Rafael Benítez

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Benitez.
Rafael Benítez
Image illustrative de l'article Rafael Benítez
Benítez avec le Real Madrid en 2015.
Situation actuelle
Équipe Drapeau : Angleterre Newcastle United (entraîneur)
Biographie
Nom Rafael Benítez Maudes
Nationalité Drapeau : Espagne Espagnol
Naissance (57 ans)
Lieu Madrid (Espagne)
Taille 1,75 m (5 9)
Période pro. 19731986
Poste Libéro[1], auj. entraîneur
Parcours professionnel 1
Saisons Club 0M.0(B.)
1974-1981 Drapeau : Espagne Real Madrid Castilla 247 0(7)
1981-1985 Drapeau : Espagne AD Parla 124 0(8)
1985-1986 Drapeau : Espagne Linares CF 034 0(7)
1974-1986 Total 405 (22)
Équipes entraînées
Années Équipe Stats
1993-1995 Drapeau : Espagne Real Madrid Castilla 065 (026v, 18n, 21d)
1995-1996 Drapeau : Espagne Real Valladolid 029 (005v, 10n, 14d)
1996-1997 Drapeau : Espagne CA Osasuna 011 (003v, 04n, 04d)
1997-1999 Drapeau : Espagne CF Extremadura 092 (036v, 26n, 30d)
2000-2001 Drapeau : Espagne CD Tenerife 046 (023v, 11n, 12d)
2001-2004 Drapeau : Espagne Valence CF 162 (088v, 41n, 33d)
2004-2010 Drapeau : Angleterre Liverpool FC 350 (194v, 77n, 79d)
2010 Drapeau : Italie Inter Milan 025 (012v, 06n, 07d)
2012-2013 Drapeau : Angleterre Chelsea FC 048 (028v, 10n, 10d)
2013-2015 Drapeau : Italie SSC Naples 112 (059v, 28n, 25d)
2015-2016 Drapeau : Espagne Real Madrid 025 (017v, 05n, 06d)
2016- Drapeau : Angleterre Newcastle United 063 (036v, 13n, 14d
1 Compétitions officielles nationales et internationales.
Dernière mise à jour : 7 mai 2017

Rafael Benítez Maudes, né le à Madrid, est un footballeur espagnol, qui jouait au poste de libéro[1] devenu, très jeune, entraîneur.

Après une carrière de joueur réduite par une série de blessures, il commence par entraîner les équipes de jeunes du Real Madrid avant d'entamer véritablement sa carrière au Real Valladolid. Il entraîne ensuite Osasuna, CF Extremadura et Tenerife. Il s'engage avec le Valence CF, et remporte à deux reprises le championnat d'Espagne de première division et gagne la Coupe UEFA.

Rafael Benítez rejoint alors le Liverpool Football Club où il remporte une Ligue des champions en 2005 et atteint une nouvelle fois la finale en 2007.

Six mois après son arrivée à Chelsea, en remplacement de Roberto Di Matteo, il mène l'équipe à la victoire en Ligue Europa, le 15 mai 2013, en battant Benfica en finale 2-1.

Carrière de joueur[modifier | modifier le code]

Real Madrid Castilla (1974-1981)[modifier | modifier le code]

Jeune, Rafael Benítez est supporter du Real Madrid[2]. Il rejoint en 1974, le club du Real Madrid Castilla, l'équipe réserve du Real Madrid[2]. Il obtient son diplôme d'éducation physique et est déjà, très jeune entraîneur-joueur de l'équipe universitaire[2].

Fin de carrière précoce (1981-1986)[modifier | modifier le code]

Au début des années 1980, il est un modeste milieu de terrain de troisième division espagnole à Parla et aide l'équipe à monter en deuxième division en 1983[2].

Il rejoint l'équipe de troisième division de Linares en 1985. Une série de blessures aux genoux le contraint à arrêter sa carrière de joueur professionnel en 1986 à l'âge de 26 ans[2]. Il devient alors entraîneur.

