Raingarde de Semur

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Semur.
Raingarde de Semur
Bienheureuse
Naissance vers 1071
Décès le  
à Marcigny
Ordre religieux Ordre de Saint-Benoît
Vénéré par l'Église catholique romaine

Raingarde de Semur, née vers 1071, morte le [1], est une religieuse bourguignonne, considérée bienheureuse.

Éléments biographiques[modifier | modifier le code]

Raingarde de Semur est la fille de Geoffroy II de Semur[2], et de son épouse Adélaïde de Nevers ou Adélaïde de Guines selon les généalogies, marié vers 1084 à Hugues Maurice III de Montboissier (1068-1115), elle est la nièce d'Hugues de Semur (1024-1109).

Mère de saint Pierre le Vénérable, l’abbé de Cluny, qui fut son historien elle entra au Prieuré de la Sainte-Trinité de Marcigny-lès-Nonnains, près de Paray-le-Monial vers 1114, où elle fut cellérière ou économe. Les clunisiens la vénéraient comme sainte, vénérable ou bienheureuse. Pierre le Vénérable témoigne dans la vie de sa mère, qu'elle vécu près de vingt ans au monastère et plus précisément dix huit ans, s'il est vrai comme il le dit que Robert d'Arbrissel (1047-v.1117) était mort lorsqu'elle y entra.

Née dans une famille de l'aristocratie Bourguignonne et Auvergnate, elle eut toute jeune un profond mépris pour tous les avantages que sa situation pouvaient lui procurer. Elle passa tout le temps de sa vie civile en mortifications volontaires et dans des actions de charité.

Ayant rencontré à plusieurs reprises Robert d'Arbrissel, elle obtint du vivant de son mari, la permission de rentrer au couvent une fois les enfants élevés et lui mort. Hugues-Maurice III mourut à son retour de Terre Sainte.

Elle se retira à Marcigny et y pronoça ses vœux. C'est avec la plus grande humilité, sans souci vis à vis de ses origines qu'elle accomplit les tâches qui lui incombaient comme une simple servante. Etablie cellerière, elle remplit sa mission avec prévoyance, patience et charité, s'appliquant à satisfaire les besoinsde chacune des sœurs en particulier.

Elle rendit son dernier soupir le , avant que son fils Pierre ne fut revenu du Concile de Pise où il s'était rendu en mai, sous le pape Innocent II. Considérée comme bienheureuse par les bénédictins, elle ne se trouve pas au Martyrologe Romain.

Famille[modifier | modifier le code]

Marié avant 1090 avec Hugues-Maurice III de Montboissier ils eurent huit enfants dont:

Notes[modifier | modifier le code]

La page Généanet de Lauranson Rosaz [6] datant le décès de Pierre-Maurice de Montboissier de mai 1115, "Mémoires d'Elles" date l'entrée de Raingarde au monastère de Marcigny du dimanche de Pâques suivant le décès de son époux soit le 2 avril 1116. "Mémoires d'Elles" donne le 24 juin 1135 comme date de sa mort.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Collectif, Les Vies des Saints composées sur ce qui nous est resté..., t.IV, nouvelle édition chez Estienne-François Savoye rue Saint Jacques à Paris, 1739, p.831-832. (réf:Petr Clun, epift 17, I, 80 - Andill,t.I vie des saints des ..., p.634 Duchesne Bibl. Clun.nat.)
  • Jean-Baptiste Derost, Raingarde de Semur : une religieuse bénédictine de Marcigny au XIIe siècle, 1924, 57 pages.
  • Marie-Andrée Roy/Agathe Lafortune, Mémoires d'Elles : Fragment de vies et Spiritualités de Femmes, Mediaspaul, Montréal (Canada) 1999 (Pages 67 - 70)

Iconographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. collectif, Les vies des saints, composées sur ce qui nous est resté...,t.IV, Paris, chez Estienne-François Savoye, 1739, p.832.
  2. 3e du nom dans la succession selon certaine généalogie
  3. Aujourd'hui de Bâgé
  4. Cette histoire se termine en 1167. Hugues de Poitiers y fait des reproches aux moines de Cluny
  5. Graham Runnalls, An Abbot of Vezelay: Ponce de Montboissier, Londres 1918
  6. http://gw.geneanet.org/laurosaz?lang=fr;p=pierre+maurice+ier;n=de+montboissier