Rallye des Princesses

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Rallye des Princesses
Description de cette image, également commentée ci-après
L'événement automobile féminin
Généralités
Sport Rallye automobile
Création 1999
Autre(s) nom(s) Rallye des Princesses Richard Mille
Organisateur(s) Drapeau : France Viviane Zaniroli
Éditions 20
Catégorie Rallye de régularité
Périodicité Annuel
Lieu(x) Drapeau : France Place Vendôme, Paris
Participants 180
Site web officiel www.zaniroli.com/rallye-des-princesses

Palmarès
Tenant du titre Carole Gratzmuller
Plus titré(s) Carole Gratzmuller (5)
Meilleure nation France
Crystal Clear app kworldclock.png
Pour la compétition en cours voir :
2019

Le Rallye des Princesses Richard Mille (initialement Rallye des Princesses) est un rallye de régularité auquel seules des femmes peuvent participer. Reconnu par la Fédération française du sport automobile, le rallye se déroule chaque année au printemps en France depuis l'année 2000.

Histoire[modifier | modifier le code]

Concurrentes du Rallye des Princesses 2019

Réservé aux femmes à bord de voitures de collection, le Rallye des Princesses Richard Mille rallie la Place Vendôme à Paris à la Côte d'Azur en cinq étapes. Créé en mai 1999 par Viviane Zaniroli, épouse de Patrick Zaniroli, le Rallye des princesses s'inscrit dans l'esprit du « Rallye Paris - Saint-Raphaël Féminin » créé par le Comte Edme de Rohan-Chabot et couru de 1929 à 1974[1],[2] dont la première victoire a été remportée par Madame Liétard au volant d'une Salmson Grand Sport. Selon Viviane Zaniroli, l’épreuve est nommée Rallye des Princesses car « l'appellation Paris - Saint-Raphaël était toujours réservée quand j'ai lancé l'épreuve en 1999. Je l'ai donc appelée Rallye des Princesses. Patrick me disait toujours : "T'énerve pas, ma princesse" »[1].

Comptant à ses débuts une trentaine d'équipages, ils pouvaient être mixtes jusqu'en 2012 où seul le copilote pouvait être un homme[3], et il s'est ensuite destiné uniquement aux femmes[4].

Depuis 2015, l'épreuve reçoit le soutien de la marque horlogère de luxe Richard Mille, ce qui lui permet de trouver une dimension internationale[1]. L'événementiel automobile devient alors le « Rallye des Princesses Richard Mille ».

Description[modifier | modifier le code]

Jaguar Type E au Rallye des princesses 2014

Le Rallye des Princesses Richard Mille n'est pas une course, la vitesse n'est pas un critère déterminant, mais il est un challenge sur la régularité avec un roadbook à suivre minutieusement. La vitesse moyenne est déterminée en fonction de l’âge de la voiture, et la sélection se fait sur la navigation et le respect méticuleux de la vitesse moyenne déterminée. Il est est inscrit au calendrier de la Fédération française des véhicules d'époque (FFVE). Il accepte chaque année un maximum de 90 équipages[5]. Même si le nombre de demandes pour participer est bien supérieur à 90, l'organisatrice, pour garder une belle convivialité, souhaite pouvoir loger tous les équipages dans les mêmes hôtels luxueux[6].

Le rallye compte cinq jours et cinq étapes de 300 à 350 km par jour pour un total de 1 600 km à 1 800 km de petites routes[7],[8], avec des déjeuners et dîners raffinés dans des lieux historiques. Des passages sur circuit sont également organisés[6] entre les étapes.

Les équipages concourent avec leur voiture ancienne, ou une voiture de collection prêtée ou louée. Les équipages peuvent bénéficier d'une assistance provenant de l'organisation mais certains équipages sont dotés de leur propre assistance mécanique, voire celle d'un grand constructeur quand celui s'engage sur le rallye comme partenaire, tel Peugeot en 2012[9] fournissant une 202, une 203 et une 204 toutes en cabriolet, accompagné d'une assistance en Peugeot 208.

Catégories[modifier | modifier le code]

Les équipages constitués de deux femmes concourent dans l'une des catégories suivantes :

  • Historic : réservée aux véhicules immatriculés entre l'Avant-guerre et 1990 ;
  • Classic : (arrêtée en 2018) pour les véhicules construits en réplique de la catégorie Historic ;
  • Prestige : (disparue en 2015) réservée aux cabriolets et coupés haut de gamme récents[10] ;
  • Followers : regroupe des véhicules de collection ou de prestige d'Avant-guerre à nos jours, conduits par des équipages féminins, mixtes ou masculins, qui ne participent pas à la course en tant que telle, mais qui sont autorisés à en suivre le parcours à condition de partir après le dernier équipage en course[10].

