Révolution française (homonymie)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie. Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom.
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec Révolution nationale.
Lamartine devant l’Hôtel de Ville de Paris le 25 février 1848 refuse le drapeau rouge – Peinture de Félix Philippoteaux

En l’absence d'autre précision et avec une capitale, la Révolution française ou Grande Révolution désigne la période de l'histoire de France habituellement comprise entre l'ouverture des États généraux, le , et le coup d’État de Bonaparte le 18 brumaire an VIII ().


La révolution française, sans capitale, peut aussi faire référence aux journées révolutionnaires suivantes :

Le terme de révolution est usité pour d'autres soulèvements populaires français :

On parle de journées révolutionnaires pour les insurrections populaires parisiennes suivantes :

Les événements de Mai 68 (Mai-juin 1968), sont parfois qualifiés de révolution manquée.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

La Révolution française Page d'aide sur l'homonymie (œuvres)

Références[modifier | modifier le code]

  1. Jean Massin, Robespierre, Club français du Livre,‎ , p. 120.

    « Mais tous les historiens reconnaissent que le 10 août 1792 est une nouvelle Révolution ; nouvelle étape dans la Révolution ? Révolte guidée ? Révolte spontanée ? »

    Jean-Paul Bertaud, La Révolution française, Perrin,‎ , p. 159-160-162.

    « Quoi qu’il en soit, la très grande majorité des historiens parle de deuxième Révolution. »

  2. (de) Karl Marx, « Die Junirevolution » [« La Révolution de Juin »], La Nouvelle Gazette Rhénane, no 29,‎ (lire en ligne).

    « La révolution de Février fut la belle révolution, la révolution de la sympathie générale, parce que les contradictions (entre la bourgeoisie et le peuple) qui éclatèrent en elle contre la royauté, n'étaient pas encore développées et demeuraient en sommeil, unies, côte à côte, parce que la lutte sociale qui formait l'arrière-plan de cette révolution, n'avait atteint qu'une existence inconsistante, une existence purement verbale. La révolution de Juin est laide; c'est la révolution repoussante, parce que la réalité a pris la place des mots, parce que la République a démasqué la tête même du monstre en lui arrachant la couronne qui la protégeait et la cachait. »

  3. Commission d'enquête parlementaire (dépositions de M. Thiers), Histoire de la révolution du 4 septembre : et de l’insurrection du 18 mars, Paris,‎ (lire en ligne)
  4. Anatole de Montferrier, Histoire de la révolution du 18 mars 1871 dans Paris,‎