Raffinerie de Feyzin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Raffinerie de Feyzin
Image illustrative de l'article Raffinerie de Feyzin
Un aperçu de la raffinerie
Présentation
Coordonnées 45° 40′ 19″ nord, 4° 50′ 35″ est
Pays France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Ville Feyzin
Compagnie Total
Fondation 1964
Caractéristiques techniques
Capacité 5,8 Mt/an
Produits bitumes
Localisation

Géolocalisation sur la carte : métropole de Lyon

(Voir situation sur carte : métropole de Lyon)
Point carte.svg

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Point carte.svg

La raffinerie de Feyzin est une raffinerie d'importance régionale située sur la commune de Feyzin au sud de Lyon près de l'Institut français du pétrole (IFP). Elle a été mise en service en 1964. Deux ans plus tard, elle fut le théâtre d'une grande catastrophe. Lors de cette catastrophe, se produisit un phénomène inconnu dénommé Bleve. La raffinerie est encore en service et est actuellement classée « Seveso seuil haut ».

Origine[modifier | modifier le code]

Le site de la ville de Feyzin fut choisi à cause des éléments stratégiques :

Catastrophe de 1966[modifier | modifier le code]

La raffinerie fut le théâtre d'une des premières grandes catastrophes industrielles le 4 janvier 1966. Un champignon enflammé de 600 mètres de haut, tout près de Lyon, fit 18 morts, dont 11 pompiers, ainsi que 88 blessés et des dégâts matériels jusqu’à Vienne, à 25 km de Lyon, endommageant 1 475 habitations[1].

Accident de 2011[modifier | modifier le code]

Un problème technique lors de la fermeture d'une vanne à la raffinerie de Feyzin (appartenant au groupe Total) laissa échapper un grand nuage de dioxyde de soufre poussé par un vent du sud au-dessus de l'agglomération lyonnaise[2].

Histoire récente[modifier | modifier le code]

En 2002, la société Total, propriétaire de la raffinerie, annonce engager des travaux de rénovation du site :

  • mise en sécurité, modernisation des unités de raffinage : ces deux points nécessitent deux arrêts de l'unité en 2002 et 2003.
  • « réduction » de l'impact des rejets sur l'environnement
  • meilleure intégration de la raffinerie dans son paysage urbain[3] : grâce à la Cité de la création, les cuves et l'enceinte de la raffinerie sont recouvertes de fresques en juin 2004. Le coût de l'opération, intitulée « Nice Looking », s'élève à cinq millions d'euros.

Le 2 février 2007 a eu lieu une simulation d'accident pour tester la réactivité des unités d'intervention et de secours[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]