Raffadali

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Raffadali
Blason de Raffadali
Héraldique
Raffadali
Vue sur Raffadali.
Administration
Pays Drapeau de l'Italie Italie
Région Drapeau de la Sicile Sicile 
Province Agrigente  
Code postal 92015
Code ISTAT 084030
Code cadastral H159
Préfixe tel. 0922
Démographie
Gentilé raffadalesi
Population 12 924 hab. (31-12-2010[1])
Densité 587 hab./km2
Géographie
Coordonnées 37° 24′ 17″ nord, 13° 32′ 02″ est
Altitude Min. 420 m
Max. 420 m
Superficie 2 200 ha = 22 km2
Divers
Saint patron Santa Maria
Fête patronale 8 juillet
Localisation
Localisation de Raffadali
Géolocalisation sur la carte : Sicile
Voir sur la carte administrative de Sicile
City locator 14.svg
Raffadali
Géolocalisation sur la carte : Italie
Voir sur la carte administrative d'Italie
City locator 14.svg
Raffadali
Géolocalisation sur la carte : Italie
Voir sur la carte topographique d'Italie
City locator 14.svg
Raffadali
Liens
Site web http://www.comune.raffadali.ag.it/

Raffadali est une commune italienne de la province d'Agrigente en Sicile.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le territoire communal couvre une superficie d'environ 1.617 hectares avec une densité de 586,12 habitants par km2. Il est situé dans une zone de collines, entre les rivières Platani et Imera méridionale, avec une altitude de 425 m au-dessus du niveau de la mer. L'aspect physique du territoire est caractérisé par des marnes et blanc foraminifere, brun sols et regosuoli. Le climat est méditerranéen avec une température moyenne de 26 - 28 °C en juillet et en août avec des températures de - 30 à- 40 °C.

Histoire[modifier | modifier le code]

Préhistoire[modifier | modifier le code]

Les plus anciennes découvertes remontent à l'âge du cuivre et ont été trouvées dans le district de Pietra Rossa, où se trouve une nécropole composée de dizaines de niches, avec des squelettes en position fœtale. Un autre site archéologique est Cozzo Busonè, où la nécropole se compose de plusieurs tombes à grottes artificielles. dont 12 ont été perdus en raison de travaux de démolition sur la colline par un producteur de sociétés de calcaire. Le premier archéologue à mener des fouilles sur le site était le professeur Bianchini, les objets en céramique et en lithiques trouvés révéler la présence de la civilisation des Castelluccio (site archéologique de la province de Syracuse du XVIII au XV sec. a.C.). Parmi les objets trouvés, il y a deux idoles féminines, représentant la Déesse Mère.

L'époque romaine[modifier | modifier le code]

La présence romaine se caractérise par des artefacts trouvés sur le site de Terravecchia. Ainsi, dès le XVIe siècle, on y retrouva un sarcophage orné d'une représentation du viol de Proserpine dans le Contrada Grotticelle. Le sarcophage fût d'abord placé devant le palais des Princes de Montaperto, avant d'être donné à la principale église du village où il est encore conservé aujourd'hui.

Le moyen-âge[modifier | modifier le code]

À partir de 839-840, Raffadali est occupé par les Sarrasins. Cette occupation dure deux siècles jusqu'à l'invasion normande qui mit fin à la domination arabe sur la Sicile.

Michele Amari localise dans cette commune, près de la contrada Buagimi, la forteresse musulmane de Bugamo (ou Burgamo), prise et rasée par les Normands qui déportent les habitants à Scribla en Calabre, mais rien ne permet de prouver cette hypothèse[2].

Le , le roi Roger Ier de Sicile donna la terre de Raffadali à Giorlando Montaperto, fils de Giovanni Matteo et d'Ulla Cassaneto, pour avoir arraché le château de Monte Guastanella à une garnison arabe.

Raffadali faisait partie du district territorial du diocèse d'Agrigente, et devaient à se titre payer un tribut annuel à l'Église.

Période moderne[modifier | modifier le code]

La ville moderne a été fondée sur les ruines de l'ancienne place forte en 1481. En 1507, Pietro Montaperto obtint le «ius populandi» (droit de peupler) de Ferdinand le Catholique, ce qui permit l'expansion du village, la rénovation du château et la construction d'une église paroissiale. En 1649, Giuseppe Nicolò Montaperto est intervenu pour étouffer une émeute des Agrigentins contre l'évêque Trajna, qui était accusé d'être responsable d'une famine. En récompense de son courage et de sa fidélité, Philippe IV (roi d'Espagne) acorde à la famille Montaperto le titre de Prince de Raffadali. Le dernier prince fût Salvatore Montaperto Valguarnera. Au début du XIXe siècle, Raffadali fut transformé en une ville rurale de petits et moyens fermiers. Les anciens seigneurs ont conservé le droit de bail sur une partie du territoire.

À partir de 1861, Raffadali devînt la capitale de son Mandamento, qui contenait également les villes de Santa Elisabetta et Joppolo Giancaxio. Il a été supprimé, avec tous les autres mandamenti, en 1927.

Économie[modifier | modifier le code]

Culture[modifier | modifier le code]

Événement commémoratif[modifier | modifier le code]

Fêtes, foires[modifier | modifier le code]

Administration[modifier | modifier le code]

Les maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
15 mai 2007 En cours Silvio Marcello Cuffaro Centro-Destra  
Les données manquantes sont à compléter.

Personnages connexes à Raffadali[modifier | modifier le code]

Hameaux[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Agrigente, Joppolo Giancaxio, Sant'Angelo Muxaro, Santa Elisabetta

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (it) Popolazione residente e bilancio demografico sur le site de l'ISTAT.
  2. (it) Maria Serena Rizzo, L'insediamento medievale nella Valle dei Platani, L'ERMA di BRETSCHNEIDER, (ISBN 978-88-8265-316-3, lire en ligne)