Racing Club Vichy rugby

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Racing club Vichy rugby)
Racing Club Vichy rugby
Logo du Racing Club Vichy rugby
Généralités
Surnoms RCV
Noms précédents Racing Club de Vichy
Fondation 1905
Couleurs Jaune et bleu
Stade Stade Louis-Darragon
(2 500 places)
Siège Stade Darragon, Boulevard du Maréchal-de-Lattre-de-Tassigny, 03200 Vichy
Championnat actuel Fédérale 2
Président François Sageot
Site web www.rcv-rugby-vichy.com
Palmarès principal
National[Note 1] Championnat de France de 2e division (1)

Maillots

Kit left arm blueshoulders.png
Kit body.png
Kit right arm blueshoulders.png
Kit shorts.png
Kit socks.png
Domicile
Kit left arm yellowshoulders.png
Kit body.png
Kit right arm yellowshoulders.png
Kit shorts.png
Kit socks.png
Extérieur

Actualités

Pour la saison en cours, voir :
Fédérale 2 2021-2022
0

Dernière mise à jour : 22 mars 2022.

Le Racing Club Vichy Rugby est un club de rugby à XV français basé à Vichy, dans le département de l'Allier.

Le RCV a notamment remporté le championnat de France de deuxième division en 1987.

Il évolue actuellement en Fédérale 2.

Histoire[modifier | modifier le code]

Union sportive vichyssoise[modifier | modifier le code]

Le Racing Club Vichy est issu de l’Union Sportive Vichyssoise (USV)[1].

L’Union Sportive Vichyssoise est fondée le par deux frères, André et Ludovic Chagnon, et joue son premier match le contre Roanne (score : 0-0).

En 1926, la section rugby du Club nautique fusionne avec l’USV et, en 1928, l'USC Vichy atteint la finale du championnat de France 2e série.

La Seconde Guerre mondiale n’interrompt pas son activité et, renforcé par des recrues des ministères du régime de Vichy, le club atteint la première division en 1943, sous le nom acquis en 1942 d’Union Sportive des Clubs de Vichy (USCV).

Le RCV d’après guerre[modifier | modifier le code]

En 1945, le club devient le Racing Club de Vichy.

Le RCV se renforce[modifier | modifier le code]

Au cours de l’après guerre, l’équipe est constituée des croupiers du Casino de Vichy. Parmi eux, Pierre Lauga, Dacien Olive et Guy Ligier. Le le Racing Club Vichy prend la place de l’USV, à la suite de sa fusion avec l’Olympique. En 1946 arrive Pierre Lauga, champion de France avec Pau. Dacien Olive joue au RCV en 1947 et 1948.

Qualifications en phases finales du championnat de France[modifier | modifier le code]

En 1947, cette équipe parvient en 8e de finale du championnat de France, mais perd face à Agen (6-0).

En 1952, le RCV parvient en quart de finale du championnat de France mais perd le face à Lourdes (12 à 9). Parmi les joueurs : Guy Stener, Henri Suréda, Marcel Carraro, et Jean Soyer.

Les premiers internationaux du club[modifier | modifier le code]

Au milieu des années 1950 deux joueurs internationaux jouent à Vichy : Amédée Domenech, en 1954 et 1955 et le Catalan Jean Carrère en 1955, 1956 et 1957.

Avec l’entraîneur Gérard Dufau[modifier | modifier le code]

Capitaine de l’équipe de France de Rugby depuis 1956, Gérard Dufau devient l’entraîneur du RCV en 1957, tout en y étant joueur et capitaine jusqu’en 1962.

Qualifications en phases finales du championnat[modifier | modifier le code]

En 1960 le club parvient en quart de finale du championnat de France mais échoue face à Dax (12 à 5).

L’année suivante le RCV arrive en quart de finale après avoir vaincu Montferrand en 16e de finale (10-3) puis Lourdes en 8e de finale (6-3), mais échoue face à Béziers (12 à 3), le futur champion.
De 1962 à 1975, le club atteint parfois le 8e de finale (1963 face à Chalon (6-0), 1970 face à Pau (8-0), 1974 face à Dax (16-6)), plus souvent le 16e de finale (1965, 1967, 1968, 1972, 1973 et 1975).

Qualification en challenge du Manoir[modifier | modifier le code]

En 1975, le club atteint les quarts de finale du challenge Yves-du-Manoir. Deuxième de son groupe derrière Béziers[2], il élimine Dax 6-3 en huitième de finale avant de perdre 21 à 3 au tour suivant face à Agen, vaincu par 5 essais de trois quarts[3].

Gérard Dufau cesse d’entraîner le RCV en 1975.

