
Laurent Comesse
2020-2026
Code postal 88500
Code commune 88368
Démographie
Gentilé Ramecurtiens, Ramecurtiennes
Population
municipale
189 hab. (2018 en augmentation de 11,18 % par rapport à 2013)
Densité 58 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 18′ 41″ nord, 6° 06′ 03″ est
Altitude 282 m
Min. 274 m
Max. 345 m
Superficie 3,26 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Mirecourt
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Mirecourt
Législatives Quatrième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Grand Est
Voir sur la carte administrative du Grand Est
City locator 14.svg
Ramecourt
Géolocalisation sur la carte : Vosges
Voir sur la carte topographique des Vosges
City locator 14.svg
Ramecourt
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Ramecourt
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Ramecourt

Ramecourt est une commune française située dans le département des Vosges en région Grand Est.

Ses habitants sont appelés les Ramecurtiens.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le village se situe à environ 3 km du chef-lieu de canton Mirecourt. Ramecourt est un petit village rural des Vosges, bercé par le ruisseau de Val d'Arol. Il offre aux pécheurs les joies de la pêche à la truite et pour le reste de la famille le plaisir de ses berges exposées au soleil. Les vergers, les parcs destinés au pâturage, les haies et les bosquets offrent un cadre agréable de verdure et de calme champêtre.

Tout est propice à la balade pour découvrir la faune, la flore et les villages voisins. Fond de vallée, flancs de coteaux (la côte de Bulgnéville et le secteur du Haut de Ramecourt), bois et sous-bois, les paysages sont multiples et variés.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Puzieux Poussay Rose des vents
Domvallier N
O    Ramecourt    E
S
Mirecourt Mirecourt

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Ramecourt est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[1],[2],[3].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Mirecourt, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 33 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[4],[5].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (99,2 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (99,2 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (45,6 %), prairies (33,3 %), zones agricoles hétérogènes (20,3 %), forêts (0,7 %)[6].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[7].

Histoire[modifier | modifier le code]

Un embranchement de la voie romaine de Langres à Strasbourg passait sur le territoire de la commune. On prétend que l’origine du village remonterait à l’époque de la colonisation romaine. Cependant aucune preuve ne permet de l’affirmer vraiment. Il est cependant certain que le lieu a été occupé à l’époque mérovingienne. Un cimetière mérovingien contenant de multiples tombes et de nombreux objets a été exploré : les trouvailles de ces recherches sont actuellement visibles au musée[Lequel ?].

Le nom du village a connu quelques modifications à travers les siècles : Ramecourt en 1187, Rabuecourt au XIVe siècle, puis Romécourt, Rammecourt et Ramecourt. Sous l’Ancien Régime, Ramecourt appartenait au bailliage de Mirecourt, de la maîtrise de Darney et de la coutume de Lorraine.

S'il faut en croire la tradition, Ramecourt se trouvait autrefois aux « Noires Ruelles » à 200 mètres au sud de sa position actuelle. Comme beaucoup de villages de la région, Ramecourt fut victime du passage des hordes suédoises de la Guerre de Trente Ans. Le village n’était guère riche et la population ne dépassait guère les 60 personnes. La plupart des maisons sont des maisons de manouvriers et d’exploitants agricoles. En 1632, on dénombre deux habitants. Entre 1618 et 1648, un conflit oppose les princes protestants allemands à l'autorité impériale catholique. Avec l'intervention de la France et de son alliée la Suède le conflit s’étend. L'Alsace, les Vosges et la Comté souffrirent du passage des Suédois. Les chefs mercenaires qui étaient à la tête de ces troupes menèrent des actes cruels et dévastateurs : pillages, viols, incendies, tueries étaient leurs actes quotidiens.

Village sans église, Ramecourt dépend pour le spirituel de Domvallier. Il y avait autrefois un oratoire dans lequel Madame de Tavagny avait fondé une messe haute le premier jeudi de chaque mois, moyennant une rente de 50 francs.

Longtemps, les mères de famille eurent pour activité la dentelle. On recense au village au milieu du XIXe siècle environ trente dentelières. Les femmes du village travaillaient pour les Demoiselles Villard et Monsieur Armand. Elles pratiquent la dentelle et la broderie. La spécialité est le point de Venise à l’aiguille. Les dentelles sont envoyées à Paris.

La morphologie du village n’a que peu évolué durant deux siècles. Toutefois, l’apparition de nouvelles maisons apporte beaucoup de changement. Celles-ci ne respectent pas la typologie traditionnelle des maisons lorraines. Cette différence se fait à tous niveaux, mode d’implantation, occupation des parcelles, volumes, styles... La densification du village se fait aux dépens des entités foncières autrefois réservées à la culture potagère et des vergers.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La mairie
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
avant 1876 1896 Jean-François Noël (1830-1895)    
1896 1900 Paul Nicolas Gascard (1850-1902)    
1900 1904 Joseph Émile Noël (1860-1934)    
1904 1907 Émile François Joseph Noël (1863-1907)    
1907 1909 Auguste François Albert Laforge (1845-1909)    
1909 1918 Joseph Ernest Dié (1845-1920)    
1918 1924 Charles Jean-Baptiste Maucotel (1864-1943)    
1924 1945 Isidore Ernest Dié (1878-1966)    
1945 mars 1965 Georges Collin (1902-1985)    
mars 1965 mars 1977 Lucien Magnière (1913-1985)    
mars 1977 juin 1995 Daniel Colas    
juin 1995 avril 2014 Robert Maucotel    
avril 2014 En cours Laurent Comesse    

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[8]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[9].

En 2018, la commune comptait 189 habitants[Note 3], en augmentation de 11,18 % par rapport à 2013 (Vosges : −2,43 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1856
147174193171211229230239210
1861 1866 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
212203207187182175167164164
1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968
171120127141158167197198185
1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016 2018 -
186161159175171165186189-
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[10] puis Insee à partir de 2006[11].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Château du Val appelé aussi le Château de Ramecourt.
  • Le village s'est doté de deux aires de pique-nique, l'une en centre village, l'autre au bord de la rivière, le Val d'Arol.
  • Un sentier de randonnée permet de découvrir les paysages des alentours. Des panneaux didactiques, mis en place au printemps 2007, fournissent des renseignements sur la faune et la flore locale.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Les ancêtres de Victor Hugo

Les décès de Jean Hugo et de son épouse Catherine Mansuy - arrière-grands-parents du général Joseph Léopold Sigisbert Hugo (1773-1828), père de Victor Hugo (1802-1885) - sont mentionnés sur les registres paroissiaux de Domvallier en novembre et .

Jean Hugo - laboureur à Ramecourt - était né en 1648 à Vaudémont et s'y était marié en 1673 avec Catherine Mansuy, originaire de Xirocourt. Le couple est venu s'installer à Ramecourt vers 1700 après avoir séjourné quelque temps à Baudricourt où Pierre, le dernier de leurs huit enfants connus, a été baptisé le .

De leur fils - Jean Philippe, marié avec Catherine Grandmaire - naîtra Joseph Hugo (1727-1799), père du général Hugo.

Une famille Hugo avait déjà résidé à Ramecourt antérieurement. Le , Claudon Hugo, dit le Hollandais, signait un contrat avec la ville de Mirecourt pour enterrer les morts de la peste. Il résidait alors chez son oncle paternel François Hugo de Ramecourt.

Claudon Hugo a longtemps été considéré - à tort - comme un ancêtre direct de Victor Hugo.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  2. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  4. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Mirecourt », sur insee.fr (consulté le ).
  5. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  6. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  7. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  8. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  9. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  10. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  11. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.