R Coronae Borealis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Ne doit pas être confondu avec RR Coronae Borealis ou Rho Coronae Borealis.
R Coronae Borealis
Données d'observation
(époque J2000.0)
Ascension droite 15h 48m 34,4147s[1]
Déclinaison +28° 09′ 24,295″[1]
Constellation Couronne boréale
Magnitude apparente 5,71 - 14,8[2]

Localisation dans la constellation : Couronne boréale

(Voir situation dans la constellation : Couronne boréale)
Corona Borealis IAU.svg
Caractéristiques
Type spectral G0Iep[3]
Indice U-B 0,13[4]
Indice B-V 0,60[4]
Indice V-R 0,45[4]
Indice J-K 0,800[5]
Indice J-H 0,275[5]
Variabilité R CrB[6],[2]
Astrométrie
Vitesse radiale 27,83 km/s[7]
Mouvement propre μα = −2,10 mas/a[8]
μδ = −11,52 mas/a[8]
Parallaxe 0,73 ± 0,27 mas[1]
Magnitude absolue -5[9]
Caractéristiques physiques
Masse 0,8−0,9 M[10]
Rayon 85 R[9]
Gravité de surface (log g) 0,5[11]
Luminosité ~10 000 L[12]
Température 6 750 K[12]

Autres désignations

Coronae Borealis, R CrB, GSC2 N1330022410, 2MASS J15483440+2809242, AG+28° 1513, GSC 02039-01605, BD+28 2477, HD 141527, PLX 3581, TYC 2039-1605-1, CDS 886, PPM 104338, GC 21257, HIP 77442, RAFGL 4219, GCRV 9116, HR 5880, AAVSO 1544+28A, IRAS 15465 +2818, SAO 84015

R Coronae Borealis est une étoile supergéante jaune de faible masse particulière de la constellation de la Couronne boréale. Elle est le prototype du type rare d'étoiles variables R CrB, dont la luminosité chute de plusieurs magnitudes à intervalles irréguliers. R Coronae Borealis elle-même brille normalement avec une magnitude d'environ 6, tout juste visible à l'œil nu, mais à des intervalles allant de quelques mois à plusieurs années, elle s'affaiblit jusqu'à atteindre parfois la 15ème magnitude. Lors des mois suivants, elle revient graduellement à sa luminosité normale, lui donnant le surnom "nova réversible".

Nomenclature[modifier | modifier le code]

R Coronae Borealis est une étoile faiblement visible à l'oeil nu, mais elle ne possède aucun nom traditionnel. Bayer ne lui attribua pas de désignation en lettre grecque bien qu'il l'indiqua sur sa carte. Flamsteed numérota toutes les étoiles de Bayer mais ne rajouta aucune designation supplémentaire pour les étoiles plus faibles, et donc R Coronae Borealis n'apparaît dans aucun de ces deux catalogues[13].

Lors de sa découverte, elle fut décrite simplement comme "la variable de la Couronne boréale"[13]. Elle fut ensuite appelée Variabilis Coronae, "(Etoile) Variable de Coronae (Borealis)"[14]. Elle a également été appelée "nova réversible" à cause de sa faculté de devenir invisible[15].

La désignation d'étoile variable R Coronae Borealis fut introduite, comme "Coronae R", par Friedrich Wilhelm Argelander en 1950[16].

Variabilité[modifier | modifier le code]

Courbe de lumière de R Coronae Borealis entre 1990 et 2017, montrant le minimum profond sans précédent.

La variabilité de R Coronae Borealis fut découverte par l'astronome anglais Edward Pigott en 1795[13]. En 1935, ce fut la première étoile pour laquelle on montra qu'elle avait une composition chimique différente de celle du Soleil par analyse spectrale[17].