Descente en première division groupe B[modifier | modifier le code]

À l’issue de la saison 1975-1976, le club descend du groupe A au groupe B.

À la suite de la saison 1976-1977, le club remonte en première division, mais redescend à la fin de la saison suivante.

La fin de la saison 1979-1980 voit l’équipe descendre encore.

Gérard Dufau redevient entraîneur au début de la saison 1980-1981 et fait remonter l’équipe en groupe B. L’équipe s’y maintient jusqu’au départ de Dufau en 1983.

Un parcours difficile[modifier | modifier le code]

Le stade Darragon
Le stade Darragon.

Le club évolue en groupe B lors des saisons 1984-1985 et 1985-1986.

Champion de France de deuxième division 1987[modifier | modifier le code]

Puis il évolue en 2e division et devient champion de France de division 2 en 1987 avec notamment Jean-Marc Lhermet qui honorera sa première sélection le contre l'équipe d'Écosse. Au cours de la saison 1987-1988 l’équipe joue en première division sous la houlette de Michel Ringeval, mais redescend en groupe B à la fin. L’équipe y reste jusqu’en 1995.

David Aucagne joue pour le club dans les équipes de jeunes, avant de rejoindre le Paris université club en 1991[4], il connaîtra sa première sélection le contre le pays de Galles.

La saison 1991-1992 voit les débuts au club d'Olivier Merle alors inconnu du grand public à l'époque qui se révélera l'année suivante sous l’ère des « Mammouths de Grenoble »[5] et sera privé du titre[6] de champion de France en 1993, défait 14 à 11[7] par le Castres olympique dans des conditions rocambolesques[8]. Il obtiendra sa première sélection juste après le contre l'Afrique du sud à l'ABSA Stadium de Durban.

À la fin de la saison 1994-1995, le RCV redescend en 2e division. La saison suivante (1995-1996) permet à l’équipe de remonter en groupe B, mais elle n’y reste que deux années (saisons 1996-1997 et 1997-1998). Le club évolue en Division 2 au cours des saisons 1998-1999, 1999-2000, et 2000-2001 (ou la division 2 devient la Nationale 2) puis monte en Fédérale 1. Mais il descend en 2004 et rejoint la Fédérale 2 mais remonte après la saison 2004-2005. Pour la saison 2005-2006, le RCV espère le maintien en Fédérale 1, et se retrouve en poule 1. Après un bon début, l’équipe subit 4 défaites consécutives à la fin de l’année 2005. À la fin de la 1re phase de Fédérale 1, Vichy est 7e. Vichy joue alors en play-down, mais termine 4e. Le RCV est donc relégué en Fédérale 2, où il se trouve encore (jusqu'en 2014).

Depuis la saison 2014-2015, le RCV évolue en Fédérale 3 et termine 8e de la poule 5 en 2015-2016.

La saison 2016-2017 voit le RCV rugby (équipe réserve et première) accéder aux phases finales. L'équipe première s'arrête en 32es de finale et aux portes de la Fédérale 2 alors que l'équipe réserve est parvenue à atteindre les 8es de finale des championnats de France.[réf. nécessaire]

En 2017-2018, il termine 1er de la poule 10 de Fédérale 3 et se qualifie pour le championnat de France[réf. souhaitée]. Leur victoire contre Bazas 29-20 lors des 16es de finale retour (après une défaite à l'aller 10-14) permet au RCV rugby de monter en Fédérale 2[9]. Le club se fait éliminer en 8es de finale contre Périgueux à Guéret 6-16 le 3 juin 2018[10].

Palmarès[modifier | modifier le code]

Présidents[modifier | modifier le code]

  • 1943-1945 : Joseph Pételet
  • 1945-1946 : Dr Paul Dufourt
  • 1946-1949 : Dr Armand Colomb
  • 1949-1951 : René Laubertrand (dir. Jeux)
  • 1951-1954 : Roger Toureau (garagiste)
  • 1954-1956 : Jean Bardiaux (pharmacien)
  • 1956-1959 : Pierre Broustine (dentiste)
  • 1959-1963 : Jean Helliant (banquier)
  • 1964-1965 : Georges Raymond (OCP)
  • 1966-1976 : Jean Boulé (Broustine en 69-70)
  • 1976-1978 : Bernard Gayet
  • 1979-1989 : René Réolon (BTP)
  • 1989-1992 : Michel Mazerolles
  • 1992-1993 : Didier Massolle
  • 1993-2000 : Jean-Luc Safin (kinésithérapeute)
  • 2000-2002 : Jaen-Luc Safin et Jean Pierre Deschamps
  • 2002-2004 : Jean-Luc Tourret
  • 2004-2010 : Olivier Safin et Jacques Suchet
  • 2010-2013 : Olivier Safin
  • 2013-2019 : Marc Suchet
  • 2019-2022 : Arnaud Rouchy
  • depuis 2022 : François Sageot[11]