Carrière d'entraîneur[modifier | modifier le code]

Reconversion au Real Madrid (1986-1995)[modifier | modifier le code]

Rafael Benítez devient alors un entraîneur des jeunes joueurs du Real Madrid. Il progresse doucement dans le club, devenant entraîneur des moins de 19 ans en 1990 puis de l'équipe B en 1994[2]. Il termine septième de la deuxième division espagnole avec la réserve du Real. Il est alors proche de l'entraîneur de l'équipe première, Radomir Antić, avec qui il discute de tactique[2].

Il devient ensuite l'entraîneur adjoint de Vicente del Bosque pour quelques matchs lors de la saison 1993-1994[3].

Premiers postes (1995-2001)[modifier | modifier le code]

Il quitte le Real Madrid pour le Real Valladolid où il fait ses débuts comme entraîneur principal lors de la saison 1995-1996 du championnat d'Espagne[3]. Il est viré après six mois et trente-deux rencontres disputées sur le banc du club espagnol[3]. Son successeur réussit au club et obtient même une place qualificative pour la Coupe de l'UEFA.

Peu après son licenciement du club de Valladolid, le club d'Osasuna, qui cherche à remonter en première division, recrute le jeune entraîneur. Après seulement neuf matchs comme entraîneur, et une seule victoire, Rafael Benítez est remercié[3]. À la fin de l'année 1997, il prend le petit club de deuxième division Extremadura. Il monte en première division avec le club mais est relégué dès la saison suivante. Benítez est une nouvelle fois viré de son poste[3].

Après ces multiples échecs en Espagne, Rafael Benítez décide de développer sa culture du football en visitant des clubs à travers l'Europe. Il observe Fabio Capello au Milan AC, Marcello Lippi à la Juventus, Claudio Ranieri à la Fiorentina et quelques club anglais[4]. Benítez a alors une nouvelle chance, offerte cette fois-ci par Tenerife. Il mène le club à l'accession en première division[4].

Valence CF (2001-2004)[modifier | modifier le code]

Alors que d'autres entraîneurs plus expérimentés refusent le défi, Rafael Benítez accepte de devenir l'entraîneur du Valence CF après Héctor Cúper, double finaliste de la Ligue des Champions en 1999-2000 et 2000-2001.

Benítez sauve sa tête en décembre 2001 en remontant un déficit de 0-2 contre l'Espanyol Barcelone pour l'emporter finalement trois buts à deux[5]. Cependant, si Valence est champion d'Espagne à deux journées de la fin devant le FC Barcelone et le Real Madrid, Kily Gonzalez annonce publiquement que c'est l'effectif d'Héctor Cúper, et non le travail de Rafael Benítez, qui a emmené l'équipe vers le titre.

En Coupe d'Europe, l'Inter de Milan de Cúper élimine Valence en quart de finale grâce à la règle des buts à l'extérieur.

Lors de la saison 2002-2003, Valence termine cinquième du championnat. Malgré un bon départ, l'équipe de Benítez rate l'occasion de jouer la Ligue des Champions la saison suivante.

La saison 2003-2004 est l'explosion de Rafael Benítez au haut niveau. Il obtient la reconnaissance continentale en remportant le championnat d'Espagne et la Coupe de l'UEFA. Il joue avec une défense plus haute et mène une politique de rotation des joueurs[6].

À cause de différends avec la direction du club espagnol, Benítez quitte Valence le 1er juin, une semaine après le départ de Gérard Houllier du Liverpool Football Club.

Liverpool (2004-2010)[modifier | modifier le code]

Rafael Benítez (en haut) dans sa zone technique en 2009 lors de son passage à Liverpool.

En mai 2004, Gérard Houllier quitte le Liverpool.

