Raie pastenague à taches bleues

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Taeniura lymma

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir la page pastenague.
Taeniura lymma
Description de cette image, également commentée ci-après

Raie pastenague à taches bleues
(Taeniura lymma)

Classification
Règne Animalia
Embranchement Chordata
Sous-embr. Vertebrata
Classe Chondrichthyes
Sous-classe Elasmobranchii
Super-ordre Euselachii
Ordre Rajiformes selon ADW & FishBase
Myliobatiformes selon ITIS
Famille Dasyatidae
Genre Taeniura

Nom binominal

Taeniura lymma
(Forsskål, 1775)

Statut de conservation UICN

( NT )
NT [1] : Quasi menacé

Répartition géographique

Description de l'image Cypron-Range Taeniura lymma.svg.


La raie pastenague à taches bleues ou pastenague queue à ruban (Taeniura lymma) est une raie de la famille des Dasyatidae. L'espèce est présente de la zone intertidale jusqu'à une profondeur de 30 m. Elle est fréquente dans les habitats côtiers ou à proximité de récifs coralliens des océans Indien et Pacifique occidental. Cette raie assez petite ne mesure pas plus de 35 cm de largeur : le disque pectoral est ovale et largement régulier, les grands yeux sont protubérants, la queue courte et épaisse surmonte un repli encaissé dans la nageoire. Le poisson est facilement reconnaissable à son éclatant jeu de couleurs qui consiste en de nombreux points bleus électriques sur un fond jaunâtre avec une queue striée de deux bandes bleues.

La nuit tombée, la raie pastenague à taches bleues rejoint des congénères et forme un petit groupe pour chasser sur des plaines sablonneuses en se laissant porter par la marée montante ; elle se nourrit d'invertébrés benthiques ainsi que de poissons osseux. Quand la marée est descendante, la raie se sépare de son groupe et se retire à l'abri sur un récif. La reproduction est ovovivipare : la femelle peut mettre au monde jusqu'à sept petits. Cette raie est en mesure d'infliger à l'homme une piqûre douloureuse grâce aux épines venimeuses situées sur sa queue ; la fuite est cependant préférée en cas de menace. Malgré ses inaptitudes à la vie en captivité, la beauté et la taille du poisson sont des attraits pour les aquariophiles. En raison de la détérioration généralisée de son habitat et de la menace que représente la pêche intensive, l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) range la raie pastenague à taches bleues parmi les espèces « Quasi menacées ».

Description[modifier | modifier le code]

La coloration de la raie pastenague à taches bleues est facilement reconnaissable.

La raie pastenague à taches bleues atteint 80 cm de long, 35 cm de large et pèse jusqu'à 5 kg[2],[3]. Le disque formé par la nageoire pectorale adopte une forme ovale, il est environ un cinquième plus long que large. Le museau est arrondi ou légèrement anguleux. Les stigmates sont situés immédiatement derrière les grands yeux protubérants. Un étroit rabat de peau chevauchant la gueule fait la jonction entre les narines : la bordure postérieure de ce rabat de peau est ourlée. La mâchoire inférieure se creuse au milieu et est cernée de larges sillons situés de chaque côté de la gueule. Chacune des mâchoires compte entre 15 et 24 rangées de dents agencées à la façon d'un pavement ; deux grandes papilles sont disposées sur le plancher de la gueule[4],[5]. Les nageoires pelviennes sont étroites et anguleuses. La queue épaisse et pendante est environ une fois et demie plus longue que le disque : elle supporte deux (plus rarement une seule) épines crénelées loin derrière la base de la queue. Un profond repli de nageoire est visible sur la surface ventrale, il se prolonge jusqu'au bout de la queue ; une crête peu marquée se dessine sur la surface supérieure[6],[5].

À l'exception de quelques petites épines au milieu de la surface dorsale, la peau est lisse[5]. La coloration dorsale est éclatante : elle consiste en de nombreuses taches circulaires bleu électrique sur un fond ocre ou verdâtre. Les taches sont de tailles différentes mais elles se rétrécissent aux bordures du disque. La queue présente deux bandes du même bleu qui s'élancent de chaque côté de l'organe jusqu'aux épines. Il arrive que des spécimens rencontrés au large de l'Afrique australe ne disposent pas de ces deux bandes[7]. Les yeux sont d'un jaune brillant, la surface ventrale est blanche[4],[8].