Départ[modifier | modifier le code]

Place Vendôme, départ du rallye

Le départ du rallye est donné chaque année de Paris de la Place Vendôme dans le 1er arrondissement de Paris[11], sauf en 2012 où un incendie dans les parkings de la Place Vendôme a nécessité le déplacement du départ sur l'Esplanade des Invalides pour les éditions 2012[12], 2013[13] et 2014[14].

Arrivée[modifier | modifier le code]

Cette compétition automobile féminine rallie la capitale à la Côte d'Azur en 5 jours. Si le départ se fait toujours de Paris, l'arrivée varie en fonction de l'itinéraire choisi par l'organisation, avec une prééminence pour Saint-Tropez et Monaco.

Les villes d'arrivée du Rallye des Princesses Richard Mille
Ville d'arrivée Département Édition
Saint-Tropez Var 2000 - 2013 - 2014 - 2015 - 2016 - 2017 - 2019
Commune de Monaco Monaco 2003 - 2004 - 2005 - 2006 - 2010 - 2011 - 2012
Cannes Alpes-Maritimes 2007 - 2008 - 2009
Juan-les-Pins Alpes-Maritimes 2001- 2002
Biarritz Pyrénées-Atlantiques 2018

L'arrivée est suivie d'une soirée de gala. En 2019, c'est le vignoble de Bertaud-Bélieu à Gassin qui accueille la soirée[15].

Partenariat[modifier | modifier le code]

Chaque année, le rallye est accompagné par des partenaires (entreprises, marques) du monde automobile, du luxe ou encore de la mode :

Participantes[modifier | modifier le code]

Régulièrement, des personnailtés prennent part à l'épreuve comme Sylvie Tellier en 2004[16], Cindy Fabre de 2008 à 2010 qui l'a remporté en 2010 sur une Mazda RX7[17], Julie Gayet de 2008 à 2012[18], Valérie Bénaïm en 2009, Luana Belmondo en 2009, Lara Beigbeder en 2013, en 2014 Adriana Karembeu et sa sœur Natalia, qui avait participé à l'édition 2013, avec une Ferrari California[19]. Ou encore de véritables princesses comme Hélène de Yougoslavie en 2000, 2002 et 2006[20], ou Hermine de Clermont-Tonnerre qui y a participé six fois[21].

Le , Maëva Coucke, qui a participé au Rallye des Princesses Richard Mille en juin 2017 avec une Morgan Plus 8, a été élue Miss France 2018.

Côté personnalités du monde automobile, Caroline Bugatti, petite-fille d'Ettore Bugatti, a gagné la première édition du rallye en 2000 au volant d'une Bugatti type 35B de 1935. Vanina Ickx, fille du célèbre Jacky Ickx, a gagné en 2002 aux côtés de sa sœur Larissa sur une Porsche 911. Geneviève Dumas, maman du multiple champion Romain Dumas a couru en 2012 et 2013, Véronique Siffert, fille du pilote de Formule 1 Jo Siffert en 2016, Sylvie Jarier, épouse du pilote de F1 Jean-Pierre Jarier de 2015 à 2017, ou encore Séverine Loeb, épouse de Sébastien Loeb, en 2019.

L'actrice et mannequin Audrey Marnay prend elle aussi part à l'édition 2019 tout en étant sa marraine[22].

Palmarès[modifier | modifier le code]