Ému pour annoncer l'échec des négociations pour le renouvellement de son contrat avec Valence, club qu'il apprécie, Rafael Benítez annonce qu'il n'a pas encore signé avec un nouveau club[7]. Liverpool est sur les rangs et est confiant pour faire signer un contrat de cinq années à l'entraîneur espagnol[8]. Il est finalement annoncé par Rick Parry lors d'une simple conférence de presse en juin[8].

Benítez devient alors manager et non plus entraîneur, ayant plus de responsabilités et de poids dans les prises de décision[8]. Il arrive avec son adjoint Francisco Ayesteran avec qui il a déjà travaillé plus de dix saisons, Paco Herrera et José Ochotorena, entraîneur des gardiens[9]. Sammy Lee quitte son poste d'entraîneur pour rejoindre l'équipe encadrante de l'effectif du club à l'été 2008[9].

Dès son arrivée, il ne réussit pas à conserver Michael Owen qui souhaite rejoindre le Real Madrid[10]. En revanche, il persuade Steven Gerrard de rester[11]. Il sépare le club de Danny Murphy mais arrivent Xabi Alonso et Luis Garcia.

Sa première saison en Angleterre n'est pas excellente puisqu'il finit seulement 5e de Premier League. En revanche, il emmène Liverpool en finale de la Carling Cup (défaite 2-3 contre Chelsea). Toutefois, c'est en Europe qu'il va briller cette saison. Il conduit en effet Liverpool en finale de la Ligue des Champions, après avoir battu ou écarté de la course, l'AS Monaco, l'Olympiakos, le Deportivo La Corogne, le Bayer Leverkusen, la Juventus et Chelsea.

En finale, son équipe rencontre le Milan AC, à Istanbul, le 25 mai 2005. La première mi-temps débute très mal pour Liverpool, qui encaisse 3 buts. À la mi-temps, Rafa Benítez remplace l'arrière-droit Steve Finnan par le milieu de terrain Dietmar Hamann. Ce changement permet à Steven Gerrard de monter soutenir ses partenaires Luis Garcia et Milan Baroš en attaque. Ce choix tactique s'avère payant, puisqu'en six minutes, Liverpool refait son retard. Durant les prolongations, les joueurs de Liverpool tiennent tête à ceux du Milan AC et les entraînent jusqu'aux tirs aux buts, où Liverpool l'emporte finalement.

Il remporte ainsi le plus grand titre de sa carrière. Il place Liverpool sur le toit de l'Europe en battant le Milan AC au terme d'une finale historique.

Durant l'intersaison, soucieux d'améliorer son effectif, il incorpore Jose Manuel Reina dans l'équipe. Il ajoute Peter Crouch à Fernando Morientes au sein de l'attaque des Reds, ainsi que Momo Sissoko. Il permet aussi en janvier 2006 à Robbie Fowler de revenir dans son club de toujours, ainsi qu'à Daniel Agger de faire son entrée dans le club.

Au cours de la saison suivante, il commence par remporter la Supercoupe d'Europe contre le CSKA Moscou. Ensuite, malgré une élimination précoce en Ligue des Champions, Liverpool parvient à finir 3e de la Premier League, à seulement 9 points du premier.

Rafael Benítez montre également son professionnalisme et son attachement à Liverpool, en restant auprès de son équipe lors de la Coupe du monde des clubs au Japon, malgré le décès de son père survenu pendant la compétition[12].

Il emmène Liverpool en finale de FA Cup, après avoir éliminé notamment Manchester United et Chelsea.

En finale, Liverpool est accroché par West Ham et, à l'issue d'un match crispé, Liverpool, comme l'année précédente en Ligue des Champions, remporte la compétition aux tirs aux buts, grâce aux arrêts de Pepe Reina.

La saison 2006-2007 commence par le Community Shield, disputé contre Chelsea, que Liverpool remporte 2-1. Rafa Benítez renforce Liverpool par l'achat de Dirk Kuyt et de Fábio Aurélio en tant que joueur libre, tandis que Djibril Cissé est prêté puis vendu la saison suivante à l'Olympique de Marseille. S'ajoutent en janvier 2007 Javier Mascherano, emprunté puis acheté par Liverpool, et Álvaro Arbeloa acheté au Deportivo la Corogne.