Entraîneurs[modifier | modifier le code]

  • 1944-1949 : Fernand Huc
  • 1949-1953 : Joseph Marmayou
  • 1953-1957 : Louis Gibert
  • 1957-1975 : Gérard Dufau
  • 1975-1976 : Palancade
  • 1976-1980 : Maurice Aucagne
  • 1980-1983 : Gérard Dufau
  • 1983-1985 : Maurice Aucagne
  • 1985-1986 : Bernard Roques
  • 1986-1987 : Bernard Roques et Francis Jimenez
  • 1987-1988 : Bernard Roques et Michel Ringeval
  • 1988-1989 : Alain Dusang
  • 1989-1990 : Alain Dusang et Bernard Roques
  • 1990-1991 : Bernard Roques
  • 1991-1992 : Poedomenge
  • 1992-1994 : Jacky Leterre
  • 1994-1995 : Jacky Leterre et Michel Louessard
  • 1995-1998 : Jacky Leterre et Alain Leroy
  • 1998-1999 : Patrick Labastie
  • 1999-2000 : Patrick Labastie et Francis Gosse
  • 2000-2001 : Francis Gosse et Olivier Bardet
  • 2001-2003 : Jacky Leterre, Francis Gosse et Olivier Bardet
  • 2003-2003 (novembre) : Gilles Chantelle et Olivier Bardet
  • 2003 (novembre)-2005 : Eric Nicol, Patrick Laurent-Varrange et Philippe Kobilnyk
  • 2005-2006 : Eric Nicol et Laurent Ferrandon
  • 2006 (janvier) : Jacky Leterre et Eric Nicol
  • 2006 (janvier)-2007 : Jacky Leterre et Sebastien Mazet
  • 2007-2009 (septembre) : Patrick Laurent Varange, Lyonel Vaïtanaki et Yan MacArthur
  • 2009 (septembre)-2010 : Lyonel Vaïtanaki et Yan MacArthur
  • 2009-2010 : Lyonel Vaïtanaki et Éric Nicol
  • 2010-2013 : Lyonel Vaïtanaki
  • 2013-2014 : Bertrand Aucagne, Patrice Giry et Franck Dupin
  • 2014-2016 : Patrice Giry et Alexandre Audebert
  • 2016-2018 : François Sageot, Valentin Duchier et Francis Gosse
  • 2018-2020 : Sébastien Mazet, Olivier Soucil et Matthias Levan
  • 2020-2021 : Olivier Chazaud, Matthias Levan et Francisco De La Fuente
  • 2021-2022 : Laurent Pous

Joueurs emblématiques[modifier | modifier le code]

Alain DUSANG

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Seuls les principaux titres en compétitions officielles sont indiqués ici.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Source de la section Histoire de cet article : site d'Alain Carteret.
  2. Mérillon 1990, p. 173.
  3. Mérillon 1990, p. 175.
  4. Jean-Emmanuel Ducoin, « David Aucagne, son rugby colle à Pau », L'Humanité, (consulté le ).
  5. Nicolas Zanardi, « En 1993, les mammouths grenoblois victimes d'une polémique en finale », Midi olympique, (consulté le ).
  6. Clément Garioud, « Ces sombres affaires qui ont entaché la réputation du rugby français », sur https://actu.fr, (consulté le )
  7. « Grenoble 92/93 dur dur d’être un mammouth », sur rucknmaul.wordpress.com, (consulté le )
  8. Loïc Colombié, « #SportStory – Rugby / (EP1) M.Ringeval : Entretien avec «la migraine ». », sur le-mag-sport.com, (consulté le )
  9. Olivier Rezel, « Le RC Vichy monte en Fédérale 2 ! », sur lamontagne.fr, (consulté le ).
  10. « Fédérale 3 : Vichy n'a pas réussi à franchir le CAP », sur lamontagne.fr, (consulté le ).
  11. Olivier Rezel, « François Sageot, nouveau président du RC Vichy (Allier) » Accès libre, La Montagne, (consulté le ).

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • [Mérillon 1990] Jean Mérillon, Le Challenge Yves du Manoir : Histoire du rugby, Paris, Éditions Chiron, , 335 p. (ISBN 2-7027-0395X) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Alain Carteret, 100 ans de rugby à Vichy 1905-2005, RC Vichy,

Liens externes[modifier | modifier le code]