Radio Clapas

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Radio Clapas
Description de l'image Radio Clapas logo 2016.png.
Présentation
Pays Drapeau de la France France
Siège social 56 rue de l'industrie, 34070 Montpellier.
Propriétaire Association Montpellier contacts radio clapas.
Slogan Culture et Citoyenneté.
Langue français
Statut associative (catégorie A)
Site web radioclapas.fr
Historique
Création 1re émission :
Document :
HACA :
Diffusion hertzienne
AM Non Non
FM Oui Oui
RDS Oui Oui
Diffusion câble et Internet
Streaming Oui Oui
Podcasting Oui Oui

Radio Clapas (de l'occitan clapas signifiant « tas de pierre », par extension « mont pelé » et donc Montpellier) est une radio communautaire régionale[1],[2] dont la dominante musicale est le jazz. Elle est l'une des plus anciennes, en tant que radio associative non commerciale, toujours en activité[3]. Elle émet sur la bande FM à la fréquence de 93,5 MHz, dans une partie de la région Occitanie dont la ville de Montpellier (Hérault) et en « streaming » sur son site Internet[4].

Histoire[modifier | modifier le code]

La radio commence à émettre clandestinement le , le studio est situé dans un sous-sol du quartier Saint-Roch dans le centre historique de la ville de Montpellier et l’émetteur est caché dans une camionnette[5] ou une Renault 12 verte. Durant les émissions pirates, le véhicule déambule dans les rues pour ne pas se faire repérer par les autorités[3]. L'aventure radiophonique de la station a commencé avec Jo Blanc (aujourd’hui disparu), accompagné de quelques comparses : Hubert Corbin, le pasteur Jean Alexandre[6] (Captain Achab), Henri Talvat[7], Philippe Daumas[8], Claude Frigara[9], Jean-Paul Gambier[10],[11], Robert Sabatier et le chanteur occitan Fulbert Cant, faisant partie d'une équipe d’une quarantaine de bénévoles[5],[3]. Toujours dans le centre-ville, les réunions se font à la librairie La brèche située au no 34 de la rue de l'université[12].

Suite aux promesses électorales de la campagne pour l'élection présidentielle de François Mitterrand en 1981, les radios pirates deviennent des radios libres[13]. L’association Montpellier Contacts Radio Clapas est créée le [Note 1],[14]. Durant l'été 1982, la Haute Autorité de la communication audiovisuelle[Note 2] est créée et la radio obtient sa première autorisation d'émettre le [3].

En 2006 et 2007, Radio Clapas est la première radio locale associative de Montpellier en audience cumulée avec une moyenne de 76 000 auditeurs (unique) semaine[15].

Radio Clapas fête ses 30 ans, le vendredi en direct de la Mairie de Montpellier[3].

Depuis 2009, la radio est dotée d'une rédaction et de deux journalistes professionnelles. Après une embauche en contrat aidé, Mélanie Charpentier-Torrente[16], œuvre en tant que journaliste-reporter dont la spécialité se porte vers le patrimoine culturel de la ville de Montpellier avec la chronique « les murs ont des oreilles »[17],[18]. Sous la direction de Laure Méravilles[19], Radio Clapas est la seule radio en France à être labellisée « point information jeunesse » (PIJ)[20],[21].

En septembre 2009, lors d'une interview d'André Vézinhet par Laure Méravilles concernant l'éventualité d'une suppression des subventions pour les radios locales. Le Président du Conseil général de l'Hérault répond : Il n’en est pas question. Vous êtes les enfants de la libéralisation des ondes par François Mitterrand en 1981. Cette libération de la parole est un bien précieux, il est du devoir des élus de la pérenniser[22].

Suite aux baisses et retards d'apports des subventions au cours de l'année 2013[23], des dettes et reports de paiements auprès des institutions administratives (Urssaf, Spré[24], Afdas) et des prestataires techniques, d'un montant de 50 000 , s'accumulent autour de la radio associative[25],[26]. Les conséquences à court terme sont de menacer son fonctionnement et son existence[27]. Les quatre anciens présidents et membres fondateurs de la radio : Claude Frigara, Jean-Paul Gambier, Robert Sabatier et Henri Talvat sont exclus du conseil d’administration et radiés de leurs adhésions[28]. Depuis décembre 2013, un nouveau conseil d'administration est installé dont Grégoire Long est le président et Bruce Torrente, le directeur[29].

En 2014, Radio Clapas lance un appel aux dons[30]. Dans la salle de concerts du Rockstore le 28 mars 2014[31], six groupes de musique montpelliérains (Dimoné, l'Hippocampus jass gang[32], MonMec[33], Kussay[34], Mixtapes et DeStijl) montent sur scène pour apporter leurs soutiens à la radio avec la contribution des spectateurs présents dans la salle, des auditeurs et l'aide financière de l'agglomération et de la mairie de Montpellier[35]. Le , le projet Z'Onde interdite reçoit à Paris le prix « coup de chapeau » du trophée des associations de la 5e édition[36] de la Fondation EDF[37]. Durant cette année, elle obtient le prix national de la Semaine Bleue pour son projet « Mots Croisés »[38] et le prix national B2V.

La radio se fait remarquer depuis 2015 en organisant des émissions en direct dans des salles de concerts et en en coproduisant le concert de The Bad Plus au théâtre du Chai du Terral de Saint Jean de Védas[39],[40]. En 2016, la radio change son logo et sous-titre par Culture et Citoyenneté afin de marquer l'arrivée de sa nouvelle équipe et les différences dans sa grille des programmes.

En 2018, la radio fête ses 40 ans d'existence[41],[42] et devient la deuxième radio libre locale, après l'Eko des Garrigues qui a commencé à émettre à partir de 1975[43],[44],[45].

Un programme de 14 événements est lancé au « Gazette café » le . On y trouve des conférences[46], un festival au Jam[47], des soirées spéciales[48] et quatre nouvelles web radios sont lancées pour l'occasion lors d'une soirée au « Club de la Presse Occitanie » et constituent une véritable base patrimoniale pour la ville[49].

L’ancienne secrétaire de la radio associative est condamnée, le , par le tribunal correctionnel de Montpellier à un an de prison avec sursis et à rembourser 36 200  pour avoir détournée cette somme de la trésorerie entre les mois d' et [50].

Le , Radio Clapas participe au lancement d'une nouvelle fédération des radios libres le CRL Occitanie (Collectif des radios libres d'Occitanie) qu'elle contribue a créer avec sept autres radios[51]. Dans le même temps, elle co-organise le congrès du SNRL[52] avec deux autres radios de Montpellier qui se tiendra pour la première fois à Montpellier[53] les 27, 28 et .

COVID 19[modifier | modifier le code]

Durant la période de confinement de Covid-19 du mois de mars 2020, Radio Clapas modifie ses grilles de diffusion en proposant quatre heures quotidiennes de programmes spécifiques pour les grands et les petits composés de documentaires, d'initiatives locales, de devoirs pour les enfants et de groupes de musique locaux[54]. L'information est relayée dans la presse nationale[55]. Elle intitule ses programmes sous les noms de « Confinés mais cultivés » pour les adultes et « Confinés mais citoyens » pour les enfants[54].

L'initiative est animée par le Pr Bertrand Jalla, enseignant d’histoire et de géographie dans un collège de Montpellier, animateur musical bénévole et administrateur à Radio Clapas. Ce dernier offre un récit autour d’un point de programme précis, une problématique ou une étude de document, dont il en dégage les enjeux[56]. Le directeur de Radio Clapas, Bruce Torrente, explique : Dans les quatre heures quotidiennes, il y a 30 minutes consacrées aux acteurs montpelliérains qui font bouger le confinement avec diverses initiatives et ce dans tous les domaines. Nous cherchons à produire de la diversité à travers leurs témoignages et montrer combien la réaction a été vive et productive. On veut montrer que Montpellier bouge, que la Région bouge à travers leurs expériences passionnantes[56].

La semaine suivante, l'antenne fabrique en un temps record une émission hebdomadaire avec le CJD France (Comité des jeunes dirigeants), pour diffuser des entretiens téléphoniques sur la santé des entreprises françaises et leurs solutions. Une chronique initiée par l'écrivain Noudine Bara[57], "Dîtes le avec un livre" est aussi diffusée pendant le confinement. L'information est relayée dans "Télématin" sur France2 dans la chronique web de Laura Tenoudji[réf. nécessaire]. L'idée de la restauration d'un ciné-drive, comme en 2012, voit le jour sous l'organisation de Noudine Bara dès que l’évènement, en accord avec les autorités, sera autorisé. Comme précédemment, Radio Clapas est disposée à diffuser la bande sonore du film sur ses ondes[58].