Répartition géographique et habitat[modifier | modifier le code]

La raie pastenague à taches bleues vit dans les eaux côtières de la zone tropicale du bassin Indo-Pacifique. Dans l'océan Indien, sa présence est établie depuis l'Afrique du Sud jusqu'à la Péninsule Arabique et l'Asie du Sud-Est : cela comprend Madagascar, Maurice, Zanzibar, les Seychelles, le Sri Lanka ainsi que les Maldives. Il est rare de rencontrer ce poisson dans le golfe Persique et dans le golfe d'Oman[1],[6]. Dans l'océan Pacifique, l'espèce est présente des Philippines jusqu'aux côtes septentrionales de l'Australie ; elle est également aperçue autour de nombreuses îles de Mélanésie et de Polynésie, l'extrémité orientale de la répartition étant les îles Salomon[1]. La raie pastenague à taches bleues se rencontre rarement au-delà de 30 m de profondeur : ce poisson démersal apprécie en effet les récifs coralliens et les plaines sablonneuses qui les bordent, ainsi que les herbiers marins[1]. Il est souvent aperçu dans la zone intertidale et dans des mares résiduelles[8]. Tous les étés, un nombre considérable de raies pastenagues à taches bleues se rend près des côtes sud-africaines[4].

Taxinomie et phylogénie[modifier | modifier le code]

La raie pastenague à taches bleues est originellement décrite par le naturaliste suédois Pehr Forsskål sous le nom Raja lymma dans son ouvrage Descriptiones Animalium quae in itinere ad maris australis terras per annos 1772, 1773, et 1774 suscepto collegit, observavit, et delineavit Joannes Reinlioldus Forster, etc., curante Henrico Lichtenstein publié en 1775. L'épithète spécifique lymma signifie « boue »[4]. Forsskål ne désigne pas de spécimen type. En 1837, les biologistes allemands Johannes Peter Müller et Friedrich Gustav Jakob Henle créent le genre Taeniura qui doit accueillir l'espèce Trygon ornatus ; cette dernière est maintenant reconnue comme un synonyme plus récent[2].

Un autre nom vulgaire utilisé en français pour désigner cette espèce est pastenague queue à ruban ; celui-ci se rencontre plus rarement[2],[9]. Une étude morphologique publiée en 1996 suggère que la raie pastenague à taches bleues est plus proche des raies du genre Himantura vivant près des côtes américaines ainsi que des raies d'eau douce de la famille Potamotrygonidae, plutôt que de la raie à taches noires (T. meyeni) avec qui elle partage son genre. Celle-ci serait en effet affiliée au genre Dasyatis et aux raies du genre Himantura vivant dans le bassin Indo-Pacifique[10].

Biologie et écologie[modifier | modifier le code]

La pastenague à taches bleues se cache parmi les coraux durant la journée.

La raie pastenague à taches bleues est habituellement solitaire durant la journée qu'elle passe cachée à l'intérieur de cavernes, à l'abri sous un récif corallien ou sous des débris divers (notamment des épaves) ; bien souvent, seule sa queue est visible[8],[5],[11]. Contrairement à beaucoup d'espèces proches, il est rare que ce poisson s'enfonce dans le sable[12]. La nuit, de petits groupes se forment et, suivant la marée montante, se dirigent vers des plaines sablonneuses peu profondes où se nourrir. La raie creuse les fonds sablonneux à la recherche de mollusques, de polychètes, de crevettes, de crabes et de petits poissons osseux benthiques ; quand une proie est découverte, elle est piégée sous le corps de la raie est dirigée vers sa gueule à l'aide du disque. Certains poissons, comme ceux issus de la famille Mullidae, suivent le groupe lors de sa chasse et se nourrissent des proies restantes[7],[13].

