Rallye Alger-Le Cap

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Le Rallye Alger-Le Cap (ou Raid Méditerranée-Le Cap) était une compétition automobile de rallye organisée par Les Amis du Sahara et de l’Eurafrique avec le concours de divers Automobiles Clubs africains dont l’Association sportive de l’automobile club d’Alger, sous le contrôle après-guerre de la Fédération Internationale de l’Automobile, pour des voitures et des camions.

Véhicule Cottin & Desgouttes type Sahara, vainqueur en 1930 (restauration par la Fondation Berliet).

Prélude (1924)[modifier | modifier le code]

Dès 1924 le capitaine Delingette et son épouse accompagnés par le mécanicien Bonnaure (initialement chauffeur du raid transsaharien Gradis) traversèrent le continent africain du nord au sud (Oran-Le Cap, en passant par Nairobi, Elisabethville et Johannesburg), pour un "Voyage d'étude et de propagande français, seuls et sans organisation" sur 23.000 kilomètres avec un véhicule Renault 6 roues de 10CV.

Gestation (1930)[modifier | modifier le code]

Le général de brigade Octave Meynier conçut et organisa la première édition de l'épreuve, tout comme vingt ans auparavant celle du Rallye Méditerranée- Niger (ou Rallye transsaharien, ou Rallye Alger-Gao, dit "touristique") entre février et mars 1930 sur plus de 6000km à l’occasion du centenaire de l’Algérie Française, 11 écuries chacune de 4 voitures prenant alors le départ. Furent déclarés vainqueurs les quatre véhicules Cottin & Desgouttes "Sans Secousses" type TA de 1929.

1re édition (1951)[modifier | modifier le code]

La course se déroula sur 15000 kilomètres en 11 étapes du 30 décembre 1950 au 23 janvier 1951, dont simplement 700 sur routes bitumées, avec 32 véhicules partants (75 équipiers et 7 nations) pour 31 arrivés. Une équipe militaire française sur pick-up Delahaye, appartenant à la Première catégorie, celle des tout-terrains, remporta l'épreuve sur l'un des six véhicules de ce type engagés par la marque, répartis en deux groupes. Le capitaine Monnier et le colonel Henri Debrus faisaient partie de l'équipage victorieux. Pour les voitures, en classe >2L. Veglia l'emporta sur Willys-Jeep, en classe 1.1 à 2L. Lapalu sur Land Rover fut le vainqueur, et en moins de 1.1L. Mme D'Ieteren devint lauréate, sur Volkswagen[1]. Durant la même période, André Mercier et Charles de Cortanze (vainqueur de classe à Liège-Rome-Liège en 1950 sur 203) couvrirent -indépendamment- un trajet inverse à celui de l'épreuve en moins de 17 jours seulement, sur Peugeot 203 entre le 26 décembre 1950 et le 11 janvier 1951 (15 020 kilomètres)[2].

2e édition (1953)[modifier | modifier le code]

Devant le succès rencontré d'emblée par le rallye, le même trajet fut alors emprunté par les concurrents sur près de 16000 kilomètres en février, durant 25 jours. Fut déclarée vainqueur une Fiat 1900 type Kontiki tout spécialement préparée[3], emmenée par l'équipage turinois d'usine Bruno Martignoni[4], Gilo Rabezzana et Franco Mazzuccheli[5]. Elle fut triomphalement exposée sur le stand Fiat du Salon de l'automobile de Turin 1953.

(Le 12 mars 1953, le capitaine Jean Heurtaux et le colonel Marceau Crespin furent mandatés par l'armée française pour ramener une Delahaye type 235 Coach 6 cylindres 3.6L. de 152CV, en empruntant la route du Hoggar. Cette voiture venait de terminer dixième du rallye avec le commandant Pottier, le capitaine de Courcel et le sergent chef Houard. La chose fut faite en 10 jours, 5 heures et 15 minutes, ce qui constitua à l'époque un nouveau record de la distance sud-nord africaine établi entre le Cap et Alger, établi sur 14 300 kilomètres. Toujours indépendamment de l'épreuve, du 19 décembre 1953 au 25 janvier 1954, Michel Bernier et Jacques Duvey effectuèrent un peu auparavant le trajet du Cap à Alger sur 17 500 kilomètres seuls à bord d'une 2CV, avant d'aller classer leur véhicule au Rallye Monte-Carlo après une bifurcation par Oslo[6]...)

