Raôul Duguay

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Raôul Duguay
Armand Vaillancourt - Performance publique Montréal - 24.jpg
Armand Vaillancourt et Raôul Duguay en 2011
Biographie
Naissance
Nationalité
Activité
Autres informations
Site web

Raôul Duguay (né le à Val-d'Or en Abitibi) est un artiste québécois. Plusieurs fois primé au cours de sa carrière, il est notamment reconnu pour la poésie de ses chansons[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Artiste[modifier | modifier le code]

Raôul est né à Val-d'Or dans la région de l'Abitibi-Témiscamingue, au Québec. Il a raconté cet événement plus tard dans le titre semi-autobiographique "La bittt à Tibi" de son premier album. Il a commencé à écrire de la poésie dans les années 1950 et ses deux premières anthologies ont été publiées en 1966 et 1967.

Il rencontre Walter Boudreau en 1967 et les deux artistes forment L'Infonie[2] peu de temps après. Formé de Raôul au chant, Walter au saxophone baryton, piano et clavecin, Pierre Daigneault au saxophone ténor et piccolo, Jean Grimard au saxophone soprano et à la flûte, André Pelchat au saxophone alto et à la flûte, Gilles Hainault au piano et clavinet, Isengourd Knöhr à la batterie, percussions, bruitage, piano et guitare et Michel LeFrançois à la guitare électrique. Ils ont aussi invités une trentaine de musiciens qui ont participé de près ou de loin à leurs performances tant sur disques qu'en concerts. Ce projet se voulait à la fois un groupe de musique et une nouvelle approche de l’improvisation collective. Raôul publie en 1970 Le Manifeste de l'Infonie : le ToutArtBel, Montréal, Éditions du Jour, 1970, 111 pages. L'Infonie produit 4 albums avant-gardistes dans le style rock progressif et jazz-rock québécois avant de se dissoudre en 1973. Boudreau et Duguay se sont réunis à l'occasion depuis, notamment en 2007 pour un festival Orgues et Couleurs. Il a aussi collaboré aux magazines "La Barre Du Jour" et "Mainmise", et en 1975, il participe à l'album Les Porches du groupe progressif québécois Maneige, à la trompette et au chant sur la pièce-titre.

Il a sorti son premier album solo en 1975, intitulé Alllô tôulmônd; cet album contient le titre Tôuttt etô bôuttt, l'une de ses chansons les plus connues. Le duo québécois Les Séguin, formé de Richard et sa sœur Marie-Claire Séguin ont repris une de ses chansons, Les Saisons sur leur album Récolte De Rêves en 1975. L'année suivante, Raôul se produit devant 400 000 personnes à la Fête nationale de la Saint-Jean, un événement culturel nationaliste québécois annuel. Il a publié plusieurs autres albums solo dans les années soixante-dix, quatre-vingt et quatre-vingt dix; après un écart de onze ans, il est revenu avec J'ai soif en 2010. Sa chanson La bittt à Tibi a été intronisée au Panthéon des auteurs et compositeurs canadiens en 2008.

Il a également fourni la musique du film Les Fleurs Sauvages (1982), pour lequel il a été nominé par Génie. En 1984, il participe à une collaboration musicale avec le législateur du Parti québécois, Gilles Baril. En 1996, il a fourni le texte d'une version révisée de In C. de Terry Riley.

Raôul a continué de publier des œuvres de poésie. Son seizième volume, entre la lettre et l'esprit, a été publié en 2001. Il a également travaillé dans les arts visuels en tant que peintre et sculpteur.

Politique[modifier | modifier le code]

Il est un partisan de longue date du souverainisme québécois. Dans son poème Trente Lettres (1995), il décrit le Canada comme un père qui "n'a jamais donné d'orgasme à sa mère [le Québec]". En 2010, il a signé une lettre publique critiquant les organisateurs du Festival d'été de la ville de Québec. principalement des actes anglophones à jouer.

Lors de l'élection fédérale de 1972, Raôul Duguay s'était présenté à la Chambre des communes du Canada en tant que candidat non affilié à Longueuil, sous le nom de "Raôul Wéziwézô Duguay". Il a terminé loin derrière le candidat libéral Jacques Olivier. Aux élections provinciales de 1998, il se présenta comme candidat du Parti québécois au pouvoir à Brome-Missisquoi. Il a terminé deuxième derrière le député libéral Pierre Paradis [15].

Discographie[modifier | modifier le code]

- Avec L'Infonie[2] :

  • 1969 : L'Infonie Vol. 3 - Kotaï, London Records
  • 1971 : Vol. 33 : le Mantra - Kotaï, London Records
  • 1972 : L’Infonie Vol. 333 - Kotaï, London Records
  • 1974 : L'infonie Vol. 3333 - Kotaï, London Records

- Solo :

  • 1975 : Alllô tôulmônd
  • 1976 : L'envol
  • 1977 : M
  • 1978 : Vivant avec tôulllmônd - Enregistré au Théâtre St-Denis de Montréal - Album Double
  • 1979 : Ô ou l’invisible enfant (Ön s’m ô Kébèk) - Album Triple - Compilation
  • 1980 : Lettre à Toulmond - Série Un écrivain et son pays SRC Internationale
  • 1982 : Le chanteur de pomme
  • 1983 : Tout ce qui compte - Les Productions Normand Latourelle. SFPP, Paris. (FP-8-4048) (version européenne du Chanteur de Pomme)
  • 1985 : Douceur
  • 1989 : Nova - Avec Michel Robidoux
  • 1992 : Monter en amour - Face A en studio Face B live- Compilation 2 CD
  • 1999 : Caser
  • 2010 : J'ai Soif
  • 2011 : En juin 2011, à la demande de la Société Saint-Jean-Baptiste de Montréal, Duguay rend public Ô Kébèk[4], une proposition d'hymne national québécois[5]. Réalisée et cointerprétée par l'artiste, la chanson est ridiculisée dans les médias[6],[7],[8].

Participations[modifier | modifier le code]

  • 1975: Les Porches du groupe Maneige - Chant et trompette sur la pièce-titre
  • 1986 : Paix Sans Frontière - Raôul a contribué avec une de ses chansons L'oiseau pour la paix
  • 1992 : Atlantide / Golgot(h)a - Avec Michel-Georges Brégent et Walter Boudreau - Raôul sur : Golgot(h)a avec Walter Boudreau
  • 1999 : La santé par le rire - Avec Jean Drouin
  • 2000 : In C de Terry Riley - Avec Michel-Georges Brégent et Walter Boudreau - Raôul chant sur la pièce-titre In C
  • 2006 : Septentrion de Anodajay - Raôul sur Le Beat À Ti-Bi

Filmographie[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Raôul Duguay et al., Raôul Duguay ou : le poète à la voix d'ô, Montréal, L'Aurore, 1979.

Honneurs[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]