La période de reproduction de l'espèce s'étend de la fin du printemps jusqu'en été : le mâle suit la femelle et s'y accroche en mordant son disque, il se maintient sur elle afin de procéder à la copulation[13]. Il existe un exemple documenté d'un mâle se tenant sur le disque d'un autre mâle de plus petite taille de l'espèce Neotrygon kuhlii (pastenague à points bleus), il pourrait s'agir d'une identification erronée. Des rassemblements de mâles adultes ont été observés en eaux peu profondes, cela pourrait être lié à la reproduction[11]. Comme les autres poissons apparentés, cette espèce est ovovivipare : lors du développement intra-utérin, les embryons se nourrissent de vitellus puis d'un liquide histotrophe contenant du mucus, de la graisse ainsi que des protéines, il s'agit d'une sorte de « lait utérin » sécrété par la mère. La durée de la gestation n'est pas connue avec précision, on pense cependant qu'elle est comprise entre quatre et douze mois. La femelle peut mettre au monde jusqu'à sept petits qui mesurent environ 13 ou 14 cm de large : le petit est un portrait réduit du poisson à la taille adulte[12],[14]. Le mâle arrive à maturité sexuelle quand la largeur du disque atteint 20 ou 21 cm ; la donnée similaire pour la femelle est inconnue[2],[14].

La liste des prédateurs connus de la raie pastenague à tâche bleues comprend les requins-marteaux et les dauphins du genre Tursiops ; il est possible que l'espèce soit la proie d'autres grands poissons et mammifères marins[12],[15]. Quand elle est menacée, cette raie a tendance à fuir en zigzag afin de semer ses poursuivants[8]. De nombreux parasites de l'espèce ont été identifiés : les cestodes Aberrapex manjajiae[16], Anthobothrium taeniuri[17], Cephalobothrium taeniurai[18], Echinobothrium elegans et E. helmymohamedi[19],[20], Kotorelliella jonesi[21], Polypocephalus saoudi[22], Rhinebothrium ghardaguensis et R. taeniuri[23], les monogènes Decacotyle lymmae[24], Empruthotrema quindecima[25], Entobdella australis[26], et Pseudohexabothrium taeniurae[27], les vers plats Pedunculacetabulum ghardaguensis et Anaporrhutum albidum[28],[29], le nématode Mawsonascaris australis[30], le copépode Sheina orri[31], et le protozoaire Trypanosoma taeniurae[32]. Cette raie a été observée profitant des « services » du labre nettoyeur commun : elle indique son accord en soulevant les rebords du disque et les nageoires pelviennes[11].

Relations avec l'homme[modifier | modifier le code]

La raie pastenague à taches bleues est généralement d'un tempérament craintif et s'éloigne des plongeurs qu'elle aperçoit ; en revanche, si elle se sent menacée, elle est capable d'infliger une blessure très douloureuse à l'homme à l'aide des épines venimeuses qu'elle porte sur sa queue[12]. En raison de son apparence attrayante ainsi que de sa taille relativement modeste, ce poisson est celui de l'ordre des Myliobatiformes que l'on retrouve le plus fréquemment chez les aquariophiles[33]. Cependant, il est rare que la raie s'adapte à ce nouveau milieu et très peu d'aquariophiles parviennent à maintenir un spécimen en vie bien longtemps[11]. Il est courant que la raie pastenague à taches bleues refuse de se nourrir dans l'aquarium ; fréquemment, des spécimens apparemment en bonne santé arrêtent de se nourrir ou meurent de façon inexplicable[11]. La chair du poisson est consommée en Afrique de l'Est, en Asie du Sud-Est et en Australie. Cette prise est soit celle recherchée, soit une prise accessoire ; la raie est capturée à l'aide d'un filet maillant, d'une palangre, d'une pointe ou d'une nasse[1],[14].

L'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) donne à la raie pastenague à taches bleues le statut d'espèce « Quasi menacée ». Même si elle se rencontre fréquemment et qu'elle occupe une vaste répartition, cette espèce souffre de la dégradation persistante de son habitat partout dans sa zone de distribution : les récifs coralliens à proximité desquels elle vit sont mis en danger par des pratiques halieutiques destructrices recourant au cyanure et à la dynamite. Enfin, la pêche locale destinée à l'aquariophilie, ainsi que la pêche sous une forme commerciale ou artisanale sont des menaces importantes[1].

