REGN-COV2

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Casirivimab/Imdevimab
Image illustrative de l’article REGN-COV2
Noms commerciaux Ronapreve
Laboratoire Regeneron
Administration Perfusion intraveineuse
Statut Essai clinique de phase III
Identification
DrugBank 15691 Voir et modifier les données sur Wikidata

Le REGN-COV2, ou casirivimab/imdevimab, ou Ronapreve, est un médicament développé par la société de biotechnologie américaine Regeneron Pharmaceuticals, en partenariat avec le laboratoire Roche Holding. Il s'agit d'un « cocktail d'anticorps » artificiels conçu pour produire une résistance au coronavirus SARS-CoV-2 responsable de la pandémie de COVID-19[1].

Principe[modifier | modifier le code]

REGN-COV2 consiste en un mélange de deux anticorps monoclonaux, le casirivimab (REGN10933) et l'imdevimab (REGN10987), qui sont des copies d'anticorps produits par des patients guéris. La combinaison de deux anticorps est destinée à empêcher l'échappement de mutations[2],[3].

Essais cliniques[modifier | modifier le code]

À l'instar de l'AZD7442 d'AstraZeneca, dont le principe d'action est semblable, plusieurs essais cliniques de phase III sont en cours pour le REGN-COV2, à la fois en traitement et en prophylaxie[2].

Le , Roche annonce par communiqué des résultats préliminaires de phase III montrant que le traitement a permis une réduction de 70 % des hospitalisations ou des décès pour les patients à risque n'ayant pas fait l'objet d'une hospitalisation, ainsi qu'une baisse de la durée des symptômes de quatorze jours à dix jours[4].

Le , Roche annonce que l'étude de phase III REGN-COV 2069 a atteint ses deux objectifs, primaire et secondaire. L'administration sous-cutanée de l'association casirivimab-imdevimab a permis la réduction de 81% des infections symptomatiques chez les patients non infectés. Par ailleurs, parmi les patients malades, les symptômes ont disparu après une semaine dans le groupe traité au REGN-Cov-2 au lieu de trois semaines dans le groupe placebo [5].

Dans l'essai britannique Recovery, en preprint le , le REGN-Cov-2 a montré réduire la mortalité de 20% chez les patients dans l'incapacité de produire des anticorps spécifiques au Covid-19[6].

Le , une étude sur 1 505 personnes publiée dans le New England Journal of Medecine (en) montre que l'administration en sous-cutané du REGN-COV2 permet une réduction de 81,4% des infections symptomatiques au Covid-19 et une réduction de 92,6% une semaine après l'injection [7].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le , Regeneron Pharmaceuticals a annoncé que le Président américain Donald Trump avait reçu « une dose unique de 8 grammes de REGN-COV2 » après avoir été testé positif pour le SARS-CoV-2. Le médicament a été fourni par la société en réponse à une demande « d'usage compassionnel » (l'équivalent de la procédure française d'autorisation temporaire d'utilisation nominative) des médecins du Président[8].

Le , l'EMA donne un avis favorable à l'administration du REGN-COV2 pour les patients à risque d'évolution sévère n'étant pas sous oxygène[9].

Mises sur le marché[modifier | modifier le code]

Le , le Japon donne une approbation complète du Ronapreve dans le traitement des formes modérées à sévère du Covid-19. C'est le premier pays à le faire tandis que le produit est déjà autorisé dans de nombreux autres pays, mais seulement selon la procédure d'urgence [10].

Pour la France, le traitement est autorisé à compter du contre certaines formes graves du Covid-19[11].

Le , le Ronapreve reçoit l'approbation définitive de mise sur le marché en Europe par l'AEM[12].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

  • Regdanvimab
  • AZD7442, double anticorps monoclonal contre la COVID-19.
  • Bamlanivimab, anticorps monoclonal bloquant l'entrée du coronavirus dans la cellule.
  • Sotrovimab, anticoprs monoclonal humain se fixant sur la protéine Spike.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Covid-19 : Roche noue un partenariat avec la biotech américaine Regeneron pour la commercialisation d'un cocktail d'anticorps », sur usinenouvelle.com,
  2. a et b Y. Kherabi, F.X. Lescure, Y. Yazdanpanah et N. Peiffer-Smadja, « COVID-19 : Les thérapeutiques », RFI Revue Francophone d’Infectiologie, France, vol. 1,‎ , p. 3 (lire en ligne)
  3. « Provocative results’ boost hopes of antibody treatment for COVID-19 », sur sciencemag.org,
  4. « Traitements contre le Covid-19 : résultats prometteurs des médicaments de Roche et Regeneron », sur lemonde.fr,
  5. « Phase III prevention trial showed subcutaneous administration of investigational antibody cocktail casirivimab and imdevimab reduced risk of symptomatic COVID-19 infections by 81% », sur roche.com,
  6. « Covid-19 : le traitement antiviral de Regeneron, dont a bénéficié Donald Trump, réduit la mortalité », sur Science et avenir,
  7. (en) « REGEN-COV lowers risk of symptomatic COVID-19 infections by 81% in study », sur drugdiscoverytrends.com,
  8. « Covid-19 : quel est ce traitement expérimental administré à Donald Trump ? », sur numerama.com,
  9. « Covid : l'Europe favorable au traitement de Regeneron à base d'anticorps monoclonaux », sur lesechos.fr,
  10. « Le groupe pharmaceutique suisse Roche a annoncé mardi l'homologation au Japon du cocktail d'anticorps développé avec le laboratoire américain Regeneron pour les formes légère à modérée de Covid-19. », sur Captial,
  11. « Covid-19 : un nouveau traitement autorisé en France pour les patients déjà hospitalisés », sur Capital,
  12. « Les traitements anti-Covid Ronapreve et regdanvimab bientôt sur le marché européen », sur Huffingtonpost,