Réseau téléphonique commuté

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Réseau (homonymie) et RTCP.
L'acheminement des communications dans le RTC est assuré par des équipements appelés « commutateurs téléphoniques ». Il s'agit ici du commutateur numérique DMS-100 (en) de Nortel.

Le réseau téléphonique commuté (RTC) ou réseau téléphonique commuté public (RTCP) (en anglais, public switched telephone network ou PSTN) est le réseau historique des téléphones fixes, dans lequel un poste d'abonné est relié à un commutateur téléphonique du réseau public par une paire de fils alimentée en batterie centrale intégrale (la boucle locale). Les commutateurs téléphoniques sont eux-mêmes reliés entre eux par des liens offrant un débit de 2 Mb/s, ce sont les blocs primaires numériques (BPN) ou par des liaisons optiques PDH ou SDH plus performantes.

Il ne faut pas confondre un commutateur téléphonique avec un centre ou central téléphonique qui est le bâtiment abritant un ou plusieurs commutateurs téléphoniques.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le téléphone et les bases du RTC ont été créés à la fin du XIXe siècle par Alexander Graham Bell dans le but de faire écouter des pièces de théâtre à distance.

Au tout début, les communications étaient établies par des opérateurs et des opératrices, grâce à un système de cordons souples munis de fiches et de tableaux d'arrivée et de départ d'abonnés. Puis vinrent les systèmes de commutations automatiques, qui n'ont cessé d'être améliorés : d'abord électromécaniques, puis électroniques, ils sont désormais numériques et totalement pilotés par informatique. Almon Strowger inventa, puis breveta, en 1891, le premier commutateur automatique et le cadran de numérotation à dix chiffres permettant d'établir, sans l'aide d'opérateurs humains, une liaison entre deux abonnés d'un central téléphonique. Les premiers commutateurs furent installés aux États-Unis tout à la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle.

De l'origine jusqu'à la fin des années 1980, il existait une continuité électrique entre les deux abonnés : un circuit électrique réel temporaire était établi entre les deux téléphones (sauf pour les communications à très longue distance).

  • Pour les liaisons entre centraux, d'encombrants câbles multipaires, puis les câbles coaxiaux numériques, sont désormais remplacés par des faisceaux de fibre optique. Cette dernière permet des débits beaucoup plus élevés, sorte d'autoroute qui profite aux technologies numériques d'information et de communication.
  • Pour établir une communication point à point, l'abonné compose un numéro pour que les commutateurs des centraux relient l'appelant à l'appelé. Le commutateur réserve un canal de communication pour toute la durée de la communication entre les abonnés reliés.
  • Les premiers systèmes de commutation comprenaient quelques dizaines de prises d'abonnés, les commutateurs électromécaniques ainsi que les commutateurs électroniques et informatiques actuels peuvent gérer plusieurs milliers d'abonnés (jusqu'à 100 000 par cœur de chaîne pour les plus modernes), sachant qu'en moyenne, seule une fraction d'entre eux seront en communication simultanément.
  • Les transmissions numériques avec « modems RTC homologués » sont permises. Mais le réseau RTC, en particulier le système de commutation « analogique », est peu approprié pour le transfert de données numériques, le débit binaire maximal ne dépassant pas les 128 kbit/s.

Évolutions récentes[modifier | modifier le code]

Beaucoup de lignes terminales entre l'abonné et le central (la boucle locale) sont suffisamment courtes, pour pouvoir accueillir des transmissions numériques de débit plus important (jusqu'à 100 Mbit/s en 2018 en France), dites « xDSL ». Les modems ADSL ou VDSL connectés au central par des liaisons totalement numériques sont gérés par des commutateurs et routeurs numériques. Cependant, les services xDSL comme l'ADSL ou le SDSL ne sont pas pris en charge directement par le commutateur téléphonique de rattachement de l'abonné, mais par des équipements intercalés dans la ligne téléphonique entre le poste téléphonique de l'abonné et son commutateur téléphonique de rattachement : les baies DSLAM. Cet équipement est en général localisé dans les murs du central téléphonique, à proximité du commutateur téléphonique, mais peut aussi être placé dans un petit bâtiment séparé, à mi-chemin entre le centre téléphonique et l'abonné (les NRA), afin d'augmenter la portée de la distribution des services xDSL.

Les liaisons entre terminaux mobiles et commutateurs, bien que numériques, sont parfois moins fiables (réseaux mobiles 2G, 3G et 4G) car elles peuvent subir des perturbations à cause des technologies radioélectriques utilisées pour transmettre le signal radio dans l'atmosphère.

La France a prévu de fermer son réseau de téléphonie de type RTC pour le remplacer par un réseau IP et ADSL, et par de la téléphonie sur IP (VoIP)[1]. Orange (ex France Télécom) a mis en place un plan de fermeture du RTC. Il ne sera plus possible de commander de nouvelles lignes analogiques dès fin 2018. L’ensemble des services Numéris et analogiques seront progressivement décommissionnés à compter de 2022. Ce plan reste à préciser, notamment pour certains services spécifiques comme les lignes d’alarme, d’ascenseur, etc[2].

Cet abandon du Réseau téléphonique est motivé par la réduction de l'offre de pièces de rechange en cas de panne[3].

En 2018, en France, ce changement de technologie concerne 9,4 millions d'abonnés selon les chiffres d’Orange[3].

A partir de 2023, en France, Orange coupera son réseau téléphonique zones géographiques par zones géographiques[3].

D'après Delphine Gény-Stephann, secrétaire d’État auprès du ministre de l’Économie, « L’État est le garant de ce service afin que chaque Français ait accès à un service téléphonique de qualité à un prix raisonnable, Néanmoins, rien n’oblige à ce que ce service utilise la technologie RTC, Orange est libre d’utiliser la technologie de son choix. »[3].

Le service sera remplacé, en France, par la technologie de la voix sur IP

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « La fin du RTC se rapproche : quel calendrier, quels enjeux ? », ZDNet France,‎ (lire en ligne)
  2. (en) « L'arrêt du RTC », sur www.arcep.fr (consulté le 20 octobre 2017)
  3. a, b, c et d https://www.ladepeche.fr/article/2018/08/26/2857163-2023-faudra-dire-revoir-telephone-fixe-classique.html

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]