Annexes[modifier | modifier le code]

Références taxinomiques[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e et f (en) Compagno, L.J.V., « Taeniura lymma », sur iucnredlist.org,‎ 2005 (consulté en février 2015)
  2. a, b, c et d (en) Froese, R. et D. Pauly, « Taeniura lymma (Forsskål, 1775) Ribbontail stingray », sur FishBase.org,‎ 2014 (consulté en février 2015)
  3. (en) Van Der Elst, R. and D. King, A Photographic Guide to Sea Fishes of Southern Africa, Struik,‎ (ISBN 1-77007-345-0), p. 17
  4. a, b, c et d (en) Van der Elst, R., A Guide to the Common Sea Fishes of Southern Africa, Struik,‎ (ISBN 1-86825-394-5), p. 52
  5. a, b, c et d (en) Last, P.R. and L.J.V. Compagno, The Living Marine Resources of the Western Central Pacific (Volume 3), Rome, Food and Agricultural Organization of the United Nations,‎ , 1479–1505 p. (ISBN 92-5-104302-7), chap. Myliobatiformes: Dasyatidae
  6. a et b (en) Randall, J.E. and J.P. Hoover, Coastal Fishes of Oman, University of Hawaii Press,‎ (ISBN 0-8248-1808-3), p. 47
  7. a et b (en) Heemstra, P. and E. Heemstra, Coastal Fishes of Southern Africa, NISC and SAIAB,‎ (ISBN 1-920033-01-7), p. 84
  8. a, b, c et d (en) Ferrari, A. and A. Ferrari, Sharks, Firefly Books,‎ , 214–215 p. (ISBN 1-55209-629-7)
  9. (en) Sommer, C., Schneider W. et Poutiers J.-M., The Living Marine Resources of Somalia, Rome, FOOD AND AGRICULTURE ORGANIZATION OF THE UNITED NATIONS,‎ (ISBN 9251037426, lire en ligne).
  10. (en) Lovejoy, N.R., « Systematics of myliobatoid elasmobranchs: with emphasis on the phylogeny and historical biogeography of neotropical freshwater stingrays (Potamotrygonidae: Rajiformes) », Zoological Journal of the Linnean Society, vol. 117, no 3,‎ , p. 207–257 (DOI 10.1111/j.1096-3642.1996.tb02189.x, lire en ligne)
  11. a, b, c, d et e (en) Michael, S.W., Reef Sharks and Rays of the World – A Guide To Their Identification, Behavior and Ecology, Sea Challengers,‎ (ISBN 0-930118-18-9), p. 107
  12. a, b, c et d (en) Bester, C., « Bluespotted ribbontail ray », sur Florida Museum of Natural History Ichthyology Department (consulté en février 2015)
  13. a et b (en) Miller, J., « Taeniura lymma (On-line) », sur animaldiversityweb.com,‎ 2002 (consulté en février 2015)
  14. a, b et c (en) Last, P.R. and J.D. Stevens, Sharks and Rays of Australia, Harvard University Press,‎ , 459–460 p. (ISBN 0-674-03411-2)
  15. (en) Mann, J. and B. Sargeant, The Biology of Traditions: Models and Evidence, Cambridge University Press,‎ (ISBN 0-521-81597-5), chap. Like mother, like calf: the ontogeny of foraging traditions in wild Indian Ocean bottlenose dolphins (Tursiops sp.)
  16. (en) Jensen, K., « A new species of Aberrapex Jensen, 2001 (Cestoda: Lecanicephalidea) from Taeniura lymma (Forsskal) (Myliobatiformes: Dasyatidae) from off Sabah, Malaysia », Systematic Parasitology, vol. 64, no 2,‎ , p. 117–123 (DOI 10.1007/s11230-005-9026-2, lire en ligne)
  17. (en) Saoud, M.F.A., « On a new cestode, Anthobothrium taeniuri n. sp. (Tetraphyllidea) from the Red Sea Sting Ray and the relationship between Anthobothrium van Beneden, 1850, Rhodobothrium Linton, 1889 and Inermiphyllidium Riser, 1955 », Journal of Helminthology, vol. 37,‎ , p. 135–144 (DOI 10.1017/S0022149X00019696)
  18. (en) Ramadan, M.M., « Cestodes of the genus Cephalobothrium Shipley and Hornel, 1906 (Lecanicephaliidae), with description of C. ghardagense n. sp. and C. taeniurai n. sp. from the Red Sea fishes », Japanese Journal of Parasitology, vol. 35, no 1,‎ , p. 11–15