La saison de Liverpool est correcte, puisque le club confirme sa troisième place en championnat. Liverpool parvient une nouvelle fois en finale de la Ligue des Champions, après avoir éliminé le FC Barcelone et Chelsea mais s'incline cette fois-ci contre le Milan AC 2-1.

Encore et toujours dans un souci d'améliorer son effectif, Rafa Benítez effectue le plus gros transfert de Liverpool, en achetant à l'Atletico de Madrid, Fernando Torres. Cette venue est accompagnée de celles de Yossi Benayoun et de Ryan Babel.

La saison de Liverpool est la première de l'ère Benítez à ne compter aucune finale disputée. En revanche, le jeu offensif de l'équipe s'est étoffé, ce dont témoigne la seconde place au classement des buteurs du Championnat d'Angleterre de Fernando Torres, ainsi que les 29 buts marqués par Liverpool en Ligue des Champions.

Lors de l'Euro 2008, 4 joueurs amenés par Rafael Benítez à Liverpool, sont sacrés lors de la victoire de l'Espagne.

La saison 2008-2009 est la plus aboutie pour Rafael Benítez à Liverpool, malgré l'absence de titres. Benítez permet à Liverpool de terminer second du championnat d'Angleterre à seulement 4 points du premier, avec un total de 86 points. C'est le record de points obtenus par Liverpool dans son histoire, dans un championnat à 20 clubs. Liverpool totalise également le plus grand nombre de buts marqués en championnat. De plus, le club n'a perdu que 5 matchs officiels au cours de la saison, toutes compétitions confondues.

En revanche, la saison 2009-2010 voit la fin du mandat de Rafael Benítez. À l'intersaison, Xabi Alonso, Álvaro Arbeloa et Sami Hyypiä quittent le club et sont remplacés par Alberto Aquilani, Glen Johnson et Sotirios Kyrgiakos. Le rendement sportif d'Aquilani et de Johnson ne compense pas la perte des deux Espagnols : Liverpool souffre de leur départ tout au long de la saison, qui se conclut par une 7e place décevante en Premier League et par une élimination en demi-finale de la Ligue Europa, conjuguées à une sortie précoce en phase de poule de la Ligue des Champions. Bien que 4 joueurs de Liverpool soient présents en finale de la Coupe du monde 2010, Christian Purslow, le directeur exécutif de Liverpool négocie une rupture de contrat à l'amiable avec Rafael Benítez. Celui-ci quitte Liverpool le après six ans passés à la tête de Liverpool.

Pour montrer son attachement au club, il décide de ne toucher que la moitié de son indemnité de départ, et donne une partie du reste à des associations caritatives, dont le Hillsborough Family Support Group[13] .

Il est devenu le manager de Liverpool ayant disputé le plus de matchs européens sur le banc avec 66 matchs, dépassant ainsi Bill Shankly.

Depuis son départ, il a dédié sa victoire en finale de la Coupe du monde des clubs de football en 2010 avec l'Inter Milan aux supporters de Liverpool[14].

Inter Milan (2010)[modifier | modifier le code]

Le , quelques jours après avoir annoncé son départ de Liverpool, Rafael Benítez arrive à l'Inter Milan, en remplacement de José Mourinho, parti au Real Madrid[15],[16]. Le club italien est vainqueur sortant de la Ligue des Champions, mais aussi de la Serie A et de la Coupe d'Italie. Le 15 juin, Benítez est présenté officiellement à la presse italienne[17].

Quelques jours plus tard, il gagne son premier titre avec l'Inter, la Supercoupe d'Italie. Le 17 décembre 2010, après de nombreuses difficultés en Serie A, il remporte également la Coupe du monde des clubs.

Mais ce titre mondial ne suffit pas au technicien espagnol pour conserver son poste. Le 23 décembre 2010, l'Inter Milan annonce qu'il se sépare de Rafael Benítez, d'un commun accord avec celui-ci[18].

