Radio Rewrite

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Radio Rewrite
Image illustrative de l'article Radio Rewrite
Le groupe Radiohead en concert

Genre musique contemporaine
Musique Steve Reich
Sources littéraires Deux chansons de Radiohead
Durée approximative environ 20 minutes[1]
Dates de composition 2012
Partition autographe Boosey & Hawkes
Création
Royal Festival Hall à Londres

Radio Rewrite est une œuvre de musique contemporaine de Steve Reich composée en 2012 pour un ensemble de onze musiciens et créée le à Londres par le London Sinfonietta. C'est une œuvre directement inspirée de certaines compositions du groupe Radiohead.

Historique[modifier | modifier le code]

En 2008, Steve Reich compose 2×5 qui marque une évolution dans ses approches instrumentale et interprétative puisque l'œuvre introduit des éléments de la musique rock/pop (batterie, guitares et basse électriques) et qu'elle sera notamment jouée par Jonny Greenwood du groupe Radiohead[2]. Après une rencontre avec l'ensemble du groupe en septembre 2011, lors du festival Sacrum Profanum de Cracovie en Pologne[3],[4] où Greenwood interprète une nouvelle version d'Electric Counterpoint[1], Steve Reich décide en 2012 de poursuivre dans cette voie, notamment sous l'influence des compositions du groupe anglais qu'il avait découvert, auparavant, grâce au film There Will Be Blood (2007) de Paul Thomas Anderson et auquel il s'est intéressé comme source d'inspiration mélodique et textuelle[4],[5],[6].

En 2012, les ensembles London Sinfonietta et Alarm Will Sound de New York commandent à Steve Reich une pièce qu'il compose dans un premier temps pour 15 musiciens et bande magnétique[7]. Déçu du résultat[1], il décide de récrire une partition en s'inspirant des chansons Everything in Its Right Place (de l'album Kid A paru en 2000) et Jigsaw Falling into Place (de l'album In Rainbows paru en 2007) de Radiohead, qu'il intitule Radio Rewrite afin de signifier clairement la parenté[4],[8],[7]. Les emprunts très libres[6] aux compositions de Radiohead sont cependant de l'ordre de l'esprit des mélodies du groupe, Steve Reich déclarant :

« Quand vous écoutez, vous percevez un souffle de Radiohead, mais 90 % du temps ce n'est pas le cas[9],[5] »

— Steve Reich, 2013

L'œuvre est créée le au Royal Festival Hall de Londres par le London Sinfonietta sous la direction de Brad Lubman[10],[3], réalise une courte tournée au Royaume-Uni, puis est interprétée le 16 mars 2013 par l'ensemble Alarm Will Sound au Bing Concert Hall de l'université Stanford en Californie[11] et le 16 novembre 2013 lors de sa première à New York au Metropolitan Museum of Art.

Une création française partielle (mouvements 1, 2 et 5) a eu lieu le 1er avril 2014 au conservatoire de Cergy-Pontoise – donné par un ensemble d'étudiants de ce dernier –, dans le cadre du concert d'ouverture des Rencontres internationales de composition de Cergy-Pontoise.

Structure[modifier | modifier le code]

La pièce est constituée de cinq parties — les parties rapides sont inspirées de Jigsaw Falling into Place et les parties lentes de Everything in Its Right Place[6] — jouées en un seul mouvement :

  1. Part I - Fast
  2. Part II - Slow
  3. Part III - Fast
  4. Part II - Slow
  5. Part V - Fast

Elle est composée pour un ensemble de onze instruments comprenant une flûte, une clarinette, deux vibraphones, deux pianos, un quatuor à cordes et une guitare basse électrique[12]. Son exécution dure environ 20 minutes.

Réception critique[modifier | modifier le code]

Lors de la création de l'œuvre donnée à Londres en mars 2013, Radio Rewrite reçoit une très grande attention dans les médias, avec de très nombreux articles dans la presse britannique[7],[13],[14] — certains précédant même la première de plus d'une année —, et une diffusion en simultanée sur la BBC Radio 3. Cependant, si la publicité faite autour de cette interpénétration de l'univers de Radiohead dans la musique contemporaine dite « savante » a suscité beaucoup d'attente, la réception critique est relativement circonspecte considérant le résultat comme « pas entièrement satisfaisant [...] et parfois indigeste notamment dans les parties lentes », plus proche d'un quiz sur Radiohead du type « coucou, cherchez l'air » auquel s'est ajouté un problème d'interprétation, notamment dans la désynchronisation des pianos entre eux et avec le reste de l'ensemble, même si certains passages présentent « des éclairs de réelle beauté[15] ». En revanche pour le critique du Financial Times l'œuvre est « une riche et impressionnante pièce [...] ayant trait avec l'établissement d'une atmosphère[16] ».

Discographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c (en) Music For Umpteen Musicians: Steve Reich Interviewed par Leo Chadburn dans The Quietus du 5 juillet 2012.
  2. (en) Entretien video avec Steve Reich sur le site de WQXR
  3. a et b (en) The Rest is Noise: Southbank festival to celebrate contemporary classical music dans The Guardian du 23 janvier 2012.
  4. a, b et c (en) Steve Reich: « it's Beethoven on Mondays and Radiohead on Tuesdays » dans The Guardian du 30 juin 2012.
  5. a et b (en) How Steve Reich Inspired Radiohead—And Vice Versa par Joseph Neighbor dans The L Magazine le 13 novembre 2013.
  6. a, b et c (en) Steve Reich Rewrites Radiohead émission Soundcheck de John Schaefer sur WNYC le 11 novembre 2013.
  7. a, b et c (en) Steve Reich on Schoenberg, Coltrane and Radiohead dans The Guardian du 1er mars 2013.
  8. (en) Radio Rewrite: How Radiohead Caught Steve Reich's Ear and Vice Versa par Andrew Stout dans SF Weekly (en) du 19 juillet 2012.
  9. Déclaration originale en anglais : « When you hear it, you’ll get a whiff of Radiohead, [...] but 90 percent of the time you won’t. »
  10. (en) Steve Reich: Radio Rewrite sur le site du London Sinfonietta.
  11. (en) Steve Reich's "Radio Rewrite" to Receive World Premiere sur le site de Nonesuch Records le 5 mars 2013.
  12. (en) Radio Rewrite sur le site de Boosey & Hawkes
  13. (en) Steve Reich : « Rock was pretty much off my radar — then along came Radiohead » par Phil Jonhson dans The Independent le 3 mars 2013.
  14. (en) Steve Reich, Royal Festival Hall, review par Ivan Hewett dans The Telegraph du 6 mars 2013.
  15. (en) Radio Rewrite, Royal Festival Hall: The Rock Review par Peter Culshaw sur www.theartsdesk.com le 6 mars 2013.
  16. (en) Radio Rewrite, Royal Festival Hall, London par Laura Battle dans Financial Times du 6 mars 2013.

Lien externe[modifier | modifier le code]