Ralf Dahrendorf

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Ralf Gustav Dahrendorf)
Aller à : navigation, rechercher
Ralf Dahrendorf
Professor R. G Dahrendorf, 1980.jpg

Ralf Dahrendorf en 1980.

Fonctions
Membre de la Chambre des Lords
-
Commissaire européen
Secrétaire parlementaire (d)
Député au Landtag de Bade-Wurtemberg
Député au Bundestag
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 80 ans)
CologneVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalités
Lieux de travail
Formation
Activités
Père
Gustav Dahrendorf (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
A travaillé pour
Domaine
Partis politiques
Membre de
Distinctions

Ralf Dahrendorf, né le à Hambourg et mort le à Cologne, est un sociologue et homme politique germano-britannique.

Il est considéré comme l'un des auteurs fondateurs de la « théorie du conflit social ».

Biographie[modifier | modifier le code]

Carrière universitaire[modifier | modifier le code]

Fils de Gustav Dahrendorf (en), Ralf Gustav Dahrendorf étudia la philosophie, la philologie classique et la sociologie à l'université de Hambourg entre 1947 et 1952 et obtiendra le doctorat dans cette université cette dernière année. Il poursuivra ses études à la London School of Economics.

En 1957, il débuta sa carrière d’enseignant à l'université de Hambourg, en 1960 à l'université de Tübingen, et en 1966 à l'université de Constance, où il enseignera jusqu'en 1969. Son travail permet la réalisation de nombreux apports à la création de la Communauté européenne. Auteur d’importants travaux comme les classes et les conflits de classes dans la société industrielle (1973), il analysa les problèmes de la société post-capitaliste.

Entre 1974 et 1984, il fut directeur de la London School of Economics et entre 1987 et 1997, il devint doyen du St. Anthony's College (en) à l'Université d'Oxford.

En 2007, il recevra le prix Prince des Asturies en sciences sociales.

Carrière politique[modifier | modifier le code]

Au début des années 1970, il fut député libéral au parlement allemand et Commissaire européen.

En 1988, il acquiert la nationalité britannique.

En 1993, il fut anobli par la reine Élisabeth II et recevra le titre de Baron Dahrendorf de Clare Market dans la ville de Westminster, et fut Chevalier commandeur de l'Ordre de l'Empire britannique (d'où le titre Sir). Il siégeait depuis à la chambre des Lords.

Travaux[modifier | modifier le code]

Théorie du conflit social[modifier | modifier le code]

Il était connu pour avoir analysé des conflits sociaux et de changement social, à travers la confrontation critique du marxisme et des théories fonctionnalistes de la sociologie américaine.

Selon Dahrendorf, c'est la distribution inégale de l'autorité qui est à la base des conflits sociaux dans une société. Chaque classe sociale a une position opposée vis-à-vis de l'autorité, la classe dominante va s’efforcer de maintenir sa position, alors que la classe dominée va agir de manière à changer cette situation. Les conflits sociaux sont une lutte pour maintenir ou modifier la répartition de l'autorité et non une lutte pour la possession des moyens de production comme le soutenait Karl Marx.

« Classe globale »[modifier | modifier le code]

En 2000[a], il théorise l'existence d'une « classe globale », une classe sociale[1], composée d'une élite mondialisée dotée d'une conscience de classe et « vouée à dominer la planète au mépris des frontières et des appartenances nationales »[2]. Il se démarque cependant de cette théorie peu avant sa mort, estimant que la classe globale « se disperse beaucoup »[2]. David Rothpokf (en) reprend ce concept sous le nom de « superclasse »[2], notamment dans son livre Superclass (en) paru en 2004.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Die Chancen der Krise: über die Zukunft des Liberalismus, 1983
  • Fragmente eines neuen Liberalismus, 1987
  • Homo sociologicus, 1967

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Dans une communication donnée à l'Académie israélienne des sciences et lettres, The Global Class and the New Inequality.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Marian Adolf et Nico Stehr, Knowledge: Is Knowledge Power?, Londres, Taylor and Francis, , p. 64.
  2. a, b et c Michael Hartmann[Lequel ?], « Le mythe de la « classe globale », sur monde-diplomatique.fr, .

Liens externes[modifier | modifier le code]