R Coronae Borealis est le prototype des étoiles variables de type R Coronae Borealis. Elle est l'une des deux seules variables de type R Coronae Borealis assez lumineuses pour être visibles à l'oeil nu, avec RY Sagittarii[18]. La plupart du temps, elle montre des variations de l'ordre d'un dixième de magnitude sur des périodes mal définies de 40 et de 51 jours. Elles correspondent aux premier harmonique et au fondamental des modes de pulsation radiale d'une étoile à hélium extrême légèrement en-dessous de 1 M[10].

A des intervalles irréguliers allant de quelques années à des décennies, R Coronae Borealis perd sa luminosité normale voisine de la 6ème magnitude sur une période allant de quelques mois à parfois quelques années. Il n'y a pas de minimum fixe, mais l'étoile peut devenir plus faible que la 15ème magnitude dans le domaine visible[19]. L'affaiblissement est moins prononcé aux longueurs d'onde plus élevées. Typiquement l'étoile commence à revenir à sa brillance maximale presque immédiatement après son minimum, bien qu'occasionnellement ce retour puisse être interrompu par un autre affaiblissement. La cause de ce comportement est attribuée à une accumulation régulière de poussière de carbone dans l'atmosphère de l'étoile. La soudaine chute de luminosité pourrait être causée par une condensation rapide d'une poussière riche en carbone similaire à de la suie, conduisant au blocage d'une grande proportion de la lumière de l'étoile. Le retour graduel de la luminosité normale résulte de la dispersion de la poussière par la pression de radiation[20].

En août 2007, R Coronae Borealis commença à s'affaiblir jusqu'à un minimum sans précédent. Elle tomba à la 14ème magnitude en 33 jours, puis continua à décroître lentement, chutant en-dessous de la 15ème magnitude en juin 2009. Elle commença ensuite une remontée également lente, n'atteignant pas la 12ème magnitude avant fin 2011. Ce fut un minimum inhabituellement profond et exceptionnellement long, plus long même que le minimum profond de cinq ans de 1962-7. Cependant, R Coronae Borealis s'affaiblit de nouveau presque jusqu'à la 15ème magnitude et en août 2014 elle était en-dessous de la 10ème magnitude depuis 7 ans. Fin 2014, R Coronae Borealis brilla rapidement jusqu'à la 7ème magnitude mais commença ensuite à s'affaiblir de nouveau[20]. Mi 2017, elle était restée en-dessous de sa luminosité "normale" depuis 10 ans. Elle attint aussi un nouveau record de faiblesse avec une magnitude de 15,2[19].

Spectre[modifier | modifier le code]

R Coronae Borealis à son maximum de luminosité montre clairement le spectre d'une supergéante jaune de type F tardif ou G précoce, mais avec des particularités marquées. Les raies de l'hydrogène sont faibles ou absentes, tandis que les raies du carbone et les bandes moléculaires du cyanogène (CN) et de C2 sont exceptionellement fortes. Les raies de l'hélium et de métaux comme le calcium sont aussi présentes comme attendu[17].

Le spectre est variable, plus particulièrement lors des périodes de faible luminosité. Le spectre d'absorption normal est remplacé par des raies en émission, en particulier HeI, CaII, NaI, et d'autres métaux. Les raies sont typiquement très étroites dans ce stade. Les raies d'émission de l'hélium montrent parfois des profils P Cygni. Lors des minima profonds, beaucoup des raies métalliques disparaissent bien que le doublet Ca reste fort. Les raies interdites "nébulaires" de [OI], [OII], et [NII] peuvent être parfois détectées[20].

Au maximum, le spectre indique que l'hydrogène dans R Coronae Borealis est fortement réduit, l'hélium est l'élément dominant et le carbone est fortement enrichi. Au minimum, le spectre montre le développement de nuages de carbone qui obscurcissent la photosphère, laissant parfois les raies chromosphériques visibles.

Propriétés[modifier | modifier le code]

R Coronae Borealis en lumière visible.