Chelsea (2012-2013)[modifier | modifier le code]

Le 21 novembre 2012, à la suite du remerciement de Roberto Di Matteo, après le match perdu 3-0 plus tôt dans la soirée contre la Juventus en Ligue des Champions et aux mauvais résultats enchaînés depuis les derniers matchs de Chelsea, Benítez devient l’entraîneur de Chelsea[19]. Il joue sa première finale lors de la Coupe du monde des clubs qu'il perd sur le score de 1-0 contre les Corinthians[20]. Le 27 février 2013, il annonce qu'il quittera le club à la fin de la saison. Le 15 mai 2013, il remporte la Ligue Europa.

SSC Naples (2013-2015)[modifier | modifier le code]

Le 2 juin 2013 il est nommé nouvel entraîneur du SSC Naples où il signe un contrat de deux ans renouvelable, avec un salaire annuel avoisinant les 3,5 millions d’euros, en remplacement de Walter Mazzarri parti à l'Inter Milan.

Le 28 mai 2015 il annonce son départ du club mais espère finir sur une bonne note en accrochant la 3e place en Serie A, synonyme de tour préliminaire de la Ligue des Champions[21].

Real Madrid (2015-2016)[modifier | modifier le code]

Le 3 juin 2015, il est nommé nouvel entraîneur du Real Madrid où il signe un contrat pour 3 ans[22]. Le 4 janvier 2016, il est limogé et remplacé par Zinédine Zidane, à la suite de ses mauvaises performances avec le club[23].

Newcastle United (depuis 2016)[modifier | modifier le code]

Le 11 mars 2016, il est nommé entraîneur de Newcastle en remplacement de Steve McClaren avec pour mission de maintenir le club en Premier League. À son arrivée, les Toons sont 19e du championnat, à un point du premier non-relégable.

Il ne parvient cependant pas à empêcher la relégation du club en Championship malgré une série de six matchs sans défaite en fin de saison, incluant une victoire 5 à 1 face à Tottenham Hotspur lors de la dernière journée. Il est confirmé à son poste pour la saison 2016-2017.

Le 24 avril 2017 Newcastle valide sa montée en Premier League après une victoire 4-1 face à Preston.

Le 07 mai 2017, après une victoire 3-0 face à Barnsley et un nul (1-1) de Brighton face à Aston Villa, Newcastle est couronné champion de Championship saison 2016-2017.

Carrière dans les médias[modifier | modifier le code]

À la suite de son départ de l'Inter Milan, il devient consultant pour Eurosport[24].

Statistiques[modifier | modifier le code]

En tant que joueur[modifier | modifier le code]

Equipe Pays Période Statistiques
M B
Real Madrid Castilla Drapeau de l'Espagne Espagne 1974-1981 247 7
AD Parla Drapeau de l'Espagne Espagne 1981-1985 124 8
Linares CF Drapeau de l'Espagne Espagne 1985-1986 34 7

En tant qu'entraîneur[modifier | modifier le code]

Statistiques d'entraîneur de Rafael Benítez au 7 mai 2017[25]
Club Début Fin Résultats
M V N D V. %
Drapeau : Espagne Real Madrid Castilla 65 26 18 21 40,0
Drapeau : Espagne Real Valladolid 29 5 10 14 17,2
Drapeau : Espagne CA Osasuna 11 3 4 4 27,3
Drapeau : Espagne CF Extremadura 92 36 26 30 39,1
Drapeau : Espagne CD Tenerife 46 23 11 12 50,0
Drapeau : Espagne Valence CF 162 88 41 33 54,3
Drapeau : Angleterre Liverpool FC 350 194 77 79 55,4
Drapeau : Italie Inter Milan 25 12 6 7 48,0
Drapeau : Angleterre Chelsea FC 48 28 10 10 58,3
Drapeau : Italie SSC Napoli 112 59 28 25 52,7
Drapeau : Espagne Real Madrid CF 25 17 5 3 68,0
Drapeau : Angleterre Newcastle United en cours 63 36 13 14 57,1
Total 1 028 527 249 252 51,3

