Difluorométhane

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis R32)
Aller à : navigation, rechercher
Difluorométhane
Difluorométhane
Difluorométhane
Identification
Nom UICPA Difluorométhane
Synonymes

R 32

No CAS 75-10-5
No EINECS 200-839-4
PubChem 6345
SMILES
InChI
Apparence Gaz incolore, odeur légèrement éthérée
Propriétés chimiques
Formule brute CH2F2  [Isomères]
Masse molaire[1] 52,0234 ± 0,0009 g/mol
C 23,09 %, H 3,87 %, F 73,04 %,
Propriétés physiques
fusion −136 °C
ébullition −51,7 °C
Solubilité soluble dans l'eau (280 g·l-1, 20 °C)
Masse volumique 2,155 kg·m-3 à 15 °C
d'auto-inflammation 648 °C
Limites d’explosivité dans l’air 13,128,4 %vol
Pression de vapeur saturante 17 bar à 25 °C
39,5 bar à 60 °C
Point critique 58,3 bar, 78,45 °C [2]
Thermochimie
Cp
Propriétés électroniques
1re énergie d'ionisation 12,71 eV (gaz)[4]
Précautions
SIMDUT[5]
A : Gaz comprimé
A,
NFPA 704

Symbole NFPA 704

 
Directive 67/548/EEC
Extrêmement inflammable
F+



Transport
23
   3252   
Unités du SI et CNTP, sauf indication contraire.

Le difluorométhane, appelé aussi HFC-32 ou R-32, est un alcane dihalogéné. C'est une molécule de méthane à laquelle deux des quatre atomes d'hydrogène ont été substitués par des atomes de fluor. Il fait partie de la famille des hydrofluorocarbures (HFC)

Propriétés[modifier | modifier le code]

C'est un gaz qui fait avec l'air des mélanges hautement explosifs. Il est bien plus lourd que l'air et contrairement aux autres HFC il est soluble dans l'eau. Contrairement aux CFC, il n'a pas d'effet sur la couche d'ozone (ODP = 0), mais il est un gaz à effet de serre dont le potentiel de réchauffement global est de 550[6] à 675[7] selon les études.

Utilisations[modifier | modifier le code]

Le difluorométhane est utilisé comme réfrigérant. Son mélange zéotrope avec le pentafluoroéthane est connu sous le nom de R410A, et est utilisé comme fluide frigorgène en remplacement des chlorofluorocarbures (CFC), ou plus précisément des fréons qui sont eux dangereux pour la couche d'ozone.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Masse molaire calculée d’après « Atomic weights of the elements 2007 », sur www.chem.qmul.ac.uk.
  2. « Properties of Various Gases », sur flexwareinc.com (consulté le 12 avril 2010)
  3. (en) Carl L. Yaws, Handbook of Thermodynamic Diagrams, vol. 1, 2 et 3, Huston, Texas, Gulf Pub. Co., (ISBN 0-88415-857-8, 0-88415-858-6 et 0-88415-859-4)
  4. (en) David R. Lide, Handbook of chemistry and physics, CRC, , 89e éd., 2736 p. (ISBN 9781420066791), p. 10-205
  5. « Difluorométhane » dans la base de données de produits chimiques Reptox de la CSST (organisme québécois responsable de la sécurité et de la santé au travail), consulté le 25 avril 2009
  6. Maine DEP
  7. P. Forster, P., V. Ramaswamy et al.: Changes in Atmospheric Constituents and in Radiative Forcing. In: Climate Change 2007: The Physical Science Basis. Contribution of Working Group I to the Fourth Assessment Report of the Intergovernmental Panel on Climate Change. Cambridge University Press, Cambridge und New York 2007, S. 212, (PDF)