Palmarès du Rallye des Princesses Richard Mille
Édition Pilote Copilote Voiture année
2000 Drapeau de la France Caroline Bugatti Bugatti type 35B 1935
2001 Drapeau de la France Delphine de Rohan-Chabot-Brooks Drapeau de la France Daniel Brooks Peugeot 403
2002 Drapeau de la Belgique Vanina Ickx Drapeau de la Belgique Larissa Ickx Porsche 911
2003 Drapeau de la France Carole Gratzmuller Drapeau de la France Michelle Paques
2004 Drapeau de la France Carole Gratzmuller Drapeau de la France Michelle Paques
2005 Drapeau de la France Corentine Quiniou Drapeau de la France Virginie Soulaire Porsche 911 1965
2006 Drapeau de la France Evelyne Beaumont Drapeau de la France Philippe Le Quentrec
2007 Drapeau de la France Carole Gratzmuller Drapeau de la France Michelle Paques Austin-Healey Lehnam
2008 Drapeau de la Suisse Catherine Meyer-Korber Drapeau de la Suisse Sarah Runzis Mercedes 300 SL
2009 Drapeau de la France Nathalie Bourgitteau Drapeau de la France Janie Juillet Alfa Romeo 2000 GTV Bertone
2010 Drapeau de la France Cindy Fabre Drapeau de la France Chris Mayne Mazda RX-2
2011 Drapeau de la France Élisa-Noémie Laurent Drapeau de la France Béatrice Bayle Lancia Fulvia Zagato
2012 Drapeau de la France Élisa-Noémie Laurent Drapeau de la France Béatrice Bayle Lancia Fulvia Zagato
2013 Drapeau de la France Marie-Christine Albertini Drapeau de la France Isabelle Graulier Alpine A110 Berlinette
2014 Drapeau de la France Catherine Rossignol Drapeau de la France Béatrice Bayle Porsche 911
2015 Drapeau de la France Carole Gratzmuller Drapeau de la France Estelle Gauthier Chevrolet Corvette C2 Sting Ray
2016 Drapeau de la France Marie-Christine Périn Drapeau de la France Véronique Morel-Lab Austin / Innocenti A 40
2017 Drapeau de la Belgique Charlotte Castelein Drapeau de la Belgique Sabine Deleu Jaguar XK140 1955
2018[23] Drapeau de la France Adeline Paquiers Drapeau de la France Héléna Euvrard AC Cobra 1965
2019 Drapeau de la France Carole Gratzmuller Drapeau de la France Élisa-Noémie Laurent Chevrolet Corvette C2 Sting Ray

Les éditions du Rallye des Princesses[modifier | modifier le code]

1re édition (2000)[modifier | modifier le code]

Pour sa première édition, le Rallye des Princesses accueille 18 voitures au départ de Paris.

2e édition (2001)[modifier | modifier le code]

La seconde édition Rallye des Princesses se passe du 10 au 15 juin 2001 avec 30 équipages parfois mixtes. Nevers Magny-Cours, Vichy, Satillieu et Aix-en-Provence font partie du parcours avec une arrivée à Juan-les-Pins[24].

3e édition (2002)[modifier | modifier le code]

4e édition (2003)[modifier | modifier le code]

Cette année les équipages font étape à St-Aignan, Vichy, l’Alpe d’Huez, Jausiers et Mandelieu pour finir à St-Tropez[25].

5e édition (2004)[modifier | modifier le code]

6e édition (2005)[modifier | modifier le code]

Du 22 au 27 mai 2005 de Paris pour arriver à Monaco avec des étapes à Troyes, Dijon, Annecy et Serre-Chevalier.

7e édition (2006)[modifier | modifier le code]

8e édition (2007)[modifier | modifier le code]

9e édition (2008)[modifier | modifier le code]

1re au 6 juin 2008.

10e édition (2009)[modifier | modifier le code]

De Paris à Cannes pour les 62 équipages, entre le 31 mai et le 5 juin 2009.

11e édition (2010)[modifier | modifier le code]

30 mai au 4 juin 2010 du Paris à Monaco.

12e édition (2011)[modifier | modifier le code]

5 au 10 juin 2011 de Paris à Monaco.

13e édition (2012)[modifier | modifier le code]

14e édition (2013)[modifier | modifier le code]

15e édition (2014)[modifier | modifier le code]

1re au 5 juin 2014. Itinéraire : Paris, St-Aignan, Vichy, Nîmes, Aix-en-Provence et arrivée à St-Tropez.

16e édition (2015)[modifier | modifier le code]

Cette année le rallye se déroule du 30 mai au 4 juin et voit la disparition de la catégorie Prestige.

17e édition (2016)[modifier | modifier le code]

28 mai au 2 juin.

18e édition (2017)[modifier | modifier le code]

Cette édition (27 mai au 1re juin) bât son record avec 90 équipages engagés sur les routes, qui passent par Saint-Aignan, Vichy , L’Alpe d'Huez, Mandelieu-la-Napoule , avec une finale à Saint-Tropez.

19e édition (2018)[modifier | modifier le code]

Cette édition, qui se déroule du 2 au , se termine à Biarritz, après des étapes à Saint-Aignan, Vichy, Toulouse et Formigal (Espagne)[26].

C'est l'AC Cobra d'Adeline Paquiers et d'Héléna Euvrard qui termine sur la première marche du podium, devant Marie Périn et Edith Ragot et leur Mini Cooper Innocenti 1300, suivi de Coralie Chehab et Gaëlle Wacziarg en Mercedes 250 SL Pagode.