Palmarès d'entraîneur[modifier | modifier le code]

Drapeau : Espagne Valence CF
Drapeau : Angleterre Liverpool FC
Drapeau : Italie Inter Milan
Drapeau : Angleterre Chelsea FC
Drapeau : Italie SSC Naples
Drapeau : Angleterre Newcastle United

Distinctions personnelles[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (it) [vidéo] Scarpini interviewe Benitez sur YouTube. Consulté le 21 juin 2010.
  2. a, b, c, d, e, f et g (en) John Williams et Stephen Hopkins, The Miracle of Istanbul : Liverpool FC from Paisley to Benítez, Mainstream Publishing, 240 p. (ISBN 978-1-84596-083-4), p. 85
  3. a, b, c, d et e The Miracle of Istanbul, Liverpool FC from Paisley to Benítez, op. cit., p. 86. Consulté le 21 juin 2010.
  4. a et b The Miracle of Istanbul, Liverpool from Paisley to Benítez, op. cit., p. 87. Consulté le 21 juin 2010.
  5. The Miracle of Istanbul, Liverpool from Paisley to Benítez, op. cit., p. 88. Consulté le 21 juin 2010.
  6. The Miracle of Istanbul, Liverpool from Paisley to Benítez, op. cit., p. 90. Consulté le 21 juin 2010.
  7. The Miracle of Istanbul, Liverpool from Paisley to Benítez, op. cit., p. 91. Consulté le 23 juin 2010.
  8. a, b et c The Miracle of Istanbul, Liverpool from Paisley to Benítez, op. cit., p. 92. Consulté le 23 juin 2010.
  9. a et b The Miracle of Istanbul, Liverpool FC from Paisley to Benítez, op. cit., p. 94. Consulté le 23 juin 2010.
  10. (en) Michael Owen présenté au Real Madrid sur le site de la BBC, le 14 août 2004.
  11. (en) Steven Gerrard annonce qu'il reste à Liverpool sur le site de la BBC, le 28 juin 2004.
  12. (en) Rafa Benitez dit qu'il n'assistera pas aux funérailles de son père sur le site du Daily Mail, le 16 décembre 2005.
  13. (en) Rafa Benitez fait une donation à une association sur le site de la BBC, le 10 juin 2010.
  14. (en) Rafa Benitez dédie une part de la Coupe du monde des clubs remportée par l'Inter en 2010, aux supporters de Liverpool, le 18 décembre 2010.
  15. (it) Rafael Benitez : Bienvenue à l'Inter ! sur le site officiel de l'Inter Milan, le 10 juin 2010.
  16. Benitez à l'Inter pour deux ans sur le site de L'Équipe, le 10 juin 2010.
  17. (it) Benitez : « Quelle fierté d'être ici » sur le site officiel de l'Inter Milan, le 15 juin 2010.
  18. http://www.eurosport.fr/football/serie-a/2010-2011/benitez-quitte-l'inter_sto2594476/story.shtml
  19. Bénitez aux commandes, lequipe.fr, 21 novembre 2012
  20. Victoire des Corinthians contre Chelsea, eurosport.fr, 16 décembre 2012
  21. Rafael Benitez quitte Naples, direction le Real ?, www.lequipe.fr, 28 mai 2015.
  22. (es) Real Madrid C. F., « Comunicado Oficial: Rafa Benítez », sur realmadrid.com, (consulté le 3 juin 2015)
  23. « Zinédine Zidane remplace Rafael Benitez à la tête du Real Madrid », sur rtl.be, (consulté le 4 janvier 2016)
  24. « Rafael Benitez », Eurosport.
  25. « Statistiques d'entraîneur de Rafael Benítez », Football Database (consulté le 7 mai 2017)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :