Radicicol

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Radicicol
image illustrative de l’article Radicicol
Structure du radicicol[1]
Identification
Nom UICPA (1aR,2Z,4E,14R,15aR)-8-chloro-9,11-dihydroxy-14-méthyl-1a,14,15,15a-tétrahydro-6H-oxireno[e][2]benzoxacyclotétradécine-6,12(7H)-dione
No CAS 12772-57-5
No ECHA 100.170.695
PubChem 6323491
ChEBI 556075
SMILES
InChI
Apparence solide jaune[2]
Propriétés chimiques
Formule brute C18H17ClO6  [Isomères]
Masse molaire[3] 364,777 ± 0,019 g/mol
C 59,27 %, H 4,7 %, Cl 9,72 %, O 26,32 %,
Propriétés physiques
Solubilité éthanol : 10 g·L-1[2]
Précautions
SGH[2]
SGH06 : ToxiqueSGH08 : Sensibilisant, mutagène, cancérogène, reprotoxique
H301, H315, H319, H335, H340, H350, P201, P280, P305+P351+P338, P308+P313,
Transport[2]
-
   2811   

Unités du SI et CNTP, sauf indication contraire.

Le radicicol, ou monordène, est un composé organique naturel qui se lie à la protéine Hsp90 pour en moduler la fonction biologique. La protéine Hsp90 joue un rôle important dans le cycle cellulaire, le développement de la cellule, la survie de cette dernière, l'apoptose, l'angiogenèse et l'oncogenèse.

La biosynthèse du radicicol a été principalement étudiée chez Pochonia chlamydosporia, un mycète qui produit in vivo l'essentiel de la structure de cette molécule — la monocilline II — par un processus itératif réalisé par des polycétide synthases de type I[4]. La monocilline II est ensuite convertie en radicicol par halogénation et formation d'un époxyde réalisées respectivement par les protéines RadH et RadP. Ces enzymes sont codées par les gènes Rdc2 et Rdc4 de la voie métabolique, et altérer l'un de ces deux gènes conduit à un produit qui a la structure de la monocilline II mais dépourvu ou bien du groupe époxy ou bien de l'halogène[5].

Le radicicol est également un antibiotique macrolactone antifongique qui inhibe les protéines tyrosine-kinases[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Nicolas Winssinger et Sofia Barluenga, « Chemistry and biology of resorcylic acid lactones », Chemical communications, no 1,‎ , p. 22-36 (PMID 17279252, DOI 10.1039/B610344H, lire en ligne)
  2. a, b, c, d et e Fiche Sigma-Aldrich du composé Radicicol from Diheterospora chlamydosporia, consultée le 19/07/2016.
  3. Masse molaire calculée d’après « Atomic weights of the elements 2007 », sur www.chem.qmul.ac.uk.
  4. (en) Hui Zhou (周 卉), Kangjian Qiao (乔 康健), Zhizeng Gao (高 志增), John C. Vederas et Yi Tang (唐 奕), « Insights into Radicicol Biosynthesis via Heterologous Synthesis of Intermediates and Analogs », Journal of Biological Chemistry, vol. 285, no 53,‎ , p. 41412-41421 (PMID 20961859, PMCID 3009867, DOI 10.1074/jbc.M110.183574, lire en ligne)
  5. (en) Shuhao Wang, Yuquan Xu, Erin A. Maine, E.M. Kithsiri Wijeratne, Patricia Espinosa-Artiles, A.A. Leslie Gunatilaka, István Molnár, « Functional Characterization of the Biosynthesis of Radicicol, an Hsp90 Inhibitor Resorcylic Acid Lactone from Chaetomium chiversii », Cell Chemical Biology, vol. 15, no 12,‎ , p. 1328-1338 (PMID 19101477, DOI 10.1016/j.chembiol.2008.10.006, lire en ligne)