Rahul Pandharipande

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Rahul Pandharipande
Rahul Pandharipande.jpg
Biographie
Naissance
Nationalités
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Domaine
Directeur de thèse

Rahul Pandharipande, né en 1969, est un mathématicien indo-américain qui travaille en géométrie algébrique, et notamment en géométrie énumérative et sur les espaces de modules de courbes. Il est professeur à l'École polytechnique fédérale de Zurich.

Carrière[modifier | modifier le code]

Rahul Pandharipande fait des études de mathématiques à l'université de Princeton où il obtient en 1990 un B. A. avec mention summa cum laude 1990, et à l'université Harvard où il obtient en 1994 un Ph. D. sous la direction de Joe Harris (mathématicien) (titre de la thèse : A Compactification over the Moduli Space of Stable Curves of the Universal Moduli Space of Slope-Semistable Vector Bundles)[1]. De 1994 à 1997 il est Dickson Instructor à l'université de Chicago, en 1997 professeur assistant à Chicago, puis en 1998 professeur associé et à partir de 2001 professeur au California Institute of Technology. En 2002 il devient professeur à Princeton et, à partir de 2011, il est professeur à École polytechnique fédérale de Zurich.

En 2010-2011 il est professeur invité à l’Instituto Superior Técnico à Lisbonne.

Recherche[modifier | modifier le code]

Le Clay Research Award lui est attribué pour avoir démontré de nombreux cas de la conjecture dite MNOP, nommée ainsi d'après Davesh Maulik, Nikita Nekrasov (de), Andreï Okounkov, et lui-même ; en particulier , avec son élève Aaron Pixton, il l'a prouvé dans le cas des variétés de Calabi-Yau tridimensionnelles[2]. Cette conjecture de géométrie énumérative relie deux façons de dénombrer les courbes algébriques, d'une part au moyen de la théorie de Gromov-Witten (de), d'autre part au moyen des invariants de Donaldson-Thomas, nommés ainsi d'après Simon Donaldson et Richard Thomas. La démonstration de la conjecture pour les 3-variétés de Calabi-Yau repose sur le travail de Pandharipande et Richard Thomas sur les paires stables.

Prix et distinctions[modifier | modifier le code]

Publications (sélection)[modifier | modifier le code]

  • Thomas B. Graber et Rahul Pandharipande, « Localization of virtual classes », Inventiones mathematicae, vol. 135, no 2,‎ , p. 487-518 (DOI 10.1007/s002220050293).
  • Andreï Okounkov et Rahul Pandharipande, « Gromov-Witten theory, Hurwitz numbers and completed cycles », Annals of Mathematics, vol. 163,‎ , p. 517-560.
  • Andreï Okounkov et Rahul Pandharipande, « Equivariant Gromov-Witten theory of  », Annals of Mathematics, vol. 163,‎ , p. 561-605.
  • Davesh Maulik, Nikita Nekrasov, Andreï Okounkov et Rahul Pandharipande, « Gromov-Witten theory and Donaldson-Thomas theory I et II », Compositio Mathematica, vol. 142,‎ , p. 1263–1285, 1286–1304.
  • Rahul Pandharipande et Richard Thomas, « Curve counting via stable pairs in the derived category », Inventiones mathematicae, vol. 178,‎ , p. 407-447.
  • Davesh Maulik, Alexeï Oblomkov, Andreï Okounkov et Rahul Pandharipande, « Gromov-Witten/Donaldson-Thomas correspondence for toric 3-folds », Inventiones mathematicae, vol. 186, no 2,‎ , p. 435-479 (Math Reviews 2845622).
  • (en) Rahul Pandharipande et Aaron Pixton, « Gromov-Witten/Pairs correspondence for the quintic 3-fold », Journal of the American Mathematical Society, vol. 30, no 2,‎ , p. 389–449 (DOI 10.1090/jams/858, Math Reviews 3600040)
  • (en) Felix Janda, Rahul Pandharipande, Aaron Pixton et Dimitri Zvonkine, « Double ramification cycles on the moduli spaces of curves », Publications mathématiques de l'IHÉS, vol. 125, no 1,‎ , p. 221–266 (DOI 10.1007/s10240-017-0088-x, Math Reviews 3668650)

Notes et références[modifier | modifier le code]

(de) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en allemand intitulé « Rahul Pandharipande » (voir la liste des auteurs).

Liens externes[modifier | modifier le code]