Autorisations du CSA[modifier | modifier le code]

Depuis la création de la Haute Autorité de la communication audiovisuelle[Note 2] durant l'été 1982 et l'obtention de sa première autorisation (no 34-06) du [3], Radio Clapas n'a pas cessé d'émettre. Les demandes de reconductions des autorisations d'exploitation auprès des autorités ont été renouvelées :

  • Le , l'autorisation est modifiée[Note 1] sans précision sur la localisation de l'émetteur. La commission nationale de la communication et des libertés (CNCL) remplace la Haute Autorité de la communication audiovisuelle et à partir de 1989, le Conseil supérieur de l'audiovisuel est créé.
  • Le , renouvellement de l'autorisation parue dans le JORF no 92-97.
  • Le , JORF no 54 faisant suite à la décision no 96-896 du (NOR CSAX9601896S). Le CSA reconduit l'autorisation d'exploitation pour cinq années. Le site d'émission est situé à la tour des Tritons[Note 3] dans les quartiers hauts de la Paillade à Montpellier[Note 4].
  • Le , JORF no 35 page 2301, pour la décision no 2001-55 du (NOR CSAX0101055S). Les données du site d'émission sont disponibles en annexe no 35 du 10/02/20 1 page 2301 à 2302[Note 5].
  • Le , JORF no 37, texte no 155, étant la parution de la décision no 2006-980 du (NOR CSAX0601980S). Le site d'émission est situé à la tour Cambon 2[Note 3], dans les quartiers hauts de la Paillade à Montpellier[Note 6].
  • Le , JORF no 0041, texte no 92 (NOR CSAR1203959S), faisant suite à la décision no 2011-TO-25 du pour l'exploitation d'un service de radio de catégorie A et d'un site d'émission situé à la tour Cambon 2 qui est détruit en début d'été 2013[Note 7],[Note 8].
  • Le , JORF no 0186, texte no 82 (NOR CSAR1419303S), modifiant la décision no 2011-TO-25 du pour l'exploitation d'un site d'émission situé au château d'eau à Castelnau-le-Lez[Note 9].
  • Le , JORF no 0281, texte no 209 (NOR CSAR1635243S), portant reconduction de l'autorisation, no 2016-TO-20 du , délivrée à l'association Montpellier Contacts - Radio Clapas Montpellier pour l'exploitation d'un service de radio de catégorie A par voie hertzienne terrestre en modulation de fréquence dénommé Radio Clapas, dont le site d'émission est situé au château d'eau de Castelnau-le-Lez[Note 10].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. a et b Note sur l'historique de la radio, p. 3.
  2. a et b Loi no 82-652 du sur la communication audiovisuelle, JORF no 175 du , p. 2431–2440 ; dossier législatif sur le site du Sénat (consulté le 11 février 2018)
  3. a et b Tours des Tritons et Tour Cambon, modifié le 5 décembre 2015 sur le site Pss-archi.eu (consulté le 15 février 2018)
  4. JORF no 54 du , publié sur le site de legifrance (consulté le 15 février 2018)
  5. JORF no 35 du , publié sur le site de legifrance (consulté le 15 février 2018)
  6. JORF no 37 du , publié sur le site de legifrance (consulté le 15 février 2018)
  7. « Réalisation de la démolition de la tour Cambon à Montpellier », publié le 8 octobre 2013 sur le site cardem.fr (consulté le 15 février 2018)
  8. JORF no 0041 du , publié sur le site de legifrance (consulté le 15 février 2018)
  9. JORF no 0186 du , publié sur le site de legifrance (consulté le 15 février 2018)
  10. JORF no 0281 du , publié sur le site de legifrance (consulté le 15 février 2018)

Références[modifier | modifier le code]