R Coronae Borealis possède environ 90 % d'hélium et moins de 1 % hydrogène. Le reste est majoritairement du carbone[21]. Cela la définit comme une étoile à hélium extrême enrichie en carbone.

La modélisation des pulsations suggère que la masse de R Coronae Borealis vaut 0.8-0.9 M. La température au maximum est raisonnablement bien connue à 6900 K et décroît lors des affaiblissements lorsque la photosphère est obscurcie par la poussière qui condense.

La distance de R Coronae Borealis n'est pas connue exactement, mais est estimée à 1,4 kiloparsecs à partir d'hypothèses faites sur sa luminosité intrinsèque. La magnitude absolue de -5 est calculée par comparaison avec les variables R CrB du Grand Nuage de Magellan dont les distances sont connues assez précisément. La luminosité est estimée à partir de modèles d'étoiles à hélium à 19000 L et elle a un rayon d'environ 100 R[22]. La parallaxe de Gaia Data Release 1 fournit également une distance de 1,4 kpc, bien qu'il y ait une importante marge d'erreur[1].

Il existe une étoile faible à 3" de R Coronae Borealis, mais on pense qu'il s'agit d'une naine de type K distante. Sa couleur et sa magnitude apparente ne sont pas compatibles avec le fait d'être à la même distance que R Coronae Borealis[20].

Formation[modifier | modifier le code]

Il existe deux modèles principaux pour expliquer la formation des étoiles R CrB : la fusion de deux naines blanches ; ou un flash de l'hélium très tardif dans une étoile post-AGB. Les modèles des étoiles post-AGB prévoient qu'une étoile ayant l'apparence de R CrB devrait avoir une masse autour de 0.6 M, et on pense donc qu'elle pourrait avoir été formée par la fusion d'une naine blanche carbone-oxygène et d'une naine blanche à hélium[23]. La détection d'une quantité significative de lithium dans l'atmosphère n'est pas facilement expliquée par le modèle de fusion, mais elle est la conséquence naturelle d'un flash de l'hélium tardif[22]. Les modèles d'évolution des étoiles post-AGB donnent une masse de 0.66 M pour R CrB, mais avec une marge considérable d'erreur[24].

Matériau circumstellaire[modifier | modifier le code]

