Ragnvald Eysteinsson

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Rognvald Eysteinsson
Fonctions
Comte des Orcades
Titre de noblesse
Jarl
Biographie
Naissance
Vers ou Voir et modifier les données sur Wikidata
Décès
Vers Voir et modifier les données sur Wikidata
Surnom
Le SageVoir et modifier les données sur Wikidata
Activité
FeudataireVoir et modifier les données sur Wikidata
Père
Mère
Ascrida Ragnvaldsdottir (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Fratrie
Conjoint
Ragnhild Hrolfsdottir (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfant

Ragnvald Eysteinsson (vieux norrois Rǫgnvaldr Eysteinsson), dit le Sage (né en 840 dans l'Oppland en Norvège, mort en 890), jarl de Møre.

Biographie[modifier | modifier le code]

Selon la Saga des Orcadiens, le Jarl Ragnvald/Rögnvaldr avait été un fidèle compagnon de Harald Ier de Norvège pendant que ce dernier soumettait le pays.

Le roi Harald nomme Rognvald, Jarl de Møre, après qu'il lui ait coupé ses cheveux longs et indisciplinés. Harald avait juré de ne jamais se faire couper les cheveux, jusqu'à ce qu'il ait pris le contrôle total de toute la Norvège. Après dix ans à ne pas se faire couper les cheveux, le geste de Rognvald a officialisé le fait que Harald avait gagné la fidélité de tous les chefs vikings de Norvège[1].

Comme mentionné par des sources écossaises et irlandaises contemporaines, Rognvald a joué un rôle dans la fondation du comté d'Orkney. Au-delà de ce point d'accord, le dossier historique n'est pas clair quant à son rôle précis. Les sagas racontent un «grand voyage» où Rognvald a navigué avec Harald Ier de Norvège et d'autres chefs vikings.

Ce voyage était initialement une expédition punitive pour punir les chefs vikings renégats qui se sont installés à Orkney. Les chefs rebelles auraient utilisé les Orcades comme base à partir de laquelle lancer leurs raids de maraudage en Norvège même. Agissant sous le commandement du roi, Rognvald aurait pris le contrôle des bases rebelles vikings des îles Shetland et des Orcades. De là, il a ensuite lancé des raids dans l'île de Man ainsi que dans les régions côtières de l'Irlande et de l'Écosse. En récompense et en compensation de la mort au combat d'un fils nommé Ivarr, le roi lui fit don du comté de Møre og Romsdal des îles Shetland et des Orcades. Ivarr a été tué lors d'un raid au cours de l'expédition[1].

Différentes sources sont assez confuses quant à la mort d’Ivarr. Un enregistrement fait état de sa mort à Hafrsfiord en 872. Un autre dit qu'il est décédé lors d'une bataille à Orkney ou à proximité en l'an 874[2].

La Heimskringla précise également que Rognvald fils de Eystein Glumra reçoit aussi du roi les Orcades et les Shetland, qu'il confie d'abord à son frère Sigurd Eysteinsson, puis à ses fils illégitimes. Le puissant jarl meurt avec soixante de ses hommes dans l'incendie de sa résidence au cours d'un conflit avec Halfdan Halegg et Gudroed Liomi, deux fils de Harald Ier qui voulaient le déposséder[3].

Union et postérité[modifier | modifier le code]

Il est avec son épouse Ragnhilde, fille de Hrolfr Nefja, le père de :

La Heimskringla lui attribue également des fils illégitimes qui « avaient déjà atteint l'âge adulte lorsque leurs frères légitimes étaient encore dans l'enfance »[5],

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Orknøboernes saga (Ægidius) - Indledning – heimskringla.no », sur heimskringla.no (consulté le 27 mars 2020)
  2. « Icelandic Sagas, Volume 3: The Story of Earl Rognvald », sur www.sacred-texts.com (consulté le 27 mars 2020)
  3. Snorri Sturluson, Histoire des rois de Norvège, texte traduit et présenté par François-Xavier Dillmann, Gallimard, Paris, 2000 (ISBN 2070732118), « Histoire de Harald à la Belle Chevelure », chapitre 29, p. 147.
  4. Jean Renaud, La Saga des Orcadiens, tr. par Jean Renaud, éd. Aubier, Paris, 1990 (ISBN 2700716426), chapitre IV, p. 51.
  5. Snorri Sturluson Histoire des rois de Norvège, texte traduit et présenté par François-Xavier Dillmann, op. cit., chapitre 24, p. 141-142.
  6. Jean Renaud, op. cit., chapitre V, p. 52-53.
  7. Jean Renaud, op. cit., chapitre VI, p. 53.

Bibliographie[modifier | modifier le code]