  1. [PDF] Les radios communautaires de la FM à Internet, page 2/4, publié le 24 août 2009 par Pascal Ricaud, sur le site I-Revues CNRS (consulté le 15 février 2018)
  2. « Histoire et évolution d’une offre médiatique alternative en France », publié le 7 janvier 2017 par Pascal Ricaud, sur le site officinadellastoria.eu (consulté le 15 février 2018)
  3. a b c d e et f [PDF] Montpellier notre ville no 328, page 3/6, publié en octobre 2008 sur le site du Zoo de Lunaret (consulté le 8 février 2018)
  4. Radio Clapas Live, publié sur le site de radioclapas.fr (consulté le 15 février 2018)
  5. a et b « En 1981, la libération des ondes FM », mise à jour le 10 février 2017 par Guylène Dubois avec la collaboration de Jean Alexandre, sur le site de radiofmplus.org (consulté le 8 février 2018)
  6. Notice biographique de Jean Alexandre, mise à jour le 8 janvier 2018 sur le site personnel du pasteur (consulté le 8 février 2018)
  7. Henri Talvat dans l'équipe, publié sur le site de Jazz in Clap Coop (consulté le 8 février 2018)
  8. « Une conférence qui a conquis le public », publié le 5 octobre 2012 par Beauvoisin sur le site du Midi-Libre (consulté le 8 février 2018)
  9. Claude Frigara (notice BnF no FRBNF12607089) (consulté le 8 février 2018)
  10. Jazz, les échelles du plaisir : Une commission créative (1982), publié en 2013 sur le site du plaisirsdujazz.fr (consulté le 8 février 2018)
  11. [PDF] Membre du bureau : Jean-Paul Gambier, président, page 5/9, publié le 8 novembre 2011 sur le site franclr.fr (consulté le 8 février 2018)
  12. Note sur La Bataille des radios libres, p. 58.
  13. « 1981 : Mitterrand est élu, la bande FM explose », publié le 20 novembre 2013 par Gilles Marsault, sur le site de franceinter.fr (consulté le 11 février 2018)
  14. Présentation de l'association : Montpellier contacts radio clapas, publié sur le site gralon.net (consulté le 11 février 2018)
  15. Sondage Médiamétrie officiel de 2006 et 2007, Radio Clapas est créditée de 80 000 auditeurs.
  16. « Mélanie Charpentier - Journaliste à Radio Clapas », publié sur le site de l'Université Paul-Valéry (consulté le 11 février 2018)
  17. « Le mag de Clapas : Mélanie Charpentier », publié en janvier 2016 sur le site de Radio Clapas (consulté le 11 février 2018)
  18. [PDF] « Raconte-moi Montpellier », page 28/60, publié dans TipTop le magazine des jeunes de Montpellier, no 44, hiver 2010/2011 sur le site de montpellier.fr (consulté le 14 février 2018)
  19. « Initier les jeunes à la pratique radiophonique au sein d'un Point Information Jeunesse », publié sur le site de service-civique.gouv.fr (consulté le 14 février 2018)
  20. [PDF] « Une aide pour les structures », page 32/60, publié dans TipTop le magazine des jeunes de Montpellier, no 44, hiver 2010/2011 sur le site de montpellier.fr (consulté le 14 février 2018)
  21. « Une radio réalise des émissions avec des détenus mineurs », publié le 13 janvier 2015 par Nicolas Bonzom, sur le site de 20 minutes (consulté le 11 février 2018)
  22. [PDF] « L’antidote à l’individualisme », page 5/48, publié dans L'Hérault le magazine du département, no 183, septembre 2009, sur le site Hérault.fr (consulté le 14 février 2018)
  23. « Radio Clapas menacée de fermeture », publié le 30 janvier 2014 par Yannick Povillon sur le site du Midi-Libre (consulté le 11 février 2018)
  24. SPRÉ, Société de Perception de la Rémunération Équitable de la Communication au Public des Phonogrammes du Commerce (consulté le 11 février 2018)
  25. 50 000  de dettes pour Radio Clapas, publié le 29 Janvier 2014 par Frédéric Brulhatour, sur le site de la lalettre.pro (consulté le 10 février 2018)
  26. Radio Clapas endettée, appel aux dons, publié le 29 Janvier 2014 par Jean-Marc Aubert, sur le blog de l'agglorieuse (consulté le 10 février 2018)
  27. Les auditeurs ont un mois pour sauver Radio Clapas, publié le 8 février 2014 par Valérie Luxey, sur le site de la france3-regions (consulté le 10 février 2018)
  28. Radio Clapas, Festival Brassens… Le retour des chevaliers d’industries… culturelles, publié le 28 mai 2014 par Jacques Palliès sur le site actechanson.fr(consulté le 10 février 2018)