L'imagerie directe avec le télescope spatial Hubble montre des nuages étendus de poussière jusqu'à un rayon d'environ 2000 unités astronomiques de R Coronae Borealis, correspondant à un courant de fine poussière (composée de grains de 5 nm de diamètre) associé au vent stellaire de l'étoile et de poussière plus grossière (composée de grains de diamètre environ 0,14 µm) éjectés périodiquement[25]. L'obscurcissement semble survenir plus près de l'étoile car les nuages de carbone condensent au niveau des régions de choc dans un front en expansion. Des "bouffées" de poussière émises par l'étoile condensent à environ 85 R de la surface, et sont visibles comme des nœuds cométaires quand il se situent à côté de l'étoile[20]. Il y a également une coquille de 2 M large d'environ 4 pc contenant de la poussière à 25 K, qui pourrait être une nébuleuse planétaire fossile[22].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d Gaia Collaboration, A. G. A. Brown, A. Vallenari, T. Prusti, J. H. J. de Bruijne, F. Mignard et R. Drimmel, « Gaia Data Release 1. Summary of the astrometric, photometric, and survey properties », Astronomy & Astrophysics, vol. 595,‎ , p. 23 (DOI 10.1051/0004-6361/201629512, Bibcode 2016A&A...595A...2G, arXiv 1609.04172)
  2. a et b Samus et O. V. Durlevich, « VizieR Online Data Catalog: General Catalogue of Variable Stars (Samus+ 2007-2013) », VizieR On-line Data Catalog: B/gcvs. Originally published in: 2009yCat....102025S, vol. 1,‎ (Bibcode 2009yCat....102025S)
  3. Klochkova, « Supergiants with large IR excesses », Bulletin of the Special Astrophysical Observatory, vol. 44,‎ , p. 5 (Bibcode 1997BSAO...44....5K)
  4. a b et c J. R. Ducati, « VizieR Online Data Catalog: Catalogue of Stellar Photometry in Johnson's 11-color system », CDS/ADC Collection of Electronic Catalogues, vol. 2237,‎ , p. 0 (Bibcode 2002yCat.2237....0D)
  5. a et b R. M. Cutri, M. F. Skrutskie, S. Van Dyk, C. A. Beichman, J. M. Carpenter, T. Chester, L. Cambresy, T. Evans, J. Fowler, J. Gizis, E. Howard, J. Huchra, T. Jarrett, E. L. Kopan, J. D. Kirkpatrick, R. M. Light, K. A. Marsh, H. McCallon, S. Schneider, R. Stiening, M. Sykes, M. Weinberg, W. A. Wheaton, S. Wheelock et N. Zacarias, « VizieR Online Data Catalog: 2MASS All-Sky Catalog of Point Sources (Cutri+ 2003) », VizieR On-line Data Catalog: II/246. Originally published in: 2003yCat.2246....0C, vol. 2246,‎ , p. 0 (Bibcode 2003yCat.2246....0C)
  6. Janet A. Mattei, Elizabeth O. Waagen et E. Grant Foster, « R Coronae Borealis light curves 1843-1990 », AAVSO Monograph,‎ (Bibcode 1991rcbl.book.....M)
  7. Russel J. White, Jared M. Gabor et Lynne A. Hillenbrand, « High-Dispersion Optical Spectra of Nearby Stars Younger Than the Sun », The Astronomical Journal, vol. 133, no 6,‎ , p. 2524–2536 (DOI 10.1086/514336, Bibcode 2007AJ....133.2524W, arXiv 0706.0542)
  8. a et b F. Van Leeuwen, « Validation of the new Hipparcos reduction », Astronomy and Astrophysics, vol. 474, no 2,‎ , p. 653–664 (DOI 10.1051/0004-6361:20078357, Bibcode 2007A&A...474..653V, arXiv 0708.1752)
  9. a et b Edward J. Montiel, Geoffrey C. Clayton, Dominic C. Marcello et Felix J. Lockman, « What is the Shell Around R Coronae Borealis? », The Astronomical Journal, vol. 150,‎ , p. 14 (DOI 10.1088/0004-6256/150/1/14, Bibcode 2015AJ....150...14M, arXiv 1505.04173)
  10. a et b H. Saio, « Radial and Nonradial Pulsations in RCB and EHe-B Stars », Hydrogen-Deficient Stars ASP Conference Series, vol. 391,‎ , p. 69 (Bibcode 2008ASPC..391...69S)
  11. M. Asplund, B. Gustafsson, D. L. Lambert et N. K. Rao, « The R Coronae Borealis stars - atmospheres and abundances », Astronomy and Astrophysics, vol. 353,‎ , p. 287 (Bibcode 2000A&A...353..287A)
