Radio Ndeke Luka

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Radio Ndeke Luka
Description de l'image Radio Ndeke Luka logo.jpg.
Présentation
Pays Drapeau de la République centrafricaine République centrafricaine
Siège social Bangui
Langue Sango et Français
Statut Radio nationale indépendante
Site web radiondekeluka.org
Historique
Création
Diffusion hertzienne
AM 6030 OC (16h-18h)
FM 100.9 (Bangui, Bouar, Bambari)
Satellite Oui Oui
Diffusion câble et Internet
Streaming Oui Oui

Radio Ndeke Luka est l'une des principales stations de radio de la République centrafricaine. Elle bénéficie du soutien de la fondation Hirondelle, qui se consacre à aider la création de média dans les pays du tiers-monde. Avec le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD), cette association gère la station. Elle émet en modulation de fréquence sur 100.9 Mhz depuis Bangui, Bouar et Bambari et en Ondes Courtes sur 6030 kHz. On peut écouter Radio Ndeke Luka en streaming depuis son site Internet[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

À l'origine de la station se trouve Radio Minurca, créée par le Mission des Nations-Unies en République centrafricaine(MINURCA), qui émet de juillet 1998 à février 2000. Sa fermeture entraîne le départ pour la Sierra Leone du matériel de diffusion, mais l'équipe reste et monte une nouvelle station, Radio Ndeke Luka[2]. Elle commence à émettre le 27 mars 2000[3]. Lors de la tentative de coup d'État de 2001 elle est la seule radio à tenir la population informée des évènements. Au cours de la campagne électorale les employés de Radio Ndeke Luka ont reçu des menaces de mort de la part de la garde républicaine ou des partisans de François Bozizé[4].Le 19 octobre 2005 le ministre des communications, Fidèle Ngouandjika, a accusé la station d'être similaire à la RTLM, la station de radio qui avait encouragé le génocide rwandais. Il s'en est excusé plus tard[5].

Diffusion[modifier | modifier le code]

La diffusion concerne surtout Bangui, la capitale, et ses environs, grâce à la modulation de fréquence. À cet effet, elle dispose d'un émetteur de 1 kW. En dehors de la radio publique, c'est la seule station du pays à diffuser en FM[6]. À partir de septembre 2003 un programme d'une heure est diffusé en ondes courtes pour l'ensemble du pays, mais il s'est interrompu au cours de l'été 2005 faute de moyens financier[7]. Ces émissions en ondes courtes ont été reçues jusqu'en Europe, en Amérique du Nord et en Australie[5]. En mai 2005, quelques jours avant le second tour des élections présidentielles, la station installe un émetteur plus puissant grâce au financement de l'Unesco et de l'International Programme for the Development of Communication (IPDC)[8].

Financement[modifier | modifier le code]

Le financement provient surtout de l'étranger. Il s'agit des Pays-Bas, du Luxembourg,de l'Agence Intergouvernementale de la Francophonie, du Canton de Genève, et de l'UNESCO. Les recettes viennent aussi des sommes gagnées grâce aux prestation de services de la radio. Les soutiens locaux de R.N.L. sont l'Ambassade de France, l'Ambassade des États-Unis, la CEMI, et le BONUCA[9].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]