  19. (en) Tyler, G.A. (II), « Tapeworms of elasmobranchs (part II) a monograph on the Diphyllidea (Platyhelminthes, Cestoda) », Bulletin of the University of Nebraska State Museum, vol. 20,‎ , i–viii, 1–142
  20. (en) Saoud, M.F.A., M.M. Ramadan and S.I. Hassan, « On Echinobothrium helmymohamedi n. sp. (Cestoda: Diphyllidea): a parasite of the sting ray Taeniura lymma from the Red Sea », Journal of the Egyptian Society of Parasitology, vol. 12, no 1,‎ , p. 199–207
  21. (en) Palm, H.W. and I. Beveridge, « Tentaculariid cestodes of the order Trypanorhyncha (Platyhelminthes) from the Australian region », Records of the South Australian Museum, vol. 35, no 1,‎ , p. 49–78
  22. (en) Hassan, S.H., « Polypocephalus saoudi n. sp. Lecanicephalidean cestode from Taeniura lymma in the Red Sea », Journal of the Egyptian Society of Parasitology, vol. 12, no 2,‎ , p. 395–401
  23. (en) Ramadan, M.M., « A review of the cestode genus Rhinebothrium Linton, 1889 (Tetraphyllidae), with a description of two new species of the sting ray Taeniura lymma from the Red Sea », Journal of the Egyptian Society of Parasitology, vol. 14, no 1,‎ , p. 85–94
  24. (en) Cribb, B.W. et Ian D. Whittington, « Anterior adhesive areas and adjacent secretions in the parasitic flatworms Decacotyle lymmae and D. tetrakordyle (Monogenea: Monocotylidae) from the gills of stingrays », Invertebrate Biology, vol. 123, no 1,‎ , p. 68–77 (DOI 10.1111/j.1744-7410.2004.tb00142.x, lire en ligne)
  25. (en) Chisholm, L.A. and I.D. Whittington, « Empruthotrema quindecima sp. n. (Monogenea: Monocotylidae) from the nasal fossae of Taeniura lymma (Dasyatididae) from Heron Island and Lizard Island, Great Barrier Reef, Queensland, Australia », Folia Parasitologica, vol. 46, no 4,‎ , p. 274–278 (lire en ligne)
  26. (en) Whittington, I.D. and B.W. Cribb, « Glands associated with the anterior adhesive areas of the monogeneans, Entobdella sp. and Entobdella australis (Capsalidae) from the skin of Himantura fai and Taeniura lymma (Dasyatididae) », International Journal for Parasitology, vol. 28, no 4,‎ , p. 653–665 (DOI 10.1016/S0020-7519(98)00016-2, lire en ligne)
  27. (en) Agrawal, N., L.A. Chisholm and I.D. Whittington, « Pseudohexabothrium taeniurae n. sp. (Monogenea: Hexabothriidae) from the gills of Taeniura lymma (Dasyatididae) from the Great Barrier Reef, Australia », The Journal of Parasitology, vol. 82, no 1,‎ , p. 131–136 (DOI 10.2307/3284128)
  28. (en) Saoud, M.F.A. and M.M. Ramadan, « Two trematodes of genus Pedunculacetabulum Yamaguti, 1934 from Red Sea fishes », Journal of the Egyptian Society of Parasitology, vol. 14, no 2,‎ , p. 321–328
  29. Razarihelisoa, M., « Sur quelques trematodes digenes de poissons de Nossibe (Madagascar) », Bulletin de la Société Zoologique de France, vol. 84,‎ , p. 421–434
  30. (en) Sprent, J.F.A., « Some ascaridoid nematodes of fishes: Paranisakis and Mawsonascaris n. g », Systematic Parasitology, vol. 15, no 1,‎ , p. 41–63 (DOI 10.1007/bf00009917, lire en ligne)
  31. (en) Kornicker, L.S., « Redescription of Sheina orri Harding, 1966, a myodocopid ostracode collected on fishes off Queensland, Australia », Proceedings of the Biological Society of Washington, vol. 99, no 4,‎ , p. 639–646
  32. (en) Burreson, E.M., « Haematozoa of fishes from Heron I., Australia, with the description of two new species of Trypanosoma », Australian Journal of Zoology, vol. 37, no 1,‎ , p. 15–23 (DOI 10.1071/ZO9890015)
  33. (en) Burgess, W.E., H.R. Axelrod and R.E. Hunziker, Dr. Burgess's Atlas of Marine Aquarium Fishes, T.F.H. Publications,‎ (ISBN 0-7938-0575-9), p. 676