  12. a et b Geoffrey C. Clayton, T. R. Geballe et Wanshu Zhang, « Variable Winds and Dust Formation in R Coronae Borealis Stars », The Astronomical Journal, vol. 146, no 2,‎ , p. 23 (DOI 10.1088/0004-6256/146/2/23, Bibcode 2013AJ....146...23C, arXiv 1305.5047)
  13. a b et c Edward Pigott et Henry C. Englefield, « On the Periodical Changes of Brightness of Two Fixed Stars. By Edward Pigott, Esq. Communicated by Sir Henry C. Englefield, Bart. F. R. S », The Royal Society, vol. 87,‎ , p. 133–141 (DOI 10.1098/rstl.1797.0007, JSTOR 106921, Bibcode 1797RSPT...87..133P)
  14. R. H. Allen, Star Names: Their Lore and Meaning, Dover Publications, Inc., (ISBN 978-0486210797), p. 178
  15. Bone, « Skky notes for April and May », Journal of the British Astronomical Association, vol. 116,‎ , p. 102 (Bibcode 2006JBAA..116..102B)
  16. Alexander von Humboldt, Humboldts Kosmos: In verkürzter Gestalt, Greiner und Pfeiffer, (lire en ligne)
  17. a et b Louis Berman, « The Spectrum Analysis of the Hot Carbon Star, R Coronae Borealis », The Astrophysical Journal, vol. 81,‎ , p. 369 (DOI 10.1086/143644, Bibcode 1935ApJ....81..369B)
  18. L. Skuljan et P. L. Cottrell, « Recent declines of RS Telescopii, UW Centauri, and V Coronae Australis », The Observatory, vol. 122,‎ , p. 322 (Bibcode 2002Obs...122..322S)
  19. a et b Watson, « The International Variable Star Index (VSX) », The Society for Astronomical Sciences 25th Annual Symposium on Telescope Science. Held May 23–25, vol. 25,‎ , p. 47 (Bibcode 2006SASS...25...47W)
  20. a b c d et e Steve B. Howell, Travis A. Rector et Donald Walter, « Optical Spectroscopy at Deep Light Minimum of R Coronae Borealis », Publications of the Astronomical Society of the Pacific, vol. 125, no 930,‎ , p. 879–888 (DOI 10.1086/672163, Bibcode 2013PASP..125..879H)
  21. Leonard Searle, « An Abundance Analysis of R Coronae Borealis », Astrophysical Journal, vol. 133,‎ , p. 531 (DOI 10.1086/147056, Bibcode 1961ApJ...133..531S)
  22. a b et c Geoffrey C. Clayton, Ben E. K. Sugerman, S. Adam Stanford, B. A. Whitney, J. Honor, B. Babler, M. J. Barlow, K. D. Gordon, J. E. Andrews, T. R. Geballe, Howard E. Bond, O. De Marco, W. A. Lawson, B. Sibthorpe, G. Olofsson, E. Polehampton, H. L. Gomez, M. Matsuura, P. C. Hargrave, R. J. Ivison, R. Wesson, S. J. Leeks, B. M. Swinyard et T. L. Lim, « The Circumstellar Environment of R Coronae Borealis: White Dwarf Merger or Final-Helium-Shell Flash? », The Astrophysical Journal, vol. 743,‎ , p. 44 (DOI 10.1088/0004-637X/743/1/44, Bibcode 2011ApJ...743...44C, arXiv 1110.3235)
  23. X. Zhang, C. S. Jeffery, X. Chen et Z. Han, « Post-merger evolution of carbon-oxygen + helium white dwarf binaries and the origin of R Coronae Borealis and extreme helium stars », Monthly Notices of the Royal Astronomical Society, vol. 445,‎ , p. 660–673 (DOI 10.1093/mnras/stu1741, Bibcode 2014MNRAS.445..660Z, arXiv 1408.5500)
  24. G. Stasińska, R. Szczerba, M. Schmidt et N. Siódmiak, « Post-AGB stars as testbeds of nucleosynthesis in AGB stars », Astronomy and Astrophysics, vol. 450, no 2,‎ , p. 701 (DOI 10.1051/0004-6361:20053553, Bibcode 2006A&A...450..701S, arXiv astro-ph/0601504)
  25. S. V. Jeffers, M. Min, L. B. F. M. Waters, H. Canovas, M. Rodenhuis, M. De Juan Ovelar, A. L. Chies-Santos et C. U. Keller, « Direct imaging of a massive dust cloud around R Coronae Borealis », Astronomy & Astrophysics, vol. 539, no A56,‎ , p. 1–8 (DOI 10.1051/0004-6361/201117138, Bibcode 2012A&A...539A..56J, arXiv 1203.1265)

Liens externes[modifier | modifier le code]