20e édition (2019)[modifier | modifier le code]

Au pied de la Colonne Vendôme

En 2019, le Rallye des Princesses Richard Mille fête ses 20 ans entre le 1re et le 6 juin, sur un parcours entre Paris et St-Tropez (Beauval, Vichy, Aix-les-Bains)[27].

Pour sa 20e édition, le Rallye s'engage auprès de Mécénat Chirurgie Cardiaque dans le but de récolter les fonds pour aider à financer l'opération d'un enfant défavorisé atteint d'une malformation cardiaque.

À Saint-Tropez, Carole Gratzmuller et Élisa-Noémie Laurent franchissent la ligne d'arrivée en tête avec leur Chevrolet Corvette, suivi de Marie Périn et Catherine Labbé en Volkswagen Golf, et les tenantes du titre Adeline Paquiers et Héléna Euvrard terminent le podium avec leur AC Cobra.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Stéphane Barbé, « Les princesses du volant », L'Équipe,‎ (ISSN 0153-1069, lire en ligne, consulté le 28 mai 2019)
  2. « Mai 1999 : Création du Rallye des princesses, renouveau de l'ancien Paris-Saint-Raphaël Féminin des années 30 », sur http://www.zaniroli.com (consulté le 14 septembre 2014).
  3. « Rallye des princesses 2001 », sur http://www.autodeclics.com, (consulté le 14 septembre 2014).
  4. « Rallye des Princesses Richard Mille : J-15 pour la 20e édition », News Classic Racing, (consulté le 26 mai 2019)
  5. Manon Zaniroli, « Jour 1 - Vérifications Esplanade des Invalides - Samedi 31 mai », sur http://www.zaniroli.com, (consulté le 15 septembre 2014).
  6. a et b « 15ème Rallye des Princesses : « Les jeunes dames de St Tropez » » (consulté le 14 septembre 2014)
  7. « Qu'est ce qu'une épreuve de régularité » (consulté le 14 septembre 2014)
  8. Séverine Alibeu, « Reportage sur le Rallye des princesses 2010 Place Vendôme : le Tesla Roadster électrique côtoie les Anciennes », Caradisiac, (consulté le 14 septembre 2014)
  9. Jean-Philippe Peden, « Peugeot, partenaire du 13ème Rallye des Princesses », Auto Plus,
  10. a et b « Règlement 2014 », sur http://www.zaniroli.com/ (consulté le 14 septembre 2014)
  11. Daniel Brooks, « Rallye des Princesses Richard Mille : Un Produit Taillé Pour Les Femmes », Forbes,
  12. « Dimanche 27 mai : Rendez-vous sur l’Esplanade des Invalides ! », News Classic Racing,
  13. Eric Saint-Frison, « Le Rallye des Princesses 2013 », sur www.auto-net.fr, (consulté le 26 mai 2019)
  14. Pascale Varenne, « Le Rallye des Princesses, glamour et sportif », sur www.ma-plume-webmag.com, (consulté le 26 mai 2019)
  15. « Rallye des Princesses Richard Mille 2019 - automobilsport.com », sur www.automobilsport.com (consulté le 2 juin 2019)
  16. « Sylvie Tellier », Télé Loisirs (consulté le 27 octobre 2014)
  17. « Rallye des princesses 2010 : Mazda remporte la compétition », sur www.turbo.fr, (consulté le 27 octobre 2014)
  18. Vincent Royer, « Rallye des princesses 2012, étape 4 », sur www.autosital.com, (consulté le 27 octobre 2014)
  19. « Belle participation au Rallye des princesses », L'Écho républicain, (consulté le 15 septembre 2014)
  20. Yan Bernard-Guilbaud, « Hélène de Yougoslavie, la princesse qui gêne l'Elysée », Le Figaro, (consulté le 15 septembre 2014)
  21. « Hermine de Clermont-Tonnerre », France Inter (consulté le 15 septembre 2014).
  22. Stéphane Barbé, « En harmonie avec ma Mercedes », L'Équipe,‎ (ISSN 0153-1069)
  23. « Rallye des Princesses Richard Mille 2018 : Chapeau ... basque Princesses ! », News Classic Racing,
  24. « Rallye des Princesses 2001 », Auto News,
  25. Françoise Garnier, « Le Rallye des Princesses a fait étape à Jausiers », Haute-Provence info,
  26. « Le 19e Rallye des Princesses Richard Mille 2018 », News Classic Racing,
  27. Yanis Darras, « Rallye des Princesses (2019) : 20e édition ! », Auto Plus,

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Site officiel