  29. « Radio Clapas : L’équipe », publié sur le site de Radio Clapas (consulté le 14 février 2018)
  30. « Radio Clapas a besoin de vous, c'est l'appel lancé pour sauver la radio de Montpellier », publié le 29 janvier 2014 par Fabrice Dubault, sur le site de la france3-regions (consulté le 10 février 2018)
  31. « Concerts croisés pour sauver Radio Clapas ce vendredi soir au Rockstore », publié le 28 mars 2014 sur le site du Midi-Libre (consulté le 11 février 2018)
  32. Site du groupe l'Hippocampus jass gang (consulté le 10 février 2018)
  33. Site du groupe de musique : MonMec (consulté le 10 février 2018)
  34. Le groupe Kussay sur le site du Réseau hiphop Languedoc-Roussillon (consulté le 10 février 2018)
  35. « Radio Clapas : le concert de la dernière chance », publié le 27 mars 2014 par Isabelle Bris sur le site france3-regions (consulté le 10 février 2018)
  36. Dossier de presse de la 5e édition de la fondation EDF, page 7/22, publié en juin 2014 par Carole Bruneau, sur le site docplayer.fr (consulté le 6 février 2018)
  37. La Fondation d'entreprise Groupe EDF a pour vocation de soutenir des initiatives positives, publié sur le site de la fondation.edf.com (consulté le 6 février 2018)
  38. « Sur la même longueur d’onde », Tempo, Montpellier, no 87,‎ , p. 15 (lire en ligne [PDF], consulté le 11 février 2018) (consulté le 11 février 2018)
  39. [PDF] Chai du Terral : The Bad Plus, publié sur le site de la Culture et Sport Solidaires 34 (consulté le 8 février 2018)
  40. Site du théâtre du Chai du Terral (consulté le 8 février 2018)
  41. « Radio Clapas à Montpellier : 40 ans et toutes ses ondes », publié le 14 juin 2018 par Léa Pieracci, sur le site du Midi-Libre (consulté le 5 juillet 2018)
  42. « Il y a 40 ans, Montpellier envahie par les radios pirates », interview (4 minutes) diffusée le , de Grégoire Long, président de Radio Clapas, par Antoine Blin, publiée sur le site de France Bleu (consulté le 6 juillet 2018)
  43. Les ondes libérées en exposition (30 ans de FM en France), publié le par Philippe Sage, sur le site d'agoravox.fr (consulté le 6 juillet 2018)
  44. « Radios libres, que reste-t-il de nos pirates ? », publié le sur le site de Frituremag, le média des possibles dans le Grand Sud (consulté le 6 juillet 2018)
  45. « La radio associative L'Eko des Garrigues fait face à des difficultés financières », publié le par Nicolas Bonzom, sur le site de 20 Minutes (consulté le 6 juillet 2018)
  46. « Conférence à Montpellier : l'histoire du jazz de A à Z », publié le par Jean-Marc Aubert, sur le site e-metropolitain.fr (consulté le 6 juillet 2018)
  47. Les Paillotes du JAM !, programme du au , publié sur le site lejam.com (consulté le 6 juillet 2018)
  48. « 40 ans de radio, ça se fête ! », Mon Hérault, Imp. Chirripo, Conseil départemental de l'Hérault, no 7,‎ , p. 19/41 (présentation en ligne, lire en ligne, consulté le 6 juillet 2018) (consulté le 6 juillet 2018)
  49. #40.0 Radio Clapas – 40 ans de radio valent bien une année de fête, (consulté le 6 juillet 2018)
  50. « Radio Clapas : prison avec sursis et 36 200  à payer pour l’ex-secrétaire », publié le par Jean-Marc Aubert, sur le site e-metropolitain.fr (consulté le 6 février 2018)
  51. « Création du CRL Occitanie », sur lt4s.mj.am (consulté le 15 mai 2018)
  52. « Invitation Personnelle au 13ème Congrès du SNRL - Montpellier 2018 | Formulaire | Syndicat National des Radios Libres », sur snrl.fr (consulté le 15 mai 2018)
  53. « Quand le jazz est là : Radio Clapas fête ses 40 ans », sur e-metropolitain.fr (consulté le 15 mai 2018)
  54. a et b Jean-Baptiste Decroix, « Confinement : Radio Clapas bouleverse ses programmes », sur Gazette live, (consulté le 7 mai 2020)
  55. Brulhatour, « Covid-19 : À Montpellier, Radio Clapas modifie ses programmes », sur La Lettre Pro de la Radio, (consulté le 7 mai 2020)
  56. a et b « Coronavirus. Montpellier : Radio Clapas utilise son média comme outil de continuité pédagogique », sur actu.fr, (consulté le 7 mai 2020)
  57. Noudine Bara (consulté le ).
  58. « Montpellier : avec les cinémas fermés… Et si on faisait un ciné drive ? », sur Midi-Libre, (consulté le 7 mai 2020)

Lien externe[modifier | modifier le code]