3e édition (1956)[modifier | modifier le code]

Elle se déroula du 11 janvier au 25 février, sur le trajet inversé Le Cap-Alger, en 44 jours avec six voitures[7] sur 13500 kilomètres de distance. Terminèrent premiers ex-æquos des équipages italo-suisses, Bruno Martignoni-Schwartz sur Fiat 1100 TV et le Docteur Haldeman grand père d'Elon Musk sur Ford "Ranch Wagon" 5.4L (sur le deuxième tronçon Stanleyville-Alger de 6812km Marinai et Martine l'emportèrent sur Peugeot 203 (premier tronçon Martignoni-Schwartz de Captown à Stanleyville, sur 6730km))[8].

4e édition (1959)[modifier | modifier le code]

Après 44 jours de course du 7 janvier au 20 février, l'Allemand Karl Kling associé au copilote Rainer Günzler remporta l'épreuve sur Mercedes 190D officielle[9], le Belge Olivier Gendebien terminant deuxième avec son épouse sur ID 19. Peugeot gagna la Coupe des Marques grâce à ses 203 (avec Henriot et les équipages Cochard / Laverny, Paysant / Largo et Gain / Gain), ainsi que la Coupe des Dames avec Henriot, Paysant et Largo, toutes trois épouses de membres des équipages masculins précités[10]. La catégorie camions fut remportée par l'équipage Bachir Rouighi (propriétaire d'une compagnie de transports transsahariens) / Pellerin sur UNIC Verdon 6 cylindres de 130CV et 12 tonnes[11].

5e édition (1961)[modifier | modifier le code]

La route du nouvel état zaïrois étant désormais fermée, l'épreuve se raccourcit et devint alors le Rallye international Alger-Bangui-Alger, ou Rallye Alger-Centrafrique-et retour, sur 11500 kilomètres couverts en 18 jours au mois de janvier par 15 voitures. La course devint essentiellement "de performance", bien que La Route Africaine (une épreuve "touristique"), fut conjointement mise sur pied durant 34 jours. Kling et Günzler en devinrent encore les lauréats, désormais sur un modèle 220SE de la firme de Stuttgart[12]. Olivier Gendebien termina cette fois 4e avec son compatriote Lucien Bianchi, toujours sur une ID19. La Coupe des Dames revint à Annie Soisbault et à sa copilote Michèle Cancre, sur le même modèle.

Anecdotes[modifier | modifier le code]

Vidéothèque[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • D'Oran au Cap en six roues par le Commandant et Madame Delingette, 1927, draeger in-8 carré broché tiré à 100 exemplaires d'après 11 bois originaux exécutés par Jacques Boullaire en 1925 ASIN: B00185DET0;
  • Bidon 5, en rallye à travers le Sahara, Marthe Oulié, éd. Ernest Flammarion, 1930, 283p. ASIN: B0000DUJ1N (rééd. 1935);
  • L'action automobile et touristique, article Pour un rallye Alger-Le Cap, 1er septembre 1949;
  • Route sauvage, le raid Alger Le Cap Alger, André Mercier, éd. Amiot-Dumont, 1952 (Paris) ASIN: B003WPHL2A;
  • L'Automobile n°179, article Sur la route des Prototypes au rallye centrafrique, mars 1961;
  • Le Saharien n°99, Association La Rahla et des Amis du Sahara, Amicale Sahariens, article du colonel Nabal (membre du comité d'organisation 1950), 4e trimestre 1986;
  • Le Cap-Alger: 8 jours 22 h. 18 mn. en Renault 12 Gordini, par les frères Bernard et Claude Marreau, éd. Bréa, 1981, 144p..

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]