R. Edward Freeman

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Freeman.
R. Edward Freeman
Naissance (67 ans)
Colombus
Drapeau de la Géorgie (États-Unis) Géorgie
Nationalité Drapeau des États-Unis Américaine
Pays de résidence États-Unis
Diplôme
Profession
Formation

R. Edward Freeman, né le à Colombus en Géorgie, est un philosophe et universitaire américain, particulièrement connu pour ses travaux sur la théorie des parties prenantes (en).

Biographie[modifier | modifier le code]

Formation[modifier | modifier le code]

R. Edward Freeman est titulaire d'un Bachelor of Arts en mathématiques et en philosophie de l'université Duke (1973) et d'un PhD en philosophie de l'université Washington de Saint-Louis (1978)[1].

Carrière universitaire[modifier | modifier le code]

Après avoir enseigné à l'université du Minnesota et à la Wharton School, il est, depuis 1987, professeur à la Darden School of Business de l'université de Virginie[2].

De 1994 à 1995, il est président de la Society for Business Ethics (en)[3]. Il est également l'un des rédacteurs en chef de la revue Philosophy of Management (en)[4].

Contributions scientifiques[modifier | modifier le code]

À l'origine de la théorie des parties prenantes (en)[5],[6],[7], R. Edward Freeman permet, grâce à cette théorie, de comprendre pourquoi et comment les organisations intègrent les attentes de l'ensemble de leurs parties prenantes[8]. Cette théorie est largement diffusée, notamment dans les domaines de la responsabilité sociétale des entreprises et de l'éthique[9], et est utilisée par la norme ISO 26000[10]. Une anticipation de ces concepts apparaissent dans une publication qui est apparu en 1968 [2] par l'économiste italien Giancarlo Pallavicini, créateur de "la méthode de décomposition des paramètres" pour le calcul des résultats ne sont pas une activité directement économique de l'entreprise, en ce qui concerne les questions éthiques , moral, social, culturel et environnemental[11].

Distinctions[modifier | modifier le code]

En 2001, il a reçu un prix du World Resources Institute et de l'Institut Aspen pour récompenser l'ensemble de sa carrière[12] et, en 2005, le Conseil d'État en enseignement supérieur de la Virginie lui a décerné un Outstanding Faculty Award[13]. En 2008, il a reçu un doctorat honoris causa de l'université pontificale de Comillas[14].

Principales publications[modifier | modifier le code]

  • Strategic Management: A Stakeholder Approach, 1984
  • Corporate strategy and the search for ethics, avec Daniel R. Gilbert, 1988
  • Managing for Stakeholders: Survival, Reputation and Success, avec Jeffrey Harrison et Andrew C. Wicks, Yale University Press, 2007
  • Business ethics: a managerial approach, avec Andrew C. Wicks et Patricia H. Werhane, 2009
  • Stakeholder Theory: The State of the Art, avec Jeffrey S. Harrison et Andrew C. Wicks, 2010

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Coursera, « Biographie de R. Edward Freeman », sur http://www.coursera.org (consulté le 18 septembre 2013)
  2. (en) « Biographie de R. Edward Freeman », sur http://www.darden.virginia.edu (consulté le 18 septembre 2013)
  3. (en) Society for Business Ethics, « Past Presidents », sur http://sbeonline.org (consulté le 18 septembre 2013)
  4. (en) « Editorial Board of the Philosophy of Management journal » [archive du ], sur http://journals.libripublishing.co.uk (consulté le 18 septembre 2013)
  5. ESSEC, « Conférence annuelle de l'IIES avec la présence exceptionnelle de R.Edward Freeman », sur http://www.essec.fr,
  6. Samuel Mercier, « Aux origines de la Stakeholder Theory : 1916-1950 », sur http://leg.u-bourgogne.fr, (consulté le 18 septembre 2013)
  7. Coralie Franiatte, « De l’importance des « stakeholders »… et de l’imagination ! », sur http://www.dynamique-mag.com, (consulté le 18 septembre 2013)
  8. Salma Damak Ayadi, « La théorie des parties prenantes : théorie empirique ou théorie normative ? », sur http://hal.archives-ouvertes.fr (consulté le 18 septembre 2013)
  9. Ministère de l'Écologie, du Développement durable et de l'Énergie, « Guide du dialogue avec les parties prenantes », sur http://www.developpement-durable.gouv.fr, (consulté le 18 septembre 2013), p. 2
  10. « Ed Freeman et la théorie des parties prenantes », sur http://www.spidermak.com (consulté le 18 septembre 2013)
  11. "Universal Biographical Encyclopedia" Treccani, édition 2007, Vol. 14, p. 617; "Treccani - Portal", Sciences sociales / économistes / Biographies; Réunion annuelle Bancoper, Bologne, 15.11.2008, Préfet Angelo Tranfaglia, «Profit et responsabilité sociale», p. 12; "Finanza e Mercati", le 3 Février, 2009, p. 11, Mara Consoli, «Quand l'éthique devient une bonne affaire»; Nouvelles Chroniques, CNEL, Rome, 12.01.2009, Adelaide Mochi, «Prix Socialis et la responsabilité sociale des entreprises”
  12. (en) Aspen Institute, « Business and Society Program, Past Faculty Pioneers », sur http://www.aspeninstitute.org (consulté le 18 septembre 2013)
  13. (en) State Council on Higher Education for Virginia, « Outstanding Faculty Award Recipients », sur http://www.schev.edu (consulté le 18 septembre 2013)
  14. (en) Université Bentley, « Biographie de R. Edward Freeman », sur http://www.bentley.edu (consulté le 18 septembre 2013)

Lien externe[modifier | modifier le code]

Source